Histoire de la Lettonie

« Histoire de la Lettonie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La Lettonie a été peuplée au Ier millénaire av. J.-C.. Au XIIe siècle, les chevaliers porte-Glaives d'origine prussienne (allemande) , s'emparent du pays qu'ils christianisent. Les campagnes sont sous la domination de seigneurs allemands, le servage des paysans (les Lettons) existe jusqu'au début du XIX e siècle.

Au XVIe siècle, le luthéranisme s'impose en Lettonie. Après avoir été disputée par la Pologne et la Suède, la Lettonie passe sous le contrôle des Russes au XVIIIe siècle.

Occupée par l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale, dès 1919, la Lettonie devient une république indépendante avec une régime autoritaire à partir de 1936

En 1940, à la suite de l' accord germano-soviétique, la Lettonie est annexée par l'URSS. Dès l'été 1941, l'attaque allemande contre l'URSS fait passer la Lettonie sous contrôle allemand.

À la fin de Seconde Guerre mondiale, la Lettonie est rattachée à L'URSS. Elle devient une importante région industrielle du pays et accueille de nombreux travailleurs venus de Russie ou d'Ukraine.

Comme ses voisins baltes (Lituanie et Estonie), la Lettonie met à profit la « libéralisation » de l'URSS à partir de 1985, pour réclamer son indépendance. Après bien des difficultés, la Lettonie devient effectivement indépendante en 1991 au moment de l'éclatement de l'URSS.

Au Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

La Lettonie dans la seconde moitié du XIIIe siècle

Le peuplement ancien de la Lettonie s'est fait par des apports Finnois, Séloniens, Sémigaliens. et Coures qui se mettent en place au cours du Ier millénaire av. J.-C.. Les habitants restent païens jusqu'au XIIe siècle.

À partir du XII e siècle, l'Ordre des Chevaliers porte-glaive, d'origine prussienne, conquièrent et christianisent le pays. La première église chrétienne est fondée à Üxhüll au nord de Riga en 1186. En 1201 Albert Ier de Buxhoven fonde la ville de Riga dont il devient le premier évêque. Riga fait parti de la Hanse, puissante association des villes nordiques.

La Lettonie devient un terrain de lutte entre catholiques et protestants[modifier | modifier le wikicode]

Au milieu du XVI siècle, la réforme protestante s'installe en Lettonie sous l'influence des seigneurs allemands qui dominaient le pays. En 1561, la Livonie (à laquelle la Lettonie est rattachée) passe sous le contrôle des Polonais, ceux-ci y introduisent la Contre-Réforme catholique. Cependant dans les années 1630, avec la domination suédoise sur Riga, le luthéranisme revient. Deux « peuples » distincts, une classe dirigeante d'origine allemande et la masse des paysans d'origine lettone cohabitent. Le servage est maintenu jusqu'au début du XIXe siècle.

La Lettonie sous la domination russe[modifier | modifier le wikicode]

Puis après la grande guerre du Nord, la Lettonie passe progressivement sous domination russe, en 1710 pour la Livonie et en 1795 pour la Courlande. Pendant tout le XIXe siècle la Lettonie est sous contrôle russe, mais les Lettons résistent aux mesures de russification..

Pendant la Première Guerre mondiale, les troupes allemandes s'emparèrent de la Courlande en 1915 puis de Riga en 1917 et de la Livonie en février 1918, au moment de l'effondrement russe.

La Lettonie indépendante[modifier | modifier le wikicode]

Karlis Ulmanis, en 1934. Remarquez les uniformes et le salut fascisant des participants à gauche

Les Soviétiques (successeurs territoriaux de l'empire russe) abandonnent la Lettonie (et les autres pays baltes) au traité de Brest-Litosvk qu'ils signent avec leurs vainqueurs allemands en mars 1918. De ce fait sous la présidence de Karlis Ulmanis, un conseil letton se forme et proclame l'indépendance du pays le 18 novembre 1918.

Cependant après la défaite de l'Allemagne sur le front ouest en novembre 1918, les Soviétiques tentent de reprendre la Lettonie. Ils s'emparent de Riga en janvier 1919, mais ils sont repoussés par les Lettons aidés par les allemands volontaires du Baltikum.

Sous pression des pays alliés, les Allemands doivent évacuer le pays en novembre 1919. Au traité de Riga en août 1920, les Soviétiques renoncent à la Lettonie dont ils reconnaissent l'indépendance.

En 1921, la Lettonie devient membre de la SDN, chargée de garantir les frontières des États membres. Une importante réforme agraire démantèle les grands domaines propriétés des seigneurs allemands. Une constitution démocratique est votée, mais la vie politique est instable. En 1932, la Lettonie signe un pacte de non-agression avec l'URSS.

En mai 1934, Ulmanis fait un coup d'État et met en place un régime autoritaire. Il devient président de la République en avril 1936.

La Lettonie dans la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

Deux mondes. Propagande nazie antisémite et bilingue. Riga dans les années 1941 et suivantes

Après la rapide défaite polonaise face aux Allemands et aux Soviétiques, en octobre 1939, malgré les accords passés la Lettonie doit accepter l'occupation par l'armée soviétique de plusieurs aérodromes et bases navales. La domination soviétique s'amplifie quand en juin 1940, au moment de la débâcle des Français face aux Allemands, l'armée soviétique envahit la totalité de la Lettonie qui en août est transformée en république soviétique (fait non reconnu par la communauté internationale).

