Ferme générale

« Ferme générale » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Rotonde de Chartres, parc Monceau, un des pavillons d'octroi.

La Ferme générale est une compagnie privée de l'Ancien Régime, active au XVIIIe siècle, associant de riches financiers qui percevaient des taxes sur la marchandise et avaient l'avantage d'en garder l'argent collecté, moyennant quoi ils versaient une somme au Roi.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Une association officieuse[modifier | modifier le wikicode]

Officiellement, l'institution a été fondée en 1681 sous Louis XIV par Jean-Baptiste Colbert, homme influent dans le domaine des finances. Il n'empêche que concrètement le système qu'il met en place existait déjà auparavant. En effet, les rois de France avaient trouvé plus commode de reléguer la tâche de collecter les impôts sur les marchandises à des particuliers. Le contrat était simple : ces hommes s'engageaient à verser une grosse somme chaque année au roi, et celui-ci leur donnait en contrepartie quelques prérogatives, notamment traquer eux-mêmes les contrebandiers et surtout garder le revenu des taxes. En vérité, le contrôleur général des finances n'a fait que regrouper ces financiers royaux et leur donner une enseigne.

Une association active[modifier | modifier le wikicode]

Antoine de Lavoisier, illustre scientifique, était, aussi, un fermier général.

L'association est réellement active sous ce nom à compter de 1726, après que les règles du jeu sont plus formellement édictées. Composée de 40 fermiers généraux, elle siège à Paris et dirige quelques milliers de personnes intervenant dans toute la France pour collecter les impôts. À Paris, le mur des Fermiers généraux fut édifié par Claude-Nicolas Ledoux pour percevoir les taxes sur les marchandises entrant dans la ville. Le parti n'est pas du tout équitable et profite nettement aux financiers au détriment du Roi : on estime que pour 120 millions de livres collectés, seuls 40 en étaient rendus au Roi. Par dessus le marché, comme les impôts touchent à peu près tous les paysans et les commerçants et que les fermiers généraux s'en font une énorme fortune, leur impopularité croît un peu partout.

À la Révolution française, les fermiers généraux sont l'image de croque-mort du peuple. C'est pour cette raison que les barrières de l'Octroi de l'enceinte des fermiers généraux sont en partie démantelées et que les employés au service de la Ferme générale sont brutalisés. Par la suite, la plupart des Fermiers généraux seront décapités à la guillotine, sans distinction (on trouve par exemple le célèbre scientifique Antoine de Lavoisier).

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'économie —  Tous les articles sur l'économie.
Le portail de la Monarchie française —  De Clovis à Napoléon III. Les rois, les reines, les institutions royales.