Fabliau

« Fabliau » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
document du XIII ème siècle

Un fabliau est un court récit écrit en vers octosyllabes. Le fabliau apparaît aux XIIIe siècle et XIVe siècle. Le mot fabliau est une déformation en dialecte picard du mot français fableau (qui lui même provient de fable). On connait environ 150 fabliaux écrits en français. Mais le mot "fabliau" vient d'abord du latin "fabula".Définition : Le mots « fabliau » vient de l’Ancien français, plus précisément du picard, un dialecte de la langue d’oïl, parlé au moyen Âge dans la région qui correspond aujourd’hui à l’actuelle Picardie (au Nord de paris, autour d’Amiens et de Bauvais). Ce terme trouve son origine dans le mots latin « fabula/ae » qui veut dire, en latin, une histoire imaginaire, un compte. La plupart des fabliaux date du treizième et du quatorzième siècle, rédigés essentiellement dans des dialectes de la langue d’oïl (surtout le picard et le Bourguignon, mais aussi en champenois). Ce sont de brefs récits en vers, généralement en octosyllabes (ou vers de huit pied), dont l’intention est, à la fois, comique et satirique. Autrement dit, le but de ces récits-qui s’adressent à un public surtout populaire, les habitants des villes-est de faire ruire, le dissement des population, mais aussi de critiquer les défauts, les travers de la souété féodale de cette époque Le Raman de Renart s’inscrit dans cette démarche littéraire du fabuleux

L'origine des fabliaux[modifier | modifier le wikicode]

Le récit exploite des thèmes que l'on retrouve dans la littérature européenne de l'époque. Mais le récit est adapté à la langue (ainsi dans les fabliaux en français, il y a des jeux de mots spécifiques au français). Cependant on pense que quelques fabliaux peuvent avoir une origine indienne.

Une grande partie des fabliaux proviennent de Champagne, d'Artois et de Picardie.

Les créateurs des fabliaux[modifier | modifier le wikicode]

Pour la plupart les fabliaux sont anonymes. Cependant on connait le nom de quelques créateurs : Rutebeuf, Philippe de Beaumanoir.

Les spécialistes pensent que nombre d'auteurs sont des hommes issus du clergé catholique (en particulier des moines errants de couvent en couvent), mais aussi des jongleurs de foire.

La versification des fabliaux est rudimentaire : les vers octosyllabes sont groupés par deux et les rimes sont le plus souvent plates voire incorrectes. Ils ont été créés en 1123.

Le contenu des fabliaux[modifier | modifier le wikicode]

Le fabliau repose sur le comique et une peinture réaliste de la vie bourgeoise (à l'époque les citadins) et paysanne (du moins les paysans libres comme les vilains) de l'époque. Il propose une satire, sans grande dureté, des mœurs. Le but recherché est de faire rire et non pas de mettre en cause les fondements de la société. Cependant la plupart des fabliaux se concluent sur une idée morale.

Il y a des personnages caractéristiques de ce genre de récit : le paysan ou le bourgeois naïf, la femme malicieuse et rusée qui se venge de son mari qui lui mène la vie dure, l'ecclésiastique paresseux, gourmand voire cupide. Bien souvent les voleurs, les trompeurs sont présentés comme des personnages sympathiques (comme cela est déjà le cas dans le Roman de Renart).

Très souvent l'intrigue du fabliau repose sur une méprise, voire sur plusieurs. Le comique peut venir des situations dans lesquelles se trouvent les personnages (bastonnades), sur des jeux de mots, sur des quiproquos, sur la grossièreté du vocabulaire ou des situations.

Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…