Funérailles dans la Grèce antique

« Funérailles dans la Grèce antique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Pendant la Grèce antique, les funérailles préparaient le passage du mort dans un autre monde, celui des Enfers .

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Chez les grecs, la mort est importante : mourir c'est passer dans un autre monde, un monde souterrain. Si le corps du mort n'est pas enterré, le grec pense que l’âme des morts devient méchante, et les fantômes viennent tourmenter les vivants. Voilà pourquoi les vivants ont très peur des morts. Si les morts n'ont pas un bon enterrement, c'est considéré comme un crime pour les grecs à cette époque.

Importance des funérailles[modifier | modifier le wikicode]

Les enfants grecs doivent enterrer leurs parents : ils doivent faire la toilette du mort, le parfumer d'huile et l'habiller de vêtements propres. Puis le corps est enveloppé d'un linceul blanc et enterré avec son objet le plus précieux ainsi que des offrandes. Le corps est conduit hors de la ville à bord d’une charrette tirée par des chevaux suivie par les amis et la famille. Parfois des pleureuses sont engagées. Après l’enterrement, toute la famille doit se purifier en se lavant et après avoir fini ils font un grand repas. Puis le lendemain, il faut purifier la maison avec de l’eau de mer et de l’hysope. Le troisième, le neuvième et le trentième jours suivants les funérailles, il faut refaire ceci chaque année, ainsi l’âme trouvera la paix.

Croyance après la mort[modifier | modifier le wikicode]

Le mort descend aux Enfers chez Hadès, le dieu des morts et de l'enfer. Pour entrer, il faut traverser un fleuve qui se nomme le Styx. Pour le traverser il faut faire appel à un nocher qui se nomme Charon. Après avoir traversé le fleuve, se trouve Cerbère, un chien à trois têtes, qui empêche les vivants d'entrer et les morts de s'échapper. À partir d'une certaine époque, les Grecs ont commencé à croire que l'âme des morts parvenait à un carrefour, où les âmes des morts étaient examinées par plusieurs juges. Là trois possibilités s'offraient aux âmes.

  • Vie exemplaire : direction les Champs Elysées, un endroit beau et ensoleillé.
  • Vie peu honorable : direction le Tartare, au fond des Enfers.
  • Entre les deux : direction les champs d'Asphodèle, un lieu triste et gris.

Pour les vivants, les morts deviennent un peu comme des dieux. Ils peuvent veiller sur la cité et le pays. Les cités avaient intérêt à avoir des héros célèbres enterrés sur leur territoire pour les protéger. Ainsi Athènes, dès qu'elle fut assez puissante, alla chercher les ossements de Thésée et édifia un temple pour le héros. Cela faisait un dieu protecteur de plus dans la cité.

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

Pour les grecs la mort signifie simplement le changement de vie donc passer dans un monde souterrain. Pour les rois on édifiait des tombeaux qui s'appelaient des mausolées, c'est-à-dire des tombeaux monumentaux. Mosole, roi d'Halicarnasse mourut et son épouse Artémise demanda à un architecte de créer un tombeau en hommage à la grandeur de son règne. L'architecte inventa le Mausolée. Encore aujourd'hui on utilise le mot mausolée pour désigner les tombeaux gigantesques.

lien pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'Antiquité —  Tous les articles sur l'Antiquité.
Portail des religions —  Fêtes religieuses, textes sacrés, fondateurs des religions...