Empire perse achéménide

« Empire perse achéménide » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
L'Empire perse