Finlande dans la Seconde Guerre mondiale

« Finlande dans la Seconde Guerre mondiale » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La Finlande durant la Seconde Guerre mondiale eut une position chancelante. C'est une démocratie et un pays indépendant depuis 1917, mais ce pays dut faire face aux attaques répétées de l'Union soviétique. Durant la guerre d'hiver (1939-1940), la Finlande trouva des appuis en Grande-Bretagne. Mais après la guerre, elle souhaitait préserver son autonomie et assurer sa défense : elle s'allia donc avec l'Allemagne nazie. Cette alliance la précipita dans un nouveau conflit contre l'Union soviétique en 1941 : c'est la guerre de continuation. La signature d'un armistice en 1944 l'obligea de se retourner contre l'Allemagne nazie, aux côtés de la Russie, pour la dernière année de la Seconde Guerre mondiale : c'est la guerre de Laponie.

La guerre d'hiver[modifier | modifier le wikicode]

Soldats Finlandais en camouflage blanc utilisant des skis pour se déplacer pendant la guerre d'hiver.

En 1809, la Russie avait conquis la Finlande, ancien territoire de la Suède. Durant le XIXeme siecle, le Grand Duché de Finlande fut une province autonome de l'Empire russe. Quand la révolution bolchévique éclata en 1917, la Finlande demanda son indépendance. Les relations entre la Finlande et l'Union soviétique furent tendues. En particulier, selon Moscou, la ville de Leningrad était menacée par la proximité des frontières avec la Finlande.

En 1939, l'Allemagne nazie et la Russie soviétique signèrent un pacte de non-agression : le pacte germano-soviétique. Le 30 novembre, l'Union soviétique attaqua la Finlande. L'Armée rouge était supérieure en nombre, mais aussi en équipements. Le commandement russe pensait à une guerre rapide, tout au plus quatre semaines.

Toutefois, les soldats Finlandais combattaient sur leurs territoires, en hiver : ils étaient habitués aux conditions climatiques et aux difficultés du terrain. La guerre s'enlisa, et la Finlande demanda l'aide de la Grande-Bretagne, de la France et de la Suède. En mars 1940, l'Union soviétique dut arrêter une guerre trop coûteuse : elle négocia un traité de paix avec la Finlande. Néanmoins, la Finlande apparut comme vaincue, et dut céder des territoires.

La guerre de continuation[modifier | modifier le wikicode]

Des accords avaient été passés entre la Grande-Bretagne et la Finlande durant la guerre d'hiver. Mais, impliquée dans la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne ne pouvait satisfaire ces accords. La Finlande demanda alors l'aide militaire du Troisième Reich. Les deux pays coopérèrent, d'autant plus que Hitler projetait d'envahir l'Union soviétique. L'opération Barbarossa commença le 22 juin 1941. Le 25, l'Armée rouge bombarda des villes finlandaises, car la Finlande accueillait des soldats allemands de la Wehrmacht. La Finlande déclara alors la guerre à l'Union soviétique.

Durant l'été et l'automne 1941, la Finlande reprit les territoires perdus deux ans avant et son armée avança jusqu'en Carélie orientale. Le 6 décembre, la Grande-Bretagne déclare la guerre à la Finlande. En septembre 1941, l'armée finlandaise a pris des positions défensives. Cela a conduit à une longue période de calme relatif dans la première ligne, qui a duré jusqu'en 1944. Au cours de cette période, des négociations eurent lieu entre Helsinki et Moscou, pour tenter de trouver des accords de paix. Sans succès.

Le 16 mars 1944, le président des États-Unis d'Amérique, Franklin D. Roosevelt, pria la Finlande de bien vouloir se dissocier de l'Allemagne nazie (avec laquelle elle ne partageait aucune idéologie).

Le 9 juin 1944, l'Armée rouge a lancé une attaque massive contre la Finlande. Devant l'avancée des troupes russes, le président de la Finlande, Risto Ryti, démissionna. En raison de la guerre, les élections présidentielles n'eurent pas lieu, et Mannerheim fut nommé président du gouvernement provisoire par le Parlement finlandais. Il négocia un cessez-le-feu, et signa l'armistice à Moscou le 19 septembre.

La guerre de Laponie[modifier | modifier le wikicode]

Selon l'armistice, la Finlande devait expulser les troupes allemandes présentes sur son territoire. La guerre de Laponie fut le conflit qui opposa la Finlande à l'Allemagne nazie, à la fin de la Seconde Guerre mondiale : il eut lieu en Laponie, c'est la région la plus au nord de la Finlande.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.