Johannes Gutenberg

« Johannes Gutenberg » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Gutenberg)
Aller à : navigation, rechercher
Timbre allemand de 1961, à l'effigie de Johannes Gutenberg.

Johann ou Johannes Gensfleisch, dit Gutenberg (ou en français, parfois, Gutemberg), du nom d'une propriété de sa famille, est un imprimeur allemand de la Renaissance, né vers 1400 à Mayence et mort le 3 février 1468 à Mayence.

Il est considéré comme l'inventeur de l'imprimerie à caractères mobiles en métal, bien que les Chinois l'aient créée beaucoup plus tôt, avec des caractères mobiles en bois.

Gutenberg apprit dans sa ville natale, ville artistique très importante à l'époque, le métier d'orfèvre.

Naissance de l'imprimerie à Strasbourg[modifier | modifier le wikicode]

À la suite d'une révolte de corporations, Gutenberg quitte Mayence et s'installe à Strasbourg, en 1434.

En 1438, il s'associe à Andreas Dritzehn, qui lui prête de l'argent pour réaliser ses expériences. Gutenberg utilise des caractères en métal sur du papier et invente diverses machines. Les types de métaux fonctionnent plus ou moins bien : il utilise d'abord des caractères en bois ou en plomb. Obstiné, Gutenberg parvient finalement à trouver un alliage idéal de trois métaux pour fondre ses caractères. Ainsi, il conçoit à Strasbourg une presse à caractères mobiles. L'imprimerie est née.

Une page de la Bible à 42 lignes de Gutenberg, 1454.

Cependant, l'ambition de Gutenberg est d'imprimer des livres, et il doit pour cela trouver les fonds suffisants.

Poursuite des expériences à Mayence[modifier | modifier le wikicode]

Gutenberg revint à Mayence vers 1445. Il s'associe dans cette ville à un marchand, orfèvre et prêteur sur gages, Johann Fust. Celui-ci finance ses travaux d'imprimerie, et établit un contrat avec Gutenberg, dans lequel il n'est pas prévu de le rembourser.

La Bible de Gutenberg[modifier | modifier le wikicode]

Entre 1452 et 1455, Gutenberg, Fust et son gendre Peter Schöffer, ainsi que Dritzehn, encore présent, impriment cent quatre-vingts bibles en latin (bible de Gutenberg, dite à quarante-deux lignes), mais Fust exige en 1455 le remboursement de ses investissements. Celui-ci fait un procès à Gutenberg. Fust avait le soutien de nombreux moines, très attachés à l'écriture manuscrite et hostiles à l'imprimerie, qui criaient « Der Teufel soll ihn holen ! » (« Que le diable l'emporte ! ») à propos de Gutenberg. Fust gagna le procès et se rendit propriétaire de l'atelier de Gutenberg. Schöffer et Fust achevèrent d'imprimer les bibles. Gutenberg, ruiné, continue cependant à imprimer à Mayence ou à Eltville, une ville proche.

En 1462, Gutenberg doit fuir Mayence, pillée. Il y revient en 1465, année où Adolphe II, archevêque de Mayence et Électeur de Hesse-Nassau, reconnaissant de son œuvre, devient son mécène et l'aide financièrement dans ses derniers travaux. Johannes Gutenberg meurt le 3 février 1468 à Mayence, sa ville natale.

Souvenirs de Gutenberg[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui, la ville de Mayence (Allemagne) compte près de 200 000 habitants. En plus de sa vieille ville traversée par le Rhin et de sa superbe cathédrale, elle abrite le musée Gutenberg (Gutenberg-Museum), où l'on peut admirer les deux premières bibles de Gutenberg (les deux plus vieux livres imprimés en Occident) et de nombreux incunables (livres imprimés avant 1500). L'atelier de Gutenberg est également ouvert à la visite. Par contre, la ville de Strasbourg (Alsace) ne comporte aucun musée consacré à l'œuvre de l'artiste.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 21 février 2011.


Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail des techniques —  Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux.