Gaspard II de Coligny

« Gaspard II de Coligny » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Gaspard II de Coligny ; portrait par François Clouet.

Gaspard II de Châtillon, comte de Coligny est un militaire français, né en 1519 à Châtillon-sur-Loing et mort le 24 août 1572 à Paris, assassiné dans la nuit du Massacre de la Saint-Barthélemy. Il est un des chefs du parti des Protestants pendant les Guerres de Religion en France.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Sa famille[modifier | modifier le wikicode]

Le père de Gaspard de Coligny est Gaspard Ier de Coligny, un maréchal de France. Sa mère, Louise de Montmorency, est une sœur de Anne de Montmorency1, connétable de France et ami d'enfance du roi François Ier. Odet de Châtillon (1517-1571), le frère ainé de Gaspard II, devient un homme d'Église qui est nommé archevêque puis cardinal, tandis que leur jeune frère François (1521-1569) fait une carrière militaire. Ils ont un autre frère, Pierre, qui meurt très jeune. La famille de Châtillon-Coligny est de religion catholique2.

Carrière militaire[modifier | modifier le wikicode]

Á l'âge de trois ans, Gaspard II de Coligny perd son père. Il est alors élevé avec ses frères par sa mère, Louise de Montmorency ; quand Louise de Montmorency est nommée dame d'honneur de la reine Éléonore, toute la famille vit à la Cour de France.

Gaspard de Coligny débute une carrière militaire en 1542 ; il participe aux combats contre l'empereur Charles Quint et contre les Anglais. Plus tard, il est un des ambassadeurs chargés de négocier à Londres la paix avec le roi Édouard VI d'Angleterre. Il séjourne ensuite à Ferrare (chez la duchesse Renée de France3), puis il participe aux guerres contre le roi d'Espagne. Il est nommé amiral de France en 1552.

Conversion au protestantisme[modifier | modifier le wikicode]

De même que ses deux frères François et Odet, Gaspard II de Coligny se convertit en 1560 à la religion protestante. Il conseille à la reine Catherine de Médicis d'adopter une politique de modération face aux protestants, mais le parti catholique oblige la reine à écarter Coligny de la Cour. Il se met alors au service du prince Louis Ier de Bourbon-Condé, chef militaire du parti des protestants et oncle du roi Henri de Navarre. Coligny participe aux combats contre les troupes du parti catholique (commandées notamment par le duc François de Guise, puis par le duc d'Anjou, frère du roi Charles IX). En 1570, la paix de Saint-Germain met fin à la troisième Guerre de religion.

Retour à la Cour de France et assassinat[modifier | modifier le wikicode]

Après la signature de la paix de Saint-Germain, Coligny rentre à la Cour de France en 1571. Il est bien accueilli par le roi Charles IX dont il devient le conseiller. Catherine de Médicis et la reine de Navarre Jeanne III d'Albret (de religion protestante) souhaitent une entente entre les deux partis, et elles négocient un mariage entre leurs enfants Marguerite de Valois (fille de Catherine) et le roi Henri de Navarre (fils de Jeanne). De nombreux gentilhommes protestants viennent assister au mariage de leur roi, qui est célébré le 18 août 1572 à Paris.

Quelques jours plus tard (22 août 1572), Gaspard de Coligny est victime d'une tentative d'assassinat ; blessé, il reçoit la visite de Charles IX et de Catherine de Médicis. Le parti catholique, profitant de la présence de nombreux protestants à Paris, décide alors d'organiser leur massacre, et celui-ci a lieu dans la nuit du 23 au 24 août 1572. Coligny est assassiné en son domicile de même que son gendre Charles de Téligny (époux de sa fille Louise). Dans les heures et les jours suivants, de nombreux protestants sont les victimes de ce massacre à Paris et en province.

Article à lire Article à lire : Massacre de la Saint-Barthélemy

Sa fille Louise de Coligny se remarie quelques années plus tard avec le stathouder de Hollande, Guillaume le Taciturne (qui sera lui aussi assassiné en 1584). Par ce mariage, Coligny est l'ancêtre des monarques des Pays-Bas.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Anne est considéré à cette époque comme un prénom épicène, c’est-à-dire qu'il peut être masculin ou féminin.
  2. La religion protestante n'existe pas au moment de la naissance de Coligny, elle va naître puis se développer pendant les décennies suivantes
  3. Fille du roi Louis XII et de Anne de Bretagne et épouse du duc de Ferrare
Francestubmap.png Portail de la France —  Accéder au portail sur la France !
Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Gaspard II de Coligny de Wikipédia.