Guerre de Dix Ans (Franche-Comté)

« Guerre de Dix Ans (Franche-Comté) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Soldats francs-comtois pendant la Guerre de Dix Ans (reconstitution).

La Guerre de dix ans en Franche-Comté est un épisode de la Guerre de Trente Ans. Ce conflit oppose, de 1634 à 1644, le Saint-Empire romain germanique, l'Espagne, l'Électorat1 de Bavière et le duché de Lorraine d'une part, à la France, la Suède et à l'Électorat de Saxe d'autre part.

Origine[modifier | modifier le wikicode]

Au XVe siècle la Franche-Comté (anciennement le comté de Bourgogne2) fait partie des Pays-Bas bourguignons. Elle passe ensuite par héritage à la famille des Habsbourgs. Après l'abdication de Charles Quint en 1558, la Franche-Comté appartient à son fils, le roi Philippe II d'Espagne. Le roi de France Henri IV tente de s'en emparer, mais la paix de Vervins, signée en 1598, oblige la France à restituer à l'Espagne les territoires conquis.

La « guerre de Dix Ans »[modifier | modifier le wikicode]

Dans les années 1630, le roi Louis XIII et son ministre le cardinal de Richelieu sont en lutte contre la famille de Habsbourg, qui est représentée par l'empereur germanique Ferdinand II et par le roi Philippe IV d'Espagne. Avec l'aide de son allié suédois, l'armée française assiège Dole, la capitale de la Franche-Comté en 1636. Le prétexte est le soutien accordé par le duc Charles IV de Lorraine (allié des Habsbourg car à cette époque, la Lorraine relève de l'Empire germanique) à Gaston d'Orléans, le frère de Louis XIII, rebellé contre le roi et contre Richelieu3. Dole résiste et après l'intervention des troupes impériales et lorraines commandées par Charles IV, les Français commandés par le prince Henri II de Bourbon-Condé doivent lever le siège. En 1637, l'armée franc-comtoise prend l'avantage contre les Français (notamment en Bresse et en Bugey). Mais le Parlement de Dole refuse d'accorder les crédits (c'est-à-dire l'argent) nécessaires pour poursuivre les combats, ce qui oblige l’armée franc-comtoise à cesser la lutte.

La Franche-Comté est alors envahie en 1637 par trois armées (deux armées françaises et une troisième commandée par le duc allemand de Saxe-Weimar, un allié de la France) qui remportent des succès militaires. Les troupes ennemies (dont le chef est Charles IV de Lorraine) pillent et dévastent la région, qui doit aussi faire face à la peste, puis à la famine. Durant cette période (1638-1639), des villages sont incendiés par l'un ou l'autre camp, et de nombreux francs-comtois fuient leur région. Une résistance menée par des militaires francs-comtois se constitue alors, ce qui amène les troupes françaises occupant le territoire à reculer à partir de 1641.

En 1644, un traité signé par le cardinal Mazarin, le nouveau Premier ministre de la France, met fin aux combats en Franche-Comté. La situation de la Franche-Comté est alors désastreuse en raison des pillages, des maladies, de la famine et des morts provoqués par le conflit.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Le titre d'électeur est donné aux princes allemands chargés d'élire l'Empereur germanique. Leurs duchés (Bavière, Saxe, Brandebourg, etc.) sont appelés un Électorat
  2. Ne pas confondre avec le duché de Bourgogne dont le roi de France est le suzerain, alors que le comté de Bourgogne (la Franche-Comté) relève du Saint-Empire romain germanique
  3. Gaston d'Orléans conteste l'autorité de Richelieu. Par ailleurs, il a épousé Marguerite de Lorraine (une sœur du duc Charles IV) sans demander l'accord du roi
Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Guerre de Dix Ans (Franche-Comté) de Wikipédia.