Georges-Louis Leclerc de Buffon

« Georges-Louis Leclerc de Buffon » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Buffon en 1753

Georges-Louis Leclerc de Buffon, né le 7 septembre 1707 à Montbard(France), est un naturaliste, mathématicien, écrivain, biologiste, philosophe, cosmologiste et franc-maçon français. Il a écrit une Histoire naturelle et Époques de la nature des ouvrages scientifiques importants et écrits dans un style remarquable. Il meurt le 16 avril 1788 à Paris.

Un esprit des Lumières[modifier | modifier le wikicode]

Le comte de Buffon (anobli en 1773) , pendant cinquante ans, a été l'intendant du jardin du roi dont il enrichit considérablement les collections. Entouré de nombreux collaborateurs remarquables il fait de cette institution un lieu de recherche et de vulgarisation. Il est en même temps propriétaire terrien et industriel à Montbard en Bourgogne où il passe une bonne partie de l'année. Forte personnalité scientifique, soutenu par les rois Louis XV et Louis XVI, Buffon est membre de l'Académie des Sciences, de l'Académie française (1753) et de plusieurs académies européennes. Ses publications scientifiques sont de grands succès de librairie, il attache beaucoup d'importance à l'illustration et il y fait surtout de la vulgarisation.

L'œuvre de Buffon[modifier | modifier le wikicode]

Une illustration de l'Histoire naturelle

La pensée scientifique de Buffon repose sur l'observation concrète et répétée des espèces vivantes. Il s'appuie sur l'anatomie comparée. Bien que profondément croyant, il rejette toute intervention de la religion dans l'étude scientifique.

Buffon critique le caractère trop systématique de la classification des espèces établie par Linné à partir des plantes. Pour lui le scientifique doit s'intéresser aux animaux en fonction de leur proximité avec l'homme ; c'est ainsi qu'il privilégie l'étude du cheval et du chien ou des oiseaux mais néglige celle des insectes. On lui a reproché son anthropomorphisme et son manque de rigueur dans la classification.

Il semble avoir admis un transformisme limité sous l'influence du milieu, de la nourriture et de la domestication. Pour lui les espèces actuelles seraient issues d'un lot originel de 38 espèces et se seraient transformées par dégénération en fonction de certaines conditions (ainsi l'âne proviendrait du cheval). Mais pour Buffon le processus serait réversible si on retrouvait les conditions originelles.

Buffon s'intéresse à la géologie et remarque le phénomène de la sédimentation ; contrairement aux positions traditionnelles de l'Église catholique il repousse l'âge de la Terre d'environ 6000 ans à plusieurs dizaines de milliers d'années. Il imagine une évolution de la surface terrestre avec les invasions marines, la séparation des continents...

Sur l'homme il s'oppose aussi aux idées religieuses qui imprégnaient encore le monde scientifique. Il remarque la diversité des hommes mais affirme qu'il n'y a qu'une seule espèce humaine. Pour lui l'homme par sa physiologie est semblable aux animaux même si l'homme dispose de la pensée, ce qui le place au dessus des autres animaux.


Portail de la biologie —  Tous les articles sur les plantes et les animaux.