Influence Portugais-Japonais

« Influence Portugais-Japonais » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
un bateau portugais au Japon, à Nagasaki

Le commerce Nanban est une période de l’histoire du Japon de 1543 à 1614 pendant lequel l’Empire du Soleil Levant s’est ouvert au commerce avec les Portugais. Les Japonais appelaient les portugais Nanbans, ce qui veut dire « les barbares du Sud ».

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

António da Mota et Francisco Zeimoto furent les premiers explorateurs européens à arrivés au Japon en 1543. Leur arrivée au Japon fut un évènement considérable qui influença profondément le Japon et a conduit à la période d'Édo de son histoire (1603-1868).

Le premier bateau portugais apporta des produits chinois (de la soie et de la porcelaine), qui furent vendus aux Japonais. Cela était rare, car la Chine était fermée sur elle-même et il était difficile de rentrer en relation avec elle. Le lieu de leur arrivée est Tanegashima, un île au sud du Japon. Les portugais ont plus tard créé le port de Nagasaki.

Le port de Nagasaki[modifier | modifier le wikicode]

Ce port était un lieu-clé du commerce avec les Japonais car c’est à partir de ce lieu que s’est exercée l’influence portugaise sur le Japon. Au départ, les Japonais étaient hostiles envers ces arrivants étrangers, mais passée cette hésitation, les Portugais ont influencé la technologie de guerre, la religion, la langue et la culture japonaise en profondeur.

Japon féodal[modifier | modifier le wikicode]

À l’époque de cette collaboration commerciale entre les deux pays, le Japon était profondément divisé en une véritable mosaïque de seigneurs féodaux, en guerre permanente entre eux et avec leurs armées de samouraïs. Les chefs de ces domaines étaient les shoguns ou daimyos, et certains d’entre allaient être impliqués dans le commerce Nanban. En contrepartie, les Portugais obtinrent le droit d'évangéliser les autochtones avec l’aide des moines jésuites, lesquels installèrent les premiers monastères et convertirent les premiers shoguns et daimyos.

La religion chrétienne au Japon pendant les 16e et 17e siècles[modifier | modifier le wikicode]

François Xavier était un des missionnaires chrétiens qui est arrivé au Japon pour propager la foi catholique. Il a seulement commencé son action d’évangélisation en 1549, six années après l’arrivée des Européens au Japon. Pendant la durée du commerce Nanban plus de 100 000 Japonais furent convertis. Mais à partir de 1587, le christianisme commença à être réprimé car il était perçu comme une menace à l'unité nationale. C'était seulement après la restauration de Meiji (1868) que le christianisme réapparut au Japon.

Les marchandises[modifier | modifier le wikicode]

En plus des produits chinois, les Portugais ont fait découvrir de très nombreuses marchandises fabriquées en Europe. Parmi ces produits : le pain, le tempura et les armes à feu. Cet apport peut être identifié dans la langue japonaise, où de très nombreux de mots portugais sont trouvés (exemple "pain" : Japonais - Pan, Portugais - Pao). Cette influence se retrouve dans la cuisine où le célèbre tempura a commencé à être cuisiné par les Japonais. Les Portugais utilisaient déjà les armes à feu en Europe au 16ème siècle et ils ont transmis cette technologie guerrière aux Japonais. Un fusil fut appelé « Tanegashima », car c'est le nom de l'endroit où cette arme est arrivée au Japon. Cette arme était extrêmement utile aux guerriers qui la possédaient pendant la période Sengoku, notamment à la bataille de Nagashino (1575). En une année, plusieurs milliers de mousquets (nom de ces fusils) furent reproduits.

Comment l’époque d’Édo a influencé le Japon d'aujourd’hui[modifier | modifier le wikicode]

L’arrivée d'armes à feu a bouleversé l’archipel. Elles ont donné un avantage décisif à certains shoguns. Le vocabulaire japonais comporte plusieurs dizaines de mots d’origine portugaise. Les caraques, bateaux portugais, ont influencé la manière dont les Japonais ont ensuite construit leurs bateaux. Les vêtements et la manière dont les Japonais mettent leurs habits ont aussi été influencés.

Le premier contact entre les Portugais et les Japonais remonte à 1543. La relation entre ces deux peuples a été très riche et a favorisé l’avènement de la période d’Édo. Les marchandises vendues aux Japonais ont transformé la vie sur l’archipel. Les plus grandes influences sur le Japon sont le mousquet, la tempura et la mode vestimentaire. Les missions Jésuites portugaises ont aussi permis d’évangéliser un grand nombre de Japonais.

Premières rencontres[modifier | modifier le wikicode]

La première rencontre entre les deux pays a eu lieu 1543 à l'issue du voyage d’un explorateur portugais. De nombreuses autres expéditions vont suivre et donner naissance à un véritable échange commercial appelé le « Nanban ». Ce commerce était basé sur le mercantilisme initié par le roi du Portugal Jean III. Il utilise largement le troc à partir de la ville de Nagasaki, située sur une île au sud du Japon. Nagasaki est devenue aussi une porte d’entrée de la religion catholique au Japon.

Apports technologiques des Portugais[modifier | modifier le wikicode]

La plus grande influence des Portugais sur le Japon fut dans le domaine technologique.

L’arrivée du mousquet au Japon a eu des conséquences considérables. Les Japonais ont découvert le mousquet en 1543 quand un bateau portugais s’est échoué sur les rivages du Japon. Un samouraï a demandé à un armurier de copier le mousquet et 3 000 copies furent produites. Au début, on ne l'utilisait pas dans la guerre, mais après la bataille de Nagashima gagnée par Oda Nobunaga, le Japon a commencé à produire des mousquets en masse. Dans la période d’Édo, le mousquet a été vraiment important, car tout le monde pouvait les utiliser sans formation préalable trop longue. Le Japon s’engagea rapidement dans une production de masse avec plus de 300 000 mousquets produits. Ces armes à feux ont finalement peu à peu détruit l'autorité des samouraïs.

Les Portugais ont aussi fait connaître aux Japonais la technique des aliments frits en beignets, qui sont devenus une spécialité gastronomique japonaise connue sous le nom de tempura.

Langue[modifier | modifier le wikicode]

On peut trouver une autre preuve d'une certaine influence des portugais au niveau de la langue japonaise, comme par exemple le mot japonais koppu qui vient du mot portugais copo, la tasse, ou le mot chapelet qui se dit rozario en japonais et rosario en portugais.

Religion catholique[modifier | modifier le wikicode]

La religion catholique a aussi exercé une grande influence en son temps sur l’évolution du Japon. Les missionnaires jésuites sont arrivés par la mer à Nagasaki avec les explorateurs portugais, dans le but de convertir le peuple japonais et d’accroître l’influence des Européens sur l’archipel. Tout le long de son histoire moderne, de nombreuses figures de la vie intellectuelle et politique, docteurs, scientifiques et politiciens, ont été des Japonais catholiques. On recense aujourd’hui plus que 500 000 chrétiens, sur une population de plus de 127 millions d'habitants. La ville de Nagasaki est la plus grande ville chrétienne du Japon.

La fin du commerce Nanban[modifier | modifier le wikicode]

Finalement, dans les années 1670, la dynastie régnante des Tokugawa ferma les portes du Japon aux Européens, excepté pour des relations commerciales très contrôlées avec les Hollandais. Les chrétiens convertis furent persécutés et le catholicisme interdit.

Drapeau du Japon Portail du Japon - Tous les articles concernant le Japon.
Portail du Portugal —  Accédez au portail sur le Portugal