Livre d'or
Livre d'or

les bavardagesdemande d'article
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le livre d'or !

Hans Holbein le Jeune

« Hans Holbein le Jeune » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher


Autoportrait, 1543.

Hans Holbein le Jeune est un peintre et graveur allemand, né à Augsbourg en 1497 et mort à Londres le 29 novembre 1543.

Il est le fils de Hans Holbein l'Ancien.

Œuvres[modifier | modifier le wikicode]

Portraits de célébrités[modifier | modifier le wikicode]

Les Ambassadeurs, 1533, National Gallery de Londres.[modifier | modifier le wikicode]

En 1533, durant la Renaissance, Hans Holbein le Jeune peint un tableau de 207x209cm. C'est une huile sur panneaux de chêne. Cette œuvre est exposée à la National Gallery de Londres en Angleterre.

Ce tableau représente deux ambassadeurs de François 1er. Des ambassadeurs sont des hommes politiques qui représentent le Roi de France à l'étranger. Ces deux hommes sont Jean de Dinteville et Georges de Selve. Ces deux amis posent dans le bureau londonien de Jean.

Jean de Dinteville, à gauche, est un seigneur, un juge de la région de Troyes, il est ambassadeur et chevalier de François 1er comme le prouve sa médaille. Nous connaissons son âge grâce à l'inscription sur son poignard : il a 29 ans. C'est lui qui a commandé le tableau.

Georges de Selve à droite est un évêque du Tarn dans le sud de la France. Il est l'ambassadeur de France en Angleterre, puis à Venise puis au Vatican auprès du Pape. Il termine sa carrière à Vienne puis en Espagne. Selon le livre placé sous son coude, il aurait 25 ans.

D'après le cadran solaire et l'horloge polyédrique, Jean et Georges auraient posé pour ce tableau le 11 avril 1533 à Pâques.

Jean et Georges veulent montrer qu'ils sont des humanistes, des hommes parfaits de la Renaissance. Ils veulent montrer qu'ils sont cultivés et curieux. Ils posent donc devant un tas d'objets symbolisant leur savoir et leur culture.

On voit un globe terrestre où apparaissent Jérusalem, le Brésil et le trajet du tour du monde de Magellan. On voit un livre d’arithmétique, une équerre et un compas symbolisant les connaissances mathématiques des deux hommes. Georges et Jean aimaient la musique, ils posent donc devant un luth, 4 flûtes et un livre de chant.

Sur le tapis turc, on remarque des instruments d'astronomie et de mesure du temps : un globe céleste avec des constellations et des figures mythologiques, 3 horloges solaires, 2 quadrants de navigation, un torquetum (instrument de mesure astronomique permettant de fixer l'heure et la date en visant les étoiles). Ces objets sont des clins d’œil aux travaux des astronomes (comme Copernic et Galilée).

L'élément le plus étrange du tableau est cette forme bizarre que l'on observe au centre du tableau. C'est une anamorphose : une figure déformée qu'il faut observer en se collant au mur où est accroché le tableau. (On peut observer cette figure avec le dos d'une cuillère). Cette figure est une vanité : c'est en fait un crâne humain. Il a été peint pour rappeler à chaque homme la seule vérité existant sur terre : la mort. Ce crâne a été peint pour rappeler aux hommes que malgré leurs richesses et leurs savoirs, la fin est la même pour tous : la mort.

Ce tableau représente donc parfaitement les humanistes de la Renaissance : ce sont des hommes cultivés, qui maîtrisent les mathématiques et les langues anciennes, s'intéressent aux sciences, à l'astronomie et à la navigation. L'Humaniste n'est pas qu'un intellectuel et un scientifique, c'est aussi un amateur d'art qui aime la musique et la poésie.

Hans Holbein le Jeune, Les Ambassadeurs, 1533.
Hans Holbein the Younger - The Ambassadors - Google Art Project.jpg
Holbein Ambassadors anamorphosis.jpg
Holbein Skull.jpg
Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Les Ambassadeurs : une image cachée ?
Holbein-ambassadors.jpg
Le tableau Les Ambassadeurs, 1533, visible à la National Gallery de Londres, contient une figure déformée, appelée anamorphose. Si tu regardes le tableau de biais, de manière presque rasante par le coin en haut à droite, alors, la forme oblique, en bas, devient un crâne humain !

La mort à la renaissance est omniprésente dans la société. Ce tableau aux premier abord semble être le portrait de deux hommes simples mais si on regarde bien nous pouvons observer divers objets faisant référence à la mort. Un crâne est représenté mais il est énormément déformé, c'est un moyen pour le peintre de représenter la mort de façon discrète ce qui rappelle que la mort est toujours là malgré qu'on ne puisse la voir. Il y a aussi le crucifix du Christ, caché derrière le plis du rideau vert qui symbolise la religion et la mort du Christ. Le livre qui est ouvert représente la réforme de Martin Luther, qui dénonce les indulgences (=sommes d'argent données à l'Église pour effacer leurs erreurs commises). Le jugement dernier est la dernière étape pour l'Homme après la mort pour avoir accès au paradis ou au contraire à l'enfer selon les actions que nous avons menées lors de notre vie. Ce jugement terrifie les Hommes à l'époque de la Renaissance.

Hans Holbein le Jeune et l'Humanisme[modifier | modifier le wikicode]

Portrait d'Erasme

L'humanisme est un mouvement européen de la Renaissance qui né en Italie.

C'est un mouvement d'idées qui place l'être humain au centre de la pensée et du monde, et qui honore les valeurs humaines.

Cela provoque donc une modification sur la vision de l’homme et sur le monde, c’est ainsi que la naissance d’un esprit scientifique est créée.

Dans le même temps les rapports de l’homme avec la religion se transforment ce qui crée les Réformes.

Ces bouleversements sont facilités par les mutations importantes des moyens de communication et de diffusion des idées et des savoirs grâce à l'invention de l’imprimerie, multiplication des universités, collèges et académies.

L’utilisation de cartes permet de prendre conscience de l’élargissement du monde (les grandes découvertes) et de localiser plus facilement les pays et les villes.

La plupart des humanistes sont des philosophes, des savants, des intellectuels, des artistes ou encore des politiciens. Ils s’intéressent à plusieurs disciplines telles que l’astronomie, les sciences, l’anatomie, les mathématiques, les langues, l’architecture et la philosophie en se basant entre autres sur les textes antiques, grecs et latins, qu'ils redécouvrent et mettent en valeur. Enfin ils restent attachés à la religion chrétienne et, de ce fait, ils transmettent aussi un message religieux.

Hans Holbein fait parti de ces humanistes car il peint des portraits, des fresques mais aussi il réalise des peintures religieuses dans lesquelles il fait passer des messagez comme par exemple sur la mort ou sur la religion.

C’est évidemment à causes des iconoclasmes de la Réforme que Holbein utilisait l’expression « l’art avait froid » car les œuvres pouvaient être censurées.

Les iconoclasmes sont des personnes qui interdisent ou détruisent les images saintes et donc certaines œuvres.

Suite à cela Holbein pensait que ses chances de réussir à Bales étaient minimes et il alla donc tenter sa chance à l’étranger.

De plus il est introduit par l’imprimeur Froben dans les cercles humanistes, il se lie d’amitié avec Erasme un autre humaniste, dont il a réalisé plusieurs portraits. Tous les deux, ils critiquaient les abus de l’Eglise catholique mais avaient une attitude critique vis-à-vis de Luther.

Quand il revint à Bâle en 1528, où pendant ce temps y avait eu des changements. Après l’introduction de la Réforme à Berne, de graves conflits religieux éclatèrent également à Bales et le 1er avril, la ville adopta officiellement la foi réformée.

Enfin le drame de Holbein fut d’être contraint par les hasards de la politique à travailler pour des mécènes qui ne s’intéressaient qu’au portrait et non à sa personne. Cela fit de lui l’un des plus grands portraitistes de tous les temps, mais ce fut néanmoins une lourde restriction à son génie.

Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.
Portail de l'Allemagne —  Tous les articles sur l'Allemagne.