Contributrice
Contributeur

la Gazette  •  le Savant  •  le Livre d'or

Les lecteurs de Vikidia veulent plus d'information ! Quel que soit votre âge, venez écrire et améliorer Vikidia !

Galilée (savant)

« Galilée (savant) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Galileo Galilei)
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Galilée.
Portrait de Galilée par Justus Sustermans (1597-1681), vers 1639

Galilée, de son vrai nom Galileo Galilei, était un astronome, mathématicien, philosophe, et physicien italien né à Pise le 15 février 1564 et mort à Arcetri près de Florence, le 8 janvier 1642.

Il est célèbre pour avoir montré plusieurs lois de physique, comme la « relativité du mouvement » (si on est dans une voiture qui roule sur une route, alors c'est la même chose de dire que la voiture se déplace par rapport au paysage, ou que le paysage se déplace par rapport à la voiture), ou bien la loi qui fait dépendre la durée d'oscillation d'un pendule de sa longueur (ce qui sera plus tard utilisé dans les horloges).

Il a aussi inventé la lunette astronomique qui lui a permis de découvrir les cratères de la Lune, ainsi que les quatre plus gros satellites de Jupiter, que l'on surnomme depuis les « satellites galiléens » (ou lunes galiléennes).

Il a défendu la conception du monde mise au point par Copernic, qui dit que la Terre tourne autour du Soleil et n'est qu'une planète parmi les autres du système solaire. La théorie officielle à cette époque était que la Terre était au centre du monde.

Vers la fin de sa vie, il a été attaqué pour ses théories et celles de Nicolas Copernic par l'Église catholique, qui les jugeait non conformes à la foi chrétienne. Il a été jugé par l'inquisition qui l'a forcé à renier ses convictions scientifiques, ce qu'il a fait pour éviter la mort. La légende veut qu'à la fin de sa vie il ait prononcé ces mots : « Et pourtant, elle tourne ». Ce n'est qu'en 1992 que l'Église catholique le réhabilite.

Biographie[modifier | modifier le wikitexte]

Enfance en Italie[modifier | modifier le wikitexte]

En plein centre de Pise, se trouve la maison d'enfance de Galilée.

Galilée naquit le 25 février 1564 à Pise, au nord de l'Italie, là où était né un siècle plus tôt Léonard de Vinci. C'est l'ainé d'une famille de 7 enfants, dont les parents sont Vincenzo Galilei, musicien de profession, et Giulia Ammannati. La famille Galilei est issue de la modeste noblesse italienne. Galilée sera éduqué jusqu'à ses 10 ans chez ses parents. Puis, en 1574, sa famille déménage à Florence et laisse l'enfant aux mains d'un prêtre pendant les deux années qui suivront. Il est ensuite admis dans un couvent, à la ville de Santa Maria de Vallombrosa, où il est éduqué d'une manière très religieuse.

Il a de la chance car il est l'ainé d'une famille riche, et il obtient donc beaucoup de privilèges. En revanche, il n'est pas très chéri : son père est austère avec beaucoup de personnes, et sa mère n'aime aucun de ses enfants. Certains historiens pensent que c'est aussi pour cette raison que Galilée a préféré de pencher dans la science.

À ses heures perdues, il s'amuse déjà à concevoir des maquettes diverses, souvent de choses qu'il a vues ou entendues parler. Avec ses amis écoliers, on raconte aussi qu'il essaie des expériences du haut de la tour de Pise, comme expérimenter la réalité de la loi universelle de la gravitation. Il découvre ainsi que la vitesse de la tombée d'un corps ne dépend pas de son poids, mais de sa forme. Il se penchera d'ailleurs sur cette découverte dans sa jeunesse et en recevra un prix.

Vie adulte[modifier | modifier le wikitexte]

On pense que Galilée n'a pas inventé la lunette astronomique, mais l'a perfectionné.

Fortement poussé par son père, Galilée se livre à l'âge de 17 ans à des études de médecine à l'université de Pise (wp). Mais Galilée ne se passionne pas du tout pour cette science ; il la trouve ennuyeuse. Au mépris de son père, Galilée prend secrètement des cours de mathématiques et de physique chez le précepteurPrécision du duc de Toscane et un ami de la famille, Ostilio Ricci.

Pendant ce temps où il étudie, Galilée se cultive et se spécialise ; il commence même à entretenir des relations avec la Cour. Il continue symboliquement à étudier à la faculté de médecine, mais ne réussira jamais à avoir son diplôme. Son père abandonne et le laisse poursuivre sereinement ses travaux en physique.

Galilée est tellement passionné par les études auxquelles ils se consacrent, qu'il réussit à construire une balance sur le modèle d'un schéma antique, dont la fonction est de donner la quantité exacte d'or et d'argent contenus dans n'importe quel métal. Les savants reconnaissent sans difficulté les vertus de cet engin. Un peu plus tard, il se livre à des travaux sur la chute des corps qu'il avait expérimentés enfant. Il parvient alors à démontrer qu'une plume ne tombe pas plus vite qu'une lourde pierre. À l'âge de 25 ans, Galilée savant de renommée est nommé professeur ; il peut dorénavant se consacrer pleinement à la science.

Maison de Galilée Costa San Giorgio à Florence.

Afin de financer et soutenir des projets maritimes, Galilée fait paraître et vend toutes sortes d'objets scientifiques, comme des compas, des boussoles, des télescopes. Il met aussi à la lumière, et aux yeux ébahis du public vénitien, la lunette astronomique. Cette invention n'est en réalité pas la sienne ; il s'est inspiré et approprié un objet qui existait depuis déjà bien longtemps et circulait facilement dans n'importe quel bazar vénitien. Quoiqu'il en soit, tout le monde vient dans l'appartement de Galilée pour l'essayer et le féliciter.

Avec ses télescopes, Galilée peut maintenant se pencher sur l'astronomie, science bien incertaine et dangereuse à l'époque. En effet, tout ce qui est découvert ou recherché dans ce domaine est sévèrement contrôlé par l'église ; le pape préfère même que les scientifiques de renommée n'y touche pas. Il n'était pas toléré aux scientifiques de contredire les livres sacrés tels que la Bible. Mais Galilée n'en pense pas moins : il est persuadé qu'au centre de l'univers ne se trouve pas notre Terre. Il va même jusqu'à traiter Aristote de parfait ignorant en géométrie. Certain de lui, Galilée va présenter son point de vue à d'autres personnes ; la Terre tourne sur elle-même et autour du Soleil. Puis Galilée s'aperçoit qu'il n'est pas l'unique personne à penser cela ; un autre astronome, Nicolas Copernic, avait déjà affirmé en 1506 cette idée, et il y avait même eu une révolution copernicienne (wp) qui aurait « boulversé la science ». Mais un argument que Galilée s'obstine à ignorer, c'est que Copernic avait qualifié son travail d'« hypothèses mathématiques sans réalité » par crainte et n'avait publié ses thèses qu'à sa mort, et que son confrère religieux Giordano Bruno, davantage téméraire, avait été brulé sur le bûcher à Rome en 1600 pour avoir énoncé que l'univers était infini. Ses deux confrère n'ont rien démontré, mais Galilée va tenter de le faire, et cette fois-ci avec l'aide de ses lunettes et télescopes.

L'abjuration[modifier | modifier le wikitexte]

Galilée face au tribunal de l'Inquisition catholique romain peint en 1857 par Cristiano Banti.

Galilée se fait d'abord petit, il continue dans un premier temps à enseigner à ses élèves l'astronomie scolaire, mais s'il pense fortement qu'elle est erronée. Il partage ses idées avec d'autres scientifiques, comme Kepler, mais code ses messages afin qu'il restent secrets. Malgré tous ces soins et ses précautions, Galilée commence de plus en plus à se faire mal voir, notamment par l'église, et surtout l'Inquisition ; le tribunal de la science.

Galilée n'entend pas les avertissements qu'on lui fait, il continue à divulguer son point de vue. Il quitte la puissante protection que lui offrait Venise pour celle de la Cour de Florence, où il est très mal vu. Un jour de 1611, on apprend même qu'on complète contre lui chez l'archevêque de Florence. Galilée est constamment ramené à songer que tous ceux qui partageaient des idées contraires à la Bible ont été brûlés vifs.

Mais Galilée va même jusqu'à contester la bienveillance de l'église, et de Dieu1. L'église ne tolère plus ces écarts. Elle ouvre un procès en 1633, et le force à abjurerPrécision toutes ses thèses scientifiques. C'est lors de ce procès qu'il aurait prononcé la célèbre formule « Et pourtant, elle tourne ». L'Inquisition le condamne à neuf de prison.

Finalement, Galilée ne fera pas ces neuf ans de prisons. Il restera chez lui, en résidence surveillée, et continuera de mener secrètement ses travaux jusqu'à sa mort à 80 ans le 8 janvier 1642.

Sources[modifier | modifier le wikitexte]

Bibliographie[modifier | modifier le wikitexte]

  • « La Terre tourne autour du soleil ! Galilée, grand savant du WVIIesiècle. » Editions Faton.

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. « L'intention de l'esprit saint est de nous enseigner comment on va au ciel, et non pas comment va le ciel », prononce un jour Galilée.
Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine
Portail des sciences - Tous les articles sur la physique, la chimie et les grands scientifiques