Maurice Druon

« Maurice Druon » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Druon

Maurice Druon est un homme de lettres et un homme politique né le 23 avril 1918 et mort le 14 avril 2009 à Paris. Il se distingua durant la première partie de sa vie pour son engagement politique à l'occasion de la Seconde Guerre mondiale, et par la suite s'est illustré en tant qu'écrivain.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Maurice Druon jouit d'une belle hérédité : il descend de l'illustre Antoine Cros (wp), et il est le neveu de Joseph Kessel, futur grand écrivain. D'ailleurs, son nom de naissance est bien « Kessel » : après le suicide de son père, la mère de Maurice se remariera avec un certain René Druon, avocat, dont il préférera reprendre le nom. Il suit des études soutenues et rencontre de nombreux intellectuels.

À 20 ans, Druon prend son engagement politique : lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, il part se battre contre les Allemands dans la Loire et quand le combat cesse en faveur des Allemands, il gagne la zone libre. Il est très proche de son oncle, Joseph Kessel, avec lequel il décide en 1942 de quitter la France et de s'expatrier en Angleterre, pays non maîtrisé par les Allemands, pour rejoindre la Résistance française. À Londres, il anime le programme Honneur et Patrie sur la BBC, la chaîne radio nationale de l'Angleterre utilisée par les résistants. Avec Kessel, il écrit les paroles de la chanson Le Chant des partisans dont la musique est écrite par la russe Anne Marly : cette chanson devient l'hymne de la résistance.

Lorsqu'il revient en France, Maurice Druon embrasse la carrière d'écrivain. Il publie le roman Les Grandes Familles qui connaît un succès retentissant et lui vaut le prestigieux prix Goncourt. Sa pièce de théâtre Un Voyageur est jouée à la Comédie-Française, ce qui prouve qu'il a déjà acquis une grande renommée. Ce succès est définitivement confirmé par Les Rois maudits : commencée en 1955, cette saga met en scène les personnages du règne de Philippe le Bel et sa descendance, maudits par la malédiction de Jacques de Molay, grand maître des Templiers, brûlé pour hérésie. Avec cette œuvre à la rédaction impeccable qui plonge le lecteur dans un univers de tensions et de conflits familiaux, Maurice Druon commence une carrière d'écrivain historique qui semble être son domaine de prédilection. Les Rois Maudits sera par ailleurs adapté plusieurs fois au cinéma dans des films qui connaîtront, eux-aussi, un succès. En 1966, il est élu pour toute son œuvre à l'Académie française, au fauteuil de Georges Duhamel. Il en est devenu le secrétaire perpétuel (président) en 1985, succédant à Jean Mistler. Mais il démissionne de ce poste après 40 ans d'exercice, jugeant que son âge ne lui permettait plus d'assurer cette fonction convenablement. Lui succèdera Hélène Carrère d'Encausse, première femme de l'histoire à accéder ce poste qu'il apprécie lui-même beaucoup. En 2007, après la mort d'Henri Troyat, il est le doyen de l'Académie française. Il écrit aussi pour les enfants avec Tistou les pouces verts (1957).

De 1973 à 1974, Maurice Druon occupe les fonctions de ministre des Affaires culturelles de Georges Pompidou. Le gaulliste est également député de 1978 à 1981. Sa mort survenue 14 avril 2009 à Paris est honorée par de nombreuses personnalités mais aussi par beaucoup d'autres français.

Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.