En juillet 1941, quelques semaines après l'entrée en guerre des Allemands contre les soviétiques, les Allemands occupent la Lettonie. La population de confession juive, importante dans la région de Riga est anéantie. Dans l'esprit des dirigeants nazis la Lettonie devait être vidée de ses habitants pour devenir une terre de colonisation allemande. Les Lettons seraient envoyés à l'Est pour occuper les terres russes dont les habitants auraient été chassés. Cependant des Lettons servent dans des unités de la Waffen-SS en lutte contre les armées soviétiques.

À la mi-octobre 1944 l'armée soviétique en marche victorieuse vers l'ouest reprend la Lettonie où la république soviétique est rétablie, malgré les protestations des Lettons (et des autres peuples baltes) qui réclamaient le droit de choisir leur régime politique (autodétermination). Le bilan de la guerre est catastrophique : entre les tués, les prisonniers, les exilés, le pays a perdu le quart de sa population d'avant 1939. Il n'y a plus que deux hommes pour trois femmes.

La Lettonie comme république soviétique[modifier | modifier le wikicode]

Timbre émis en 1960 pour célébrer le 20e anniversaire du premier rattachement de la Lettonie à L'URSS

Les autorités soviétiques appliquent en Lettonie les principes économiques qui sont de règle dans le reste de l'URSS. Afin d'encourager les paysans a se regrouper dans des coopératives (les kolkhozes), le gouvernement réduit d'abord la taille maximale des exploitations privées (25 hectares mais seulement 6 pour ceux qui ont collaborés avec les Allemands). Les prélèvements obligatoires en nature au bénéfice de l'État sont très importants. Les paysans qui ne peuvent plus vivre dans de telles conditions abandonnent leurs terres et deviennent coopérateurs ou ouvriers industriels. Certains résistent, ils seront déportés dans d'autres contrées de l'URSS.

Comme en URSS les autorités développent l'industrialisation. Mais la main-d'œuvre lettone est suffisante pour occuper les postes industriels ou de l'administration économique nécessaire pour faire fonctionner une économie planifiée. Aussi des Russes et des Ukrainiens sont contraints de venir travailler en Lettonie. En 1984, les descendants de ces travailleurs « immigrés » représenteront plus du tiers de la population de la Lettonie (ils sont très nombreux dans les villes, à Riga ils forment 70% de la population de la ville). L'industrie de la Lettonie est une des premières de l'URSS en quantité de production.

Jusque vers 1960, les autorités de Moscou favorisent la formation d'élites locales communistes. Puis il y a un revirement brusque. La russification du pays est ordonnée : épuration de l'appareil politique local (des Lettons) sont privés de fonctions et remplacés par des Russes, bilinguisme obligatoire pour tous, reprise de l'immigration russe.

La lutte pour l'indépendance[modifier | modifier le wikicode]

La chaîne humaine du 23 août 1989. Ici en Lettonie

Profitant des accords d'Helsinki (1975) et surtout de la politique réformatrice du dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev (à partir de 1985) des partisans de l'indépendance lettone manifestent. Ils organisent des manifestations patriotiques tolérées (1986) ou violemment réprimées (1987). En 1988, des partis politiques autres que le parti communiste (le seul qui soit alors autorisé en URSS) se créent. En 1988, plus de 200 000 manifestants lettons (soit 10% de la population du pays) manifestent à Riga. Le parti communiste letton (qui dirige la république) accepte d'étendre les libertés et de décentraliser l'économie (qui comme dans toute l'URSS est jusque-là contrôlée par l'État).

Le 23 août 1989, date du cinquantième anniversaire du pacte germano-soviétique qui prévoyait la disparition des pays baltes au profit de l'Allemagne et de l'URSS, un à deux millions de personnes se donnent la main formant une « chaîne humaine » quasi continue à travers les trois pays baltes de Tallinn (Estonie) à Vilnius (Lituanie), en passant par Riga. Ils demandent l'indépendance de leurs pays respectifs.

Au printemps 1990 à l'issue d'élections libres le Front Populaire de Lettonie emporte 170 sièges sur les 220 disponibles. Les députés nouvellement élus décident le 4 mai 1990 la restauration de l'indépendance de la Lettonie après une période de transition dont la durée reste à déterminer. Mais le gouvernement soviétique refuse. Le 20 janvier 1991 les chars russes pénètrent dans Riga, la population descend dans la rue pour protéger les bâtiments publics et dresse des barricades. Plusieurs Lettons sont tués mais les chars soviétiques doivent se retirer.

Début mars 1991, un référendum est organisé pour décider de l'indépendance du pays. Les partisans de l'indépendance l'emportent avec 73,6 % des voix sur une participation de 87,6 % (on peut penser qu'une une partie non négligeable des habitants russophones ont voté pour l'indépendance).

Le 19 août 1991 à Moscou un coup d'État organisé par les communistes « purs et durs » tentent de renverser Gorbatchev. Les Moscovites résistent et font échouer le coup d'État. Profitant de la situation, le parlement letton proclame l'indépendance immédiate et la mise en vigueur de la constitution de 1922. Le 25 août, la Russie se sépare de l'URSS qui est de fait dissoute. La Lettonie est alors effectivement indépendante.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.