Maquis (Résistance)

« Maquis (Résistance) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Maquis (résistance))
Aller à : navigation, rechercher
Médaille commémorant le maquis du Limousin, un des maquis les plus actifs en France.

Durant l'Occupation, un maquis est un groupe de personnes, rentrées en résistance, et qui vivent cachées dans des forêts ou des régions montagneuses. Ces personnes se faisaient appeler maquisards. C'est une forme de résistance intérieure, qui s'est particulièrement développée vers 1943. Toutefois, la Résistance ne se limite pas à l'existence de maquis.

Le terme maquis provient d'un type de végétation : le maquis.

Description[modifier | modifier le wikicode]

En septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l'Allemagne nazie. Toutefois, devant l'avancée des troupes allemandes en mai 1940, la France perdit. Le second armistice de Rethondes fut signé le 22 juin.

Différents étrangers, bientôt rejoints par des Français, prirent le maquis dès 1940. Ils devinrent donc clandestins, dormirent dans des forêts, des grottes ou des abris abandonnés. Les premiers maquis étaient souvent désorganisés. Ils se sont développés en Bretagne, dans le Sud de la France et dans les Alpes. Ils n'ont pu exister qu'avec la complicité des habitants d'une région. Des villageois et des fermiers apportaient de la nourriture aux maquisards. Les maquisards inspirèrent souvent de la sympathie ; mais il y a eu parfois des pillages.

Dans certains endroits, les habitants des villes éprouvaient de la sympathie pour les maquisards des forêts avoisinantes. Ils leurs fournissaient des vivres, des armes parfois volées aux soldats allemands.

Les maquisards furent encadrés par des réseaux de résistance. Les maquis intégrèrent les Forces Françaises Intérieures ou les Francs-Tireurs et Partisans. Les FFI sont nées du regroupement de différents mouvements de résistance, sous l'action extérieure d'Alger. Les FTP sont une organisation communiste dépendant du Parti Communiste. Il n'y avait donc pas une unité entre tous les maquis, ni une même motivation politique.

En 1943, de jeunes travailleurs français voulaient échapper au Service de Travail Obligatoire. Certains n'ont pas répondu aux convocations et sont partis dans la nature pour échapper aux gendarmes. Ils ont été accueillis dans les maquis, qui se sont alors fortement développés. Des maquis se sont développés notamment dans les Alpes, dans le massif du Vercors. Les maquis pouvaient comprendre plusieurs milliers de personnes !

A cause de la rafle de 1943, par la faute du STO, les maquis augmentèrent considérablement leurs effectifs. Certains maquis ont triplés leur nombre d'hommes.

Opérations[modifier | modifier le wikicode]

Le premier rôle des maquis était de protéger des personnes recherchées : des réfractaires au STO, des juifs, des prisonniers de guerre évadés, des militaires parachutés, ...

Beaucoup de maquisards furent impatients de passer à l'action et libérer le pays. Le 11 novembre, c'est la commémoration de l'armistice de la Première Guerre mondiale. Des maquisards décidèrent de défiler dans les rues d'Oyannax dans le département de l'Ain. Ils déposèrent des fleurs devant le monument aux morts consacré aux soldats de la Première Guerre mondiale, morts pour la patrie. Sur les fleurs était écrite l'inscription :

"Les vainqueurs de demain à ceux de 14-18. "

Ils chantèrent la Marseillaise. La nouvelle fut transmise à Londres : les autorités britanniques surent que la résistance française intérieure représentait un réelle force potentielle.

Le Special Operations Executive était un organisme chargé de créer des réseaux de renseignement dans les pays occupés. En France, il envoya des armes aux maquisards, prêts à se battre. Londres, Washington, et Alger préparent activement le débarquement de troupes sur le continent. Les maquisards lancèrent de nombreuses opérations de sabotage.

En mars 1944, la Wehrmacht décida de combattre et d'éliminer les maquis. Il y eut de terribles affrontements entre les maquisards et les troupes allemandes, comme sur le plateau des Glières. En général, les maquisards ne faisaient aucun prisonnier ; et les maquisards capturés étaient déportés vers des camps de concentration.

Libération[modifier | modifier le wikicode]

Juste avant le Débarquement, différents maquis furent créés pour ralentir les mouvements des troupes allemandes. Comme le maquis de Saint-Marcel en Bretagne. Au cours de la libération de la France, les maquis jouèrent un important rôle. Certaines villes furent libérées par des maquisards avant l'arrivée des Alliés.

Exemples[modifier | modifier le wikicode]

Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.