Martin-pêcheur pourpré

« Martin-pêcheur pourpré » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Martin-pêcheur pourpré
Un martin-pêcheur pourpré, en Inde. Il est bien reconnaissable à son dos violet
Un martin-pêcheur pourpré, en Inde. Il est bien reconnaissable à son dos violet
Nom(s) commun(s) Martin-pêcheur pourpré
Nom scientifique Ceyx erythaca
Classification famille des martins-pêcheurs (Alcedinidae)
Répartition Asie du Sud-Est
Milieu de vie forêt
Taille 14 cm
Poids 14 à 20 g
Régime alimentaire carnivore
Statut UICN LC IUCN 3 1.svg Préoccupation mineure
Un autre, en Thaïlande, de couleur un peu plus orangée.
Un autre, en Thaïlande, de couleur un peu plus orangée.
voir modèle • modifier

Le martin-pêcheur pourpré (nom scientifique : Ceyx erythaca) est un petit oiseau, de la famille des martins-pêcheurs, originaire d'Asie du Sud-Est. Il vit dans la forêt, où il trouve ses proies, à proximité des ruisseaux et des cours d'eau.

Description et mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

Le martin-pêcheur pourpré est un petit oiseau, légèrement plus petit que le martin-pêcheur d'Europe, son cousin. Il se reconnaît à son corps jaune, son bec et ses pattes rouges, ses ailes sombres, noires tachetées de motifs bleu foncé, et son dos, sa tête et son croupion orange et violets. Comme tous les martins-pêcheurs, il possède un long bec droit et puissant, qui lui permet de capturer ses proies.

Régime alimentaire[modifier | modifier le wikicode]

Un martin-pêcheur pourpré, avec dans le bec un petit insecte aquatique qu'il vient de pêcher pour le manger.

Comme ses cousins, le martin-pêcheur pourpré est carnivore, mais il ne se nourrit pas uniquement de poissons : en plus des petits poissons, il chasse également toutes sortes de proies dans l'eau, comme les grenouilles, les crabes et autres crustacés, ainsi que les insectes aquatiques, mais pas seulement : il trouve aussi ses proies à terre, hors de l'eau, et capture des insectes terrestres comme les mantes et les criquets, toutes sortes d'invertébrés, comme les escargots, les araignées, les mille-pattes, ainsi que de petits vertébrés, comme les petits lézards1 ou les geckos...

Reproduction1[modifier | modifier le wikicode]

Le martin-pêcheur pourpré se reproduit durant la mousson, dont les pluies ramollissent la terre. Il creuse son nid dans la berge d'un cours d'eau, ou dans la paroi plus ou moins verticale d'une vallée ou d'un nullah. Il creuse un tunnel d'environ un mètre de long au maximum dans la terre, au bout duquel il construit une petite chambre, où il fait son nid.

Le nid est construit à la fois par le mâle et la femelle. Pour creuser leur tunnel, les oiseaux volent vers la paroi de terre, et viennent y planter leur bec. Il leur faut environ trois jours pour terminer la construction. Pendant ce temps, le mâle fait la cour à la femelle, notamment en lui offrant des proies en cadeau. Une fois formé, le couple reste fidèle, et revient s'accoupler chaque année. Parfois, un couple réutilise un ancien nid, ou bien utilise le nid abandonné d'un autre oiseau, comme le martin-chasseur de Smyrne, par exemple. Le nid reste bien au sec, et la température y est constante. Le tunnel est en pente douce vers l'extérieur, ce qui permet, sans doute, d'empêcher l'eau d'y entrer, ou d'évacuer l'eau, mais aussi les déchets.

Lorsque le nid est prêt, la femelle y pond jusqu'à cinq œufs, qui sont couvés alternativement par les deux parents. Les jeunes éclose une vingtaine de jours plus tard, et sont nourrit par leurs deux parents, qui leur apportent toutes sortes de proies. Les oisillons sont nus à la naissance, les premières plumes n'apparaissent qu'à partir de l'âge de 3 jours. Au bout de 9 jours, leurs yeux s'ouvrent, puis, entre 10 et 15 jours environs, leur corps se colore, toutes leurs plumes se forment, et ils commencent à ressembler à leurs parents. Vers l'âge de 20 jours environ, les petits prennent leur envol et quittent le nid.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Top web[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0 et 1,1 (en) [pdf] S. B. Palkar & al., Breeding biology of Oriental Dwarf Kingfisher Ceyx erythaca, Indian Birds vol.3 n°4, Mai-Juin 2008 Document utilisé pour la rédaction de l’article
Scilab128.png Portail des oiseaux —  Tous les articles sur les oiseaux.