Joseph Jacotot

« Joseph Jacotot » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Jacotot
Portrait du pédagogue Joseph Jacotot (1770-1840) par Nicolas Benjamin Delapierre 1739-1800.png
Nom Joseph Jacotot
Dates 1770-1840
Nationalité Française
Profession Enseignant
voir modèle • modifier

Joseph Jacotot est un pédagogue français, né à Dijon le 4 mars 1770 et mort à Paris 30 juillet 1840. Il est connu comme créateur d'une méthode d'enseignement révolutionnaire, dite « méthode Jacotot ».

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

C'est un surdoué qui retient tout ce qu'il lit. C'est un homme des Lumières, passionné par l'enseignement, mais il prend aussi part aux événements de cette fin de siècle sans souci de sa carrière.

Les bouleversements sociaux et politiques de son époque ne le laissent pas indifférent et il s'engage :

  • en 1788, il organise la fédération de la jeunesse dijonnaise pour la défense des principes révolutionnaires ;
  • en 1792, il prend part comme artilleur à la campagne de Belgique ;
  • il devient instructeur au Bureau des poudres pour former en accéléré de futurs artilleurs n'ayant comme bagage que la volonté et le péril de la patrie. Il remarque à cette occasion que vivacité d'esprit et motivation patriotique sont suffisantes pour apprendre dans l'urgence.

Puis il rentre enseigner à Dijon différentes matières, c'est l'époque d'expérimentation des Écoles centrales. Il signale que son cours public gratuit d'une nouvelle matière, la physique-chimie, est fréquenté par de nombreux amateurs (page 249) et pas uniquement par ses élèves. Il en publie le contenu en 1800 ainsi qu'une cinquantaine de planches de dessin du matériel nécessaire pour les expériences : ces trois volumes sont dans le domaine public et disponibles au téléchargement sur Gallica.

Sous l'Empire, il est nommé secrétaire du ministre de la guerre, puis sous-directeur de l’École polytechnique.

Les aventures de Télémaque en anglais, 1818

Après les Cent-Jours, Joseph Jacotot se réfugie en Belgique, pays de son épouse, jusqu'en 1830. Il est chargé d'enseigner la littérature française à des étudiants néerlandais monolingues : Jacotot leur confie une édition bilingue des Aventures de Télémaque de Fénelon et découvre avec stupéfaction qu'ils sont capables de résumer en français les passages lus, en réutilisant des expressions du texte.

Après la Révolution de juillet, il rentre en France et s'installe à Paris en 1838. Ses publications sur l'Enseignement universel sont très controversées malgré le succès de la mise en place de la Méthode Jacotot dans plusieurs établissements scolaires, dont un à Nantes en 1830. Ses fils essaieront de prolonger son œuvre après son décès en 1840.

Ses principes[modifier | modifier le wikicode]

Pour Jacotot, la devise républicaine Liberté, Égalité, Fraternité n'est pas un simple slogan, c'est la base de rapports différents entre l'apprenti, le professeur et le savoir. Ces nouveaux rapports sont basés sur

  • l'égalité entre enseignant et enseigné,
  • la liberté de l'apprenant et
  • un rôle du maître différent : mise à disposition du savoir et questionnement.

Le débat pédagogique n'est plus entre tête bien pleine à la Rabelais et tête bien faite à la Montaigne. Joseph Jacotot constate que, pour apprendre, tous les individus sont à égalité ; il leur suffit d'utiliser leur intelligence et leur volonté en étant attentifs et en cherchant.

Ils disposent tous de la faculté de s'exprimer oralement, grâce à leur langue maternelle. Cette langue sert à raconter et à deviner, et donc à parler indéfiniment pour rectifier leur discours en le confrontant aux paroles des autres. L'objectif de la prise de parole est de se faire comprendre, d'exprimer ses émotions pour les partager.

Paradoxalement, Joseph Jacotot a commencé sa carrière en enseignant la rhétorique. Or quelques années plus tard, il affirme que cet « art de parler » maîtrisé par l'orateur ne vise pas à améliorer la communication et la compréhension entre les hommes mais à anéantir la volonté de celui qui écoute, à le dominer.

Il fait alors l'éloge de la re-création poétique, par la répétition et l'imitation : le poète est un guide qui entraîne chaque lecteur à s'exprimer, c'est à dire à traduire toute la palette des sentiments à l'aide de mots à choisir et à agencer.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'éducation —  Tous les articles sur l'éducation, l'enseignement et les mouvements de jeunesse.