Glauque atlantique

« Glauque atlantique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Glaucus atlantique)
Aller à : navigation, rechercher
Glauque atlantique
Un glauque atlantique, vu de dessus
Un glauque atlantique, vu de dessus
Nom(s) commun(s) Glauque atlantique, Glaucus atlantique, Dragon bleu des mers, Hirondelle de mer, Limace bleue des océans
Nom scientifique Glaucus atlanticus
Classification Mollusque gastéropode de l'ordre des nudibranches
Répartition Océan Atlantique, Pacifique, Indien, Golfe du Mexique, mer Méditerranée
Milieu de vie Pleuston : vit uniquement à la surface de l'océan
Taille 3 à 4 cm de long (plus rarement jusqu'à 6)
Régime alimentaire Carnivore : se nourrit d'hydrozoaires comme les physalies ou les vélelles
Un autre, vu sur le côté.
Un autre, vu sur le côté.
voir modèle • modifier

Le glauque atlantique (nom scientifique : Glaucus atlanticus) est un petit mollusque qui vit en flottant à la surface des océans. Il fait partie du groupe des nudibranches, que l'on appelle plus couramment « limaces de mer » (même si ce ne sont que des cousins éloignés des limaces...)

Il est très reconnaissable à sa couleur bleutée. Son corps, allongé, de couleur blanche et grise, est rayé de bleu, et porte trois (parfois quatre) paires de petites « touffes » bleues, ressemblant à des plumes, les cérates. Il flotte, le ventre en l'air, très près de la surface de l'eau, et se laisse dériver par les courants. Sa couleur bleue constitue un excellent camouflage dans le milieu marin. C'est un prédateur, qui se nourrit de cnidaires flottant eux-aussi à la surface, comme la physalie, mais aussi la vélelle et la porpite. Bien que très mauvais nageur (il a plutôt tendance à se laisser dériver), il est capable de nager sur quelques centimètres grâce à ses cérates, pour rattraper une physalie ou une vélelle quand il en croise une. Quand il réussit à en rattraper une, le glauque la mange, mais conserve les cellules urticantes, les cnidocystes, vivantes à l'intérieur de son propre corps : ainsi, il devient lui-même urticant, ce qui le protège contre ses propres prédateurs.Il pond environ 36 oeufs par portée

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail des animaux —  Tous les articles sur les animaux !
Portail de la vie aquatique —  Tous les articles sur les plantes et les animaux aquatiques.