LGBT au Brésil

Une page de Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à la navigation Aller à la recherche
Carte de la région du Brésil sur le globe.

Le Brésil est l'un des pays qui respectent le plus les droits LGBT. Cela a commencé en 1830, lorsque l'empereur Pierre Ier a mis fin à la loi interdisant l'amour entre personnes du même sexe. Puis, en 2011, le Tribunal fédéral (STF) a reconnu que les couples LGBT pouvaient fonder une famille. En 2013, le Conseil national de la justice (CNJ) a autorisé les couples LGBT à se marier dans les bureaux de l'état civil. En 2018, le Cour suprême a également autorisé les personnes trans à changer leur nom et leur genre sur les documents. En 2019, le Tribunal suprême fédéral a décidé que la violence contre les personnes LGBT constitue un crime de racisme. Ces décisions étaient importantes car le Congrès national n'a pas adopté de lois garantissant ces droits. De nombreux politiciens sont contre l’égalité et la diversité. Mais le Tribunal fédéral défend la dignité et la liberté de tous.

La plupart de ces droits étaient garantis par le pouvoir judiciaire, qui interprétait la Constitution, et non par le pouvoir législatif, qui ne légiférait pas en la matière. Certains droits LGBT sont encore menacés dans certaines régions du pays, mais le pouvoir judiciaire peut défendre ces droits. De nombreux projets de loi sur les droits LGBT au Congrès, mais il y en a aussi contre ces droits. Le pouvoir exécutif a également accordé certains droits à la population LGBT, comme l'utilisation de son nom social par les personnes transgenres. Presque tous les présidents brésiliens de ce siècle ont été en faveur des droits LGBT, à l'exception de Jair Bolsonaro.

Chronologie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1996 : Un juge laisse un père gay adopter seul un enfant. C'était l'un des premiers cas au Brésil.
  • 2001 : Un tribunal du Rio Grande do Sul déclare qu'un couple gay a les mêmes droits qu'un couple hétérosexuel. L'un d'eux est décédé et l'autre a conservé ses biens.
  • 2005 : Un juge autorise deux hommes à adopter une fille ensemble. Ils vivaient à Catanduva.
  • 2009 : Un tribunal de grande instance modifie le nom et le sexe d'une personne trans sans les laisser sur ses documents. En 2007, le même tribunal a fait cela, mais a laissé écrit dans les documents qu'il s'agissait d'une ordonnance du tribunal.
  • 2011 : Un juge de Jacareí autorise deux hommes à se marier civilement. Ils vivaient déjà ensemble depuis longtemps.
  • 2011 : Le 25 octobre, un tribunal de grande instance autorise deux femmes à contracter un mariage civil. Le tribunal affirme que la Constitution garantit ce droit et que la loi ne l'interdit pas.
  • 2018 : Un tribunal d'Acre change le nom et le sexe d'un enfant né avec les deux organes sexuels. Elle avait été enregistrée comme fille, mais est devenue un garçon.
  • 2020 : Un juge d'Ilha do Governador délivre le premier certificat non binaire au Brésil. Une personne de 24 ans n'a plus son sexe défini sur son acte de naissance.
  • 2022 : Un tribunal supérieur décide pour la première fois que la loi Maria da Penha s'applique aux femmes trans. Cette décision pourrait aider d'autres affaires similaires devant les tribunaux inférieurs.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Articles connexes[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail LGBT —  Tous les articles concernant les LGBT.
Portail du Brésil —  Tous les articles concernant le Brésil.