Grande guerre turque

« Grande guerre turque » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Symbol Translate.svg
Cet article est la traduction d'un autre texte.
Il provient de Wikipédia anglais.

La grande guerre turque ou guerre de la sainte-ligue désigne de nombreux conflits ayant opposés l'Empire Ottoman et de nombreuses puissances européennes regroupées dans la Sainte-Ligue. Elle commence en 1683 et se termine avec la signature du traité de Karlowitz en 1699. Elle se solde par la défaite des ottomans qui perdent la majeure partie de leur territoire en Europe centrale.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Le roi de Pologne Jean III Sobieski

Après le soulèvement de Khmelnytsky où le tsarat de Russie obtient l'est de l'Ukraine aux dépends de la république des Deux-Nations, quelques Cosaques sont restés dans le sud-est la république. Leur chef Petro Dorochenko veut relier le reste de l'Ukraine à l'Empire ottoman, ce qui a pour effet de causer une rébellion contre Jean III Sobieski. Le sultan Mehmed IV sait que la république des Deux-Nations est affaiblie par des conflits internes, profitant de cette situation il attaque la ville de Kamianets-Podilskyï.

Les forces polonaises résistent pendant deux semaines au siège avant de capituler. L'armée polonaise est trop faible pour résister à l'invasion ottomane et ne remporte que des victoires mineures. Au bout de trois mois, les polonais signent la paix de Buczacz.

Lorsque les termes et les conditions de la défaite arrivent jusqu’à Varsovie, la Pologne refuse de payer le tribut et organise une grande armée dirigée par Sobieski. Les polonais gagnent la bataille de Khotin en 1673. Après la mort du roi de Pologne en 1673, Sobieski est élu roi de Pologne. Par la suite et durant quatre ans, il tente de vaincre les Ottomans sans succès. Cette guerre se termine le 17 octobre 1676 avec la signature du traité de Zurawno à la suite duquel les turcs ne conservent que Kamianets-Podilskyï. Cette guerre a également conduit au début des guerres russo-turques.

Vue d'ensemble[modifier | modifier le wikicode]

Le siège de Vienne par les turcs

Après de nombreuses années de paix, l'empire Ottoman attaque la Monarchie de Habsbourg. Les turcs prennent Vienne, mais Sobieski crée une alliance chrétienne qui bat les turcs à la bataille de Vienne, ce qui stoppe l'hégémonie ottomane dans l'Europe du sud-est.

Une nouvelle Sainte-Ligue est créée par le pape Innocent XI et est composée du Saint-Empire romain germanique (dirigé par les Hasbourgs), de la république des Deux-Nations et la République de Venise rejoint par le tsarat de Russie en 1686. La deuxième bataille de Mohács de 1687 est une importante défaite ottomane. Les turcs eurent plus de succès sur le front polonais et purent ainsi conserver la Podalie durant leur conflit avec la république des Deux-Nations.

L'arrivée de la Russie dans la Saint-Ligue est la première fois que la Russie s'allie avec les puissances européennes. Ce fut également le début des guerres russo-turques ayant continué jusqu'au XXe siècle.

Après la bataille décisive de Zenta en 1697, la Sainte-Ligue remporte finalement la guerre en 1699 et force l'empire ottoman à signer le traité de Karlowitz. Les ottomans cèdent une grande partie de la Hongrie, la Transylvanie et la Slavonie aux Hasbourgs. La Podalie redevient polonaise. La majeure partie de la Dalmatie et la Morée à la république de Venise. La Morée redeviendra turque en 1718 avec le traité de Passarowitz.

Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail de l'Europe —  Tous les articles sur l'Europe !