Haroun Tazieff

« Haroun Tazieff » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Haroun Tazieff, dit Garouk par ses amis, est un volcanologue russe, ensuite naturalisé belge, puis français. Il est né le 11 mai 1914 à Varsovie d’une mère russe, chimiste et docteur en sciences politiques, Zenitta Klupta et d’un père tatar, docteur en médecine, Mohamed Sabir Tazieff. Son père le laisse orphelin à l’âge de quelques mois, il meurt au front dès le début de la Première Guerre mondiale.

Il a émigré avec sa mère en Belgique en 1921 et obtiendra la nationalité belge en 1936. Il fait des études d’ingénieur agronome, d’ingénieur géologue et d’ingénieur des mines à l’université de Bruxelles ; agronome à Gembloux ; géologue et mines à Liège.

Il a eu de nombreuses pratiques sportives, football, rugby, escalade, athlétisme et à très haut niveau de la boxe, il fut sélectionné dans cette discipline aux jeux olympiques de Berlin.

Son goût pour la volcanologie s’est révélé lors de l'éruption du volcan Kituro en République démocratique du Congo, qu'il a observée de très près, sur la lèvre du cratère en éruption et de la première descente dans le cratère de son voisin, le Niragongo où il a découvert un lac de lave en fusion. Il devient le père de la volcanologie contemporaine. Il s'est alors efforcé de mettre la science de la volcanologie à la portée de tous en éditant des livres, en réalisant des films, en participant à de nombreuses conférences et émissions de télévision. Il fut un personnage très médiatique connu dans le monde entier.

Il a participé à la vie politique en acceptant la charge de secrétaire d'État à la prévention des risques naturels et technologiques majeurs dans le gouvernement Fabius. Il a eu une grosse implication dans l’affaire de la Soufrière.

Il s'est éteint à l’âge de 83 ans, le 2 février 1998. Il est enterré au cimetière de Passy, à Paris.

Carrière[modifier | modifier le wikicode]

  • Assistant de faculté et chargé de cours à la faculté des sciences d'Orsay ;
  • maître de recherche au CNRS ;
  • ingénieur ;
  • géologue ;
  • volcanologue ;
  • écrivain ;
  • réalisateur de film ;
  • conférencier ;
  • commissaire à l’étude et à la prévention des catastrophes naturelles ;
  • responsable du service volcanologique de l’institut de Physique du globe de Paris ;
  • Président du conseil scientifique de l’institut de la volcanologie de Rome, Catane et Pise.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Il a publié plus d’une quarantaine d’ouvrages.

  • Les rendez-vous du diable 1959 ;
  • Les volcans interdits 1966 ;
  • Haroun Tazieff, l’Etna et les volcanologues ;
  • 25 ans sur les volcans du globe en 1975 ;
  • Haroun Tazieff raconte sa terre en 1984...

Extrait de sa filmographie[modifier | modifier le wikicode]

Près d'une quarantaine de films :

  • Le Réveil de l'Etna : 1949
  • Les Rendez-vous du diable en 1962
  • Le Volcan interdit : 1966
  • Le Nyiragongo : 1976
  • Le Feu de la terre – Entre ciel et Terre : 1993.

Le Centre Haroun Tazieff pour les sciences de la terre CHT[modifier | modifier le wikicode]

Il a été créé en 2008, par son fils Frédéric Lavachery et est soutenu par de nombreux scientifiques Jean-Christophe Sabroux, Jacques Varret, Marcel Bof, Rose-Marie Chevrier etc… http://tazieff.fr/

Le centenaire d'Haroun Tazieff[modifier | modifier le wikicode]

En mai 2014 ont eu lieu des festivités pour célébrer le centenaire de la naissance d’Haroun Tazieff.

Portail de la géologie —  Tous les articles sur la géologie et les sciences de la Terre.