Greta Garbo

« Greta Garbo » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Greta Garbo, en 1930.

Greta Garbo, de son vrai nom Greta Gustafsson (Stockholm, 1905 - New York, 1990), est une actrice suédoise, devenue très rapidement l'une des plus grandes stars du cinéma américain.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Débuts en Europe[modifier | modifier le wikicode]

Greta Garbo est née à Stockholm, dans un milieu modeste, au début du XXe siècle. Bien décidée à devenir comédienne, elle entre à l'Académie royale d'art dramatique de Stockholm — le Dramaten — en 1922 et y étudie jusqu'en 1924. Elle y rencontre le réalisateur suédois Mauritz Stiller qui lui confie un rôle majeur dans son film La Saga de Gösta Berling, d'après Selma Lagerlöf (1924). Elle tint aussi le premier rôle dans La Rue sans joie (titre original :Die freudlose Gasse), du réalisateur allemand Georg Wilhelm Pabst (1925).

Départ pour Hollywood[modifier | modifier le wikicode]

Sur ces premiers succès, son compagnon et mentor Mauritz Stiller est appelé à Hollywood par le producteur américain Louis B. Mayer, et Greta Garbo l'accompagne. Stiller n'a aucun succès aux États-Unis (il meurt dans l'oubli en 1928), mais Garbo est remarquée par Louis B. Mayer, qui la relooke en femme fatale : régime amaigrissant, cheveux coupés et sourcils réduits, paupières alourdies et regard mis en valeur. Elle apparaît dans des films muets à partir de 1926, mais c'est après son rôle dans Anna Karénine (1929) qu'elle devient l'actrice la mieux payée d'Amérique.

Un visage, une voix[modifier | modifier le wikicode]

Greta Garbo, en 1932.

Pour le cinéma mondial, 1929 est une année décisive : c'est l'avènement du cinéma parlant. Peu d'acteurs de premier plan survivent à cette révolution technique : on leur demande désormais, non seulement d'avoir un jeu et un physique, mais aussi d'avoir une voix, comme les comédiens de théâtre, mais autrement, de manière plus intimiste.

La voix de Garbo est particulière, surprenante. Le public la découvre pour la première fois dans Anna Christie de Clarence Brown (1930). C'est une voix grave, envoûtante, teintée d'accent suédois.

Des dizaines de films vont suivre, comme Grand Hôtel d'Edmund Goulding (1932), La Reine Christine de Rouben Mamoulian (1933), Anna Karénine de Clarence Brown (1935), Le Roman de Marguerite Gautier de George Cukor (1936), et Ninotchka d'Ernst Lubitsch (1939), une comédie où Garbo, réputée pour ne jamais esquisser un sourire, rit ici aux éclats, dans un merveilleux rôle d'agent soviétique. Enfin, il y eut, en 1941, La Femme aux deux visages de George Cukor. Après l'insuccès de ce dernier film, elle décide d'arrêter sa carrière d'actrice.

Une vie solitaire[modifier | modifier le wikicode]

Garbo ne se maria jamais, n'eut jamais d'enfants. Elle s'installe en 1950 dans un appartement à New York, dont elle sort très peu. Elle vit ainsi, solitaire, ne montrant plus son visage et n'accordant plus aucune interview, jusqu'à sa mort, en 1990, à l'âge de 84 ans.

Elle reste comme l'une des plus grandes figures du cinéma américain.

Découvrir ou revoir[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Greta Garbo de Wikipédia.
Portail du cinéma —  Tous les articles sur le 7e art et sur les cinéastes