Janusz Korczak

« Janusz Korczak » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Henryk Goldszmit
Janusz Korczak.PNG
Nom Henryk Goldszmit
Dates 1878-1942
Nationalité Polonaise
Profession Médecin pédiatre
voir modèle • modifier

Janusz Korczak est le pseudonyme d'écrivain de Henryk Goldszmit, médecin polonais, né le 22 juillet 1878 à Varsovie et mort le 6 août 1942 en accompagnant au camp d'extermination de Treblinka les orphelins juifs du ghetto de Varsovie.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Enfance[modifier | modifier le wikicode]

Janusz Korczak est né dans une famille juive de Varsovie ; sa mère, Cecylia Głębicka, faisait partie de la communauté juive de Kalisz, son père, Józef Goldszmit, était un avocat partisan du mouvement progressiste juif Haskala. À l'âge de 13 ans, Janusz Korczak (de son vrai nom Henryk Goldszmit) se plonge dans la lecture pour oublier ses angoisses provoquées par les problèmes psychiatriques de son père. L'année de ses 14 ans, sa grand-mère mourut : ce fut un grand traumatisme pour Janusz car elle était la seule à penser qu'il pouvait réussir à changer le monde pour les enfants. En effet depuis sa plus jeune enfance il est révolté par les injustices que les adultes réservent aux enfants. Deux ans plus tard, son père se suicide et sa famille connait des conditions de vie difficiles. À 17-18 ans, il doit commencer à travailler et donne des cours particuliers pour aider sa mère et sa sœur.

La vie de jeune adulte[modifier | modifier le wikicode]

En 1896, Janusz Korczak devient un journaliste engagé. C’est en 1901 qu’il publie son premier livre Les enfants de la rue, dans ce livre il décrit la misère des enfants les plus pauvres. Puis en 1905, en même temps que des études de médecines, il va publier le livre Les enfants de salon qui va faire de lui un jeune écrivain célèbre. Mais à peine son diplôme de médecine reçu, il est mobilisé comme médecin militaire dans l’armée russe pour la Guerre russo-japonaise de 1904-1905. À son retour de guerre, il travaille dans un hôpital pour enfants pauvres de Varsovie et il ouvre un cabinet personnel. Passionné par son travail et très dévoué, il va très vite devenir un médecin recherché.

En 1908 Korczak rencontre Stefania Wilczynska : elle partage avec lui le rêve de construire un endroit idéal pour les enfants pauvres. En 1909 il est jeté en prison par la répression tsariste. Il y restera deux mois.

L'orphelinat[modifier | modifier le wikicode]

En 1912 « Dom Sierot » (la maison des orphelins) est ouverte à Varsovie. C’est l’un des plus beaux orphelinats d’Europe, avec des projets pédagogiques innovants, c’est un établissement mixte qui n’accueille que les orphelins juifs. Janusz Korczak abandonne son poste à l’hôpital pour prendre la direction de « Dom Sierot » avec Stefania Wilczynska.

En 1914 il est mobilisé dans un hôpital de campagne de l’armée russe, puis il va à Kiev.

En 1919 « Nasz Dom » (Notre Maison) est créée à Pruszkow par Maria Falska pour les orphelins de guerre « polonais », sous la direction pédagogique de Janusz Korczak. La même année il est de nouveau mobilisé comme officier de l’armée polonaise dans un hôpital où il attrape le typhus. Il échappe de justesse à la mort mais contamine sa mère venue le voir qui en mourra.

En 1922 il crée son personnage clé, Le roi Mathias 1er.

En 1934 il effectue son premier voyage en Palestine. À son retour, il crée les « Causeries du Vieux docteur », une émission radio qui invite les enfants à faire part de leurs expériences dans la vie.

Ses dernières années[modifier | modifier le wikicode]

En 1939 dans la ville de Varsovie assiégée par les allemands lors de la seconde guerre mondiale, il met son uniforme d'officier polonais qu'il ne quittera plus malgré les risques, et il ne portera jamais l’étoile jaune. Il est rappelé à la radio pour soutenir la population. C’est en 1940 que « Dom Sierot » déménage dans le Ghetto de Varsovie. Le dernier combat de sa vie consistera à mendier pour nourrir les enfants.

En 1942, sentant venir les derniers moments, Korczak fait jouer aux enfants Amal, ou la lettre du roi, une pièce de théâtre de Rabindranath Tagore. Les Nazis commencent la déportation du Ghetto.

C’est au mois d'août 1942 qu’aura lieu la déportation massive des orphelins : parmi les nombreux cortèges formés à travers le ghetto, on a pu voir Janusz Korczak et ses deux cents enfants être emmenés dans les trains du camp d'extermination de Treblinka, où tous furent tués à leur arrivée.

Malgré les difficiles conditions de vie de cette période, Janusz Korczak tient son Journal du ghetto, un témoignage sauvegardé de justesse.

Ses principes[modifier | modifier le wikicode]

Les droits de l'enfant sont repris sur le site dédié à Korczak. En voici la liste (Bernard Lathuillère, © Association Frse J. Korczak 2000-2010) :

  • Le droit à l’allaitement au sein maternel
  • Le droit à des conditions de vie correctes
  • Le respect de la différence, le respect du handicap et le droit à une mort digne
  • Le droit à l’amour pour tous les enfants
  • Le droit à l’équité
  • Le droit à une véritable reconnaissance
  • Le droit d'être pris au sérieux
  • Le droit de l’enfant à être ce qu'il est
  • Le droit de l’enfant à vivre sa vie d'aujourd'hui.
  • Le droit à être bien entouré
  • Le droit à être encadré
  • Le droit de donner son opinion
  • Le droit de jouer
  • Le droit de réclamer et d'exiger
  • Le droit à l’information
  • Le droit à la propriété
  • Le droit à avoir un budget
  • Le droit à avoir des secrets
  • Le droit à la vie privée
  • Le droit à la Justice
  • Le droit de s'égarer
  • Le droit de se tromper
  • Le droit de mentir
  • Le droit de pouvoir évoluer
  • Le droit des enfants délinquants à être aimés
  • Le droit au respect
  • Le droit à ses droits.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Voici une courte bibliographie de Janusz Korckzak

  • Colonies de vacances en 1909/1910
  • La gloire en 1912
  • Comment aimer un enfant en 1919/1920
  • Les moments pédagogiques en 1919
  • Le roi Mathias 1er en 1921
  • Le roi Mathias sur une île déserte en 1923
  • Quand je redeviendrai petit en 1925
  • Le droit de l’enfant au respect en 1928
  • Journal du ghetto en 1942

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'éducation —  Tous les articles sur l'éducation, l'enseignement et les mouvements de jeunesse.