Guerres d'Italie aux XVe - XVIe siècles

« Guerres d'Italie aux XVe - XVIe siècles » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La division de l'Italie au XVe siècle. En vert possessions de la Couronne d'Aragon

Les guerres d'Italie sont une suite d'expéditions militaires organisées par les rois de France entre 1494 et 1515. Elles visent à la conquête du royaume de Naples et du duché de Milan, que les rois de France revendiquent comme héritage. Après des succès initiaux, ces expéditions groupent contre la France un grand nombre de princes italiens et européens. Les conquêtes françaises doivent être abandonnées et sont récupérées par les Habsbourgs d'Espagne.

Les guerres d'Italie mettent les nobles français en contact avec la civilisation italienne de la Renaissance. Cela permet l'introduction de nouvelles conceptions artistiques en France. Dans les guerres l'infanterie devient désormais la reine des batailles et l'artillerie joue un rôle de plus en plus important.

La guerre en Italie sous Charles VIII[modifier | modifier le wikicode]

En 1481, le roi Louis XI hérite de son cousin, René d'Anjou des droits sur le royaume de Naples. Mais il ne les fait pas valoir. Son fils Charles VIII, a l'esprit nettement plus guerrier et aventureux. Il revendique son héritage napolitain. À cette époque le royaume de Naples est gouverné par un prince d'origine aragonaise.

Afin de partir en Italie tranquillement, Charles VIII rend à Maximilien de Habsbourg, les provinces d'Artois et de Franche-Comté qui étaient occupées par les Français. Pour se concilier le roi Ferdinand II d'Aragon, maître de l'île de Sicile et parent du roi de Naples, il lui rend le Roussillon.

L'armée française qui passe pendant l'été 1494 en Italie est très importante. Plus de quarante mille hommes (dont des milliers de gens d'armes) et une imposante artillerie impressionnent les princes italiens qui ne défendent pas leur territoires traversés par les Français. L'expédition française arrive sans encombre à Naples où elle fait une entrée triomphale le 22 février 1495.

Cependant la résistance italienne s'organise. Le roi d'Aragon, l'empereur Maximilien, Ludovic Sforza, duc de Milan, le pape Alexandre VI et la république de Venise s'allient contre les Français. La route vers la France est donc coupée, les Français sont pris au piège dans le sud de l'Italie.

Charles VIII, renonce à sa conquête et dès le 20 mai 1495, il commence une retraite difficile vers le nord de l'Italie. Grâce à la victoire de Fornoue en juillet 1495, il parvient à s'extraire du guêpier italien.

Les guerres en Italie sous Louis XII[modifier | modifier le wikicode]

Devenu roi de France en avril 1498, Louis XII reprend les prétentions de son cousin et prédécesseur Charles VIII, sur le royaume de Naples. Il y ajoute ses propres prétentions sur le duché de Milan, qui avait été dirigé jusqu'en 1447 par la famille de sa grand-mère paternelle.

Pendant l'été 1499, pour le compte du roi de France, le mercenaire Trivulce conquiert le Milanais. Mais le duché est perdu en février 1500 puis repris en avril 1500 ; le duc de Milan Ludovic Sfrorza est capturé et retenu prisonnier au château de Loche en France.

Allié au roi Ferdinand II d'Aragon, Louis XII conquiert le royaume de Naples. Mais la mésentente entre Aragonais et Français obligent les Français à abandonner Naples en 1504.

Par le traité de Blois en septembre 1504, Louis XII renonce à ses conquêtes italiennes. Il doit fiancer sa fille aînée Claude de France à Charles petit-fils de Ferdinand et de Maximilien et lui donner pour dot, le duché de Milan, Gènes et même de duché de Bourgogne (dans le royaume de France). Cependant les états généraux réunis en mai 1506, annulent le mariage et donc ses conditions territoriales.

Louis XII fait une nouvelle expédition militaire en Italie. Il s'empare de Gènes qui s'était révoltée contre l'occupation française. Le pape Jules II, la république de Gènes, Ferdinand d'Aragon, Maximilien de Habsbourg forment la ligue de Cambrai pour s'opposer à la France. Les troupes françaises sont victorieuses à Agnadel en mai 1504.

Le pape réussit à former la Sainte Ligue, une nouvelle coalition avec la république de Venise, l'Aragon, Maximilien et l'Angleterre de Henri VII Tudor. Les Français sont victorieux à Ravenne en avril 1512, mais sont battus par les mercenaires suisses à Novare en juin 1513. Louis XII doit évacuer le Milanais. Les Anglais débarquent en France et sont victorieux à Guinegatte en août 1513, tandis que les Suisses envahissent la Bourgogne.

En 1514, Louis XII fait la paix avec l'Angleterre, et épouse la sœur du roi d'Angleterre, dont il espère un héritier mâle. Louis XII meurt le 1er janvier 1515.

La guerre sous François Ier[modifier | modifier le wikicode]

Bataille de Marignan, les Suisses sont à gauche

Devenu roi en janvier 1515, François Ier reprend la guerre en Italie. Il veut récupérer le duché de Milan. Dès août 1515, il franchit les Alpes et le 13-14 septembre 1515 il affronte les troupes milanaises et suisses à Marignan (à quelques kilomètres de Milan). La cavalerie française ne parvient pas à forcer les lignes des piquiers suisses. C'est l'arrivée des soldats vénitiens, alliés des Français, qui donne la victoire à François Ier (le roi sera armé chevalier sur le champ de bataille par le chevalier Bayard).

François Ier fait la paix avec le nouveau pape Léon X, avec qui il signe le concordat de Bologne qui règle la situation de l'Église catholique en France. Avec les cantons suisses il signe la paix perpétuelle qui permet au roi de France de recruter des soldats en Suisse. Il abandonne le royaume de Naples à Charles Quint, nouveau roi d'Espagne. François Ier conserve le Milanais, qu'il perdra définitivement en 1525, après la désastreuse défaite de Pavie.

Importance des guerres d'Italie[modifier | modifier le wikicode]

Les guerres d'Italie se sont déroulées, sauf dans les dernières années du règne de Louis XII, en dehors du royaume de France. Le pillage de l'Italie permis de faire baisser les impôts en France : Louis XII y a gagné le surnom de Père du peuple que lui ont décerné les états généraux.

La noblesse française qui combat aux côtés du roi dans la cavalerie, a trouvé en Italie un terrain pour être détournée des revendications politiques, pour calmer ses ardeurs guerrières. Elle y a été tuée en partie ou en est revenue fortement endettée. Elle va désormais dépendre des largesses financières du roi.

Les techniques de combat vont être modifiées. La cavalerie perd de son importance. Désormais ce sont les fantassins (soldats à pied) qui sont décisifs dans les batailles. Les piquiers et hallebardiers suisses, puis espagnols, vont être les nouveaux soldats d'élite. Les armes à feu (l'arquebuse) vont remplacer les arbalètes. Les canons, même très lourds et difficiles à transporter et à manœuvrer prennent de l'importance dans la bataille.

Les Français sont revenus éblouis d'Italie. Le luxe dans lequel vivaient les princes italiens les a convaincus d'en faire de même. Les artistes italiens ont été appelés en France (en particulier Léonard de Vinci). La France va devenir un nouveau territoire pour le développement de l'art de la Renaissance.

Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.