Eugénie Niboyet

« Eugénie Niboyet » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Eugénie Niboyet photographiée par Nadar

Eugénie Niboyet, de son nom de naissance Eugénie Mouchon, est une écrivaine, militante féministe, née le 11 septembre 1796, décédée en 1883.

Ses œuvres[modifier | modifier le wikicode]

Le vrai livre des femmes (...)Niboyet Eugénie bpt6k1025077t.jpg

Arrivée à Paris le 4 novembre 1829, elle commence à gagner sa vie avec l’écriture. En 1830, elle participe au concours de la société de la morale chrétienne1 sur le thème « Des aveugles et de leur éducation ».

Elle se rapproche du mouvement de Charles Fourier et y rencontre Flora Tristan.

En 1833, elle lance son premier journal féministe en province : Le conseiller des femmes. En 1836, elle fonde la Gazette des femmes avec l'aide de Charles Frédéric Herbinot, elle rassemble des femmes pour des réunions hebdomadaires du jeudi. Le 7 juillet 1838 elle obtient un brevet d'invention de 10 ans pour une encre indélébile.2

En 1848, dans La Voix des femmes, elle publie sa Profession de foi.

En 1860, elle revient en France après s’être retirée de la vie publique pendant trois ans à Genève où elle traduit des œuvres de Charles Dickens et des livres pour enfants de Maria Edgeworth. Elle publie Le vrai livre des femmes.

La reconnaissance de son œuvre[modifier | modifier le wikicode]

En 1878, elle est célébrée au congrès féministe de Paris.

Durant sa vie, Eugénie Niboyet fait partie des figures les plus influentes de son époque vu qu'elle réussit à créer des ouvrages comme la Gazette des femmes, Le vrai livre des femmes, Le conseiller des femmes.

Le 6 juillet 1883, à 82 ans, elle décède.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la littérature —  Tous les écrivains et poètes, romans et romanciers, BD et bédéistes…
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.