Fordisme

« Fordisme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Henri Ford (à gauche) en compagnie de Thomas Edison et de Harvey Firestone en 1929

Le fordisme est une méthode d'organisation du travail industriel et de politique salariale inventée par le constructeur d'automobiles, l'américain Henri Ford à partir de 1910. L'introduction du travail à la chaîne dans les ateliers d'assemblage, associé au taylorisme, permet la production de masse d'objets standardisés. Pour écouler cette production énorme, Ford augmente considérablement le salaire de ses salariés afin qu'ils puissent acheter les voitures qu'ils produisent.

Nouvelles méthodes de production[modifier | modifier le wikicode]

Au taylorisme, Henri Ford ajoute le travail à la chaîne.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Taylorisme.
Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Travail à la chaîne.

Augmenter les salaires pour retenir dans l'entreprise les ouvriers formés[modifier | modifier le wikicode]

Cependant les conditions de travail, avec la répétition continuelle des mêmes gestes, avec des cadences rapides (vitesse du passage des objets à travailler devant le poste de travail) sont très épuisantes pour les travailleurs. Ils peuvent refuser de telles conditions et quitter l'entreprise (on est alors en période d'essor industriel et le chômage est réduit). Cette fuite des travailleurs fait perdre de l'argent à l'entreprise. En effet, si la formation aux exigences du poste de travail très spécialisé est rapide, elle demande un certain temps pendant lequel le travailleur est payé mais n'est pas ou est peu productif. Ford pense que de meilleurs salaires permettront de compenser la dureté du travail et retiendront les ouvriers

Augmenter les salaires pour pouvoir vendre la production[modifier | modifier le wikicode]

Le travail à la chaîne permet de baisser le coût de revient des objets. En effet il y a moins de temps non productif dans les ateliers, tout le temps payé est productif pour le même salaire qu'avant l'introduction du travail à la chaîne : il y a une augmentation de la productivité. Pour le même salaire l'ouvrier produit plus, ce qui est avantageux pour l'industriel.

Taylorisme et travail à la chaîne permettent d'augmenter fortement la quantité d'objets produits. Il faut alors trouver les acheteurs de plus en plus nombreux et disposant des moyens financiers nécessaires.

La consommation peut être provoquée par la publicité qui crée des envies en vantant l'intérêt de posséder tel ou tel objet.

Le crédit bancaire permet de fournir aux acheteurs les sommes nécessaires à l'achat. Mais les banques ne prêtent qu'à leurs clients qui ont des revenus suffisants et qui sont alors susceptibles de rembourser leurs emprunts sans trop de difficultés.

L'augmentation des salaires permet donc de donner les revenus nécessaires pour obtenir un prêt des banques. En 1914, Ford double les salaires des ouvriers (ils atteignent alors cinq dollars par jour). Il peut se permettre cet « effort » salarial car les gains de productivité (production obtenue par unité de temps) ont été obtenus par les nouvelles méthodes de travail. L'augmentation des achats des consommateurs permet de produire de nouveaux objets. Cette augmentation de la production permet de réduire les coûts de fabrication grâce aux économies engendrées par la grande production (économie d'échelle). Si tout se passe bien le mouvement est continu et provoque la croissance économique.

Portail des techniques — Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…