Hans le Malin

« Hans le Malin » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher


Hans le Malin en 1910

Hans le Malin (en allemand : Kluger Hans) était un cheval, élevé en Allemagne au début du XXème siècle. Son propriétaire, Wilhelm von Osten, pensait lui avoir appris à lire, à compter, et à répondre à certaines questions. Hans le Malin était célèbre en Europe. Des scientifiques ont étudié Hans, et ont compris qu'il n'était pas particulièrement doué en calcul ou en lecture : en fait, il arrivait à interpréter les signaux corporels de la personne qui lui posait les questions, et comprenait quelle était la bonne réponse à donner. Depuis, en psychologie, cela s'appelle : "l'effet Hans le Malin".


Vie de Hans[modifier | modifier le wikicode]

Wilhelm von Osten, premier propriétaire de Hans

Hans le Malin est probablement né en 18951. Selon certaines sources, c'est un trotteur Orlov, selon d'autres, un pur-sang arabe. À la fin du XIXème siècle, Wilhelm von Osten commence à l'éduquer, et veut lui apprendre notamment à lire et à compter. Au bout de 4 ans, il organise des représentations : le public vient en nombre voir les spectacles de Hans. Lorsque deux psychologues comprennent que Hans ne sait pas lire ni compter, mais qu'il arrive à donner les bonnes réponses en observant la personne qui l'interroge, Wilhelm von Osten décide de vendre Hans à un bijoutier, Karl Krall, qui est convaincu que Hans sait véritablement lire et compter, et décide de reprendre son éducation, tout en éduquant aussi deux autres chevaux. Les détails de la mort de Hans sont flous, mais il semble qu'il ait été mobilisé pendant la Première guerre mondiale et soit devenu un cheval militaire. Il aurait été tué en 1916.

Éducation et présentation au public[modifier | modifier le wikicode]

L'enseignement de Wilhelm von Osten[modifier | modifier le wikicode]

Wilhelm von Osten est un ancien professeur de mathématiques. Il pense que les animaux peuvent être éduqués de la même manière que les humains, c'est pourquoi il tente d'éduquer un chat, un ours, et un cheval. Son cheval, Hans, est si doué que von Osten décide de concentrer ses efforts sur son éducation. Pour éduquer Hans, von Osten a plusieurs méthodes :

Hans le Malin en représentation
  • Pour le calcul, il utilise un boulier
  • Pour la lecture, il utilise un grand tableau noir. Il y écrit les lettres et la place qu'elles occupent dans l'alphabet : par exemple, si Hans tape son sabot trois fois sur le sol, il signale la lettre C (puisque C est la troisième lettre de l'alphabet).
  • Pour l'apprentissage des couleurs, des chiffons de différentes couleurs sont utilisés. Pour désigner une couleur, Hans ramasse le chiffon correspondant sur le sol.

Après 4 ans d'éducation, il paraît que Hans sait compter, épeler des mots, reconnaître des couleurs, répondre "oui" ou "non" à des questions. Il sait même reconnaître des notes de musique, si on les convertit avant en nombres. On lui apprend à répondre en grattant son sabot sur le sol. Von Osten décide que Hans, qui est maintenant surnommé "le Malin", sera présenté au public.


La célébrité de Hans[modifier | modifier le wikicode]

La foule se presse chez Wilhelm von Osten pour admirer les prouesses de Hans. Le cheval donne presque toujours la bonne réponse. Des journalistes écrivent des articles sur Hans. Les scientifiques s'intéressent à son cas, et une polémique commence.

Les analyses des scientifiques[modifier | modifier le wikicode]

Pour expliquer le fait que Hans donne toujours les bonnes réponses, de nombreuses théories sont avancées : certains pensent que Hans est vraiment doué d'une intelligence hors du commun, d'autres qu'il y a un "truc" et que Hans a été dressé pour donner des réponses correctes. Pour certains, Hans serait même doué de télépathie. Le Conseil de l'Éducation de Berlin décide de créer une commission d'enquête en 1904. Cette "commission Hans", composée de 13 personnalités, examinent Hans pendant deux jours, en lui posant des questions de calcul et de lecture. Selon leurs conclusions, il n'y a pas de fraude, même s'ils n'arrivent pas à expliquer comment Hans est capable de répondre. Les résultats de cette enquête ravivent la polémique, et Carl Stumpf, qui faisait partie de la "commission Hans", revient examiner le cheval accompagné d'un autre psychologue, Oskar Pfungst. Les deux scientifiques appliquent une méthodologie rigoureuse, et ils remarquent que Hans ne sait pas donner la bonne réponse dans plusieurs cas :

  • quand il ne voit pas la personne qui lui pose des questions,
  • quand la personne qui lui pose des questions est loin de lui,
  • quand la personne qui lui pose des questions ne connaît pas, elle-même, la réponse à la question.

Pfungst comprend alors que Hans arrive à comprendre en observant la personne qui lui pose des questions à quel moment il doit arrêter de taper du sabot. Hans ne savait pas lire ou écrire, mais il savait interpréter les comportements des humains autour de lui.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Laasya Samhita et Hans J. Gross, "the "Clever Hans" phenomenon revisited", Communicative & Integrative Biology, vol. 6, n°6, 11 juin 2013.


Portail des animaux —  Tous les articles sur les animaux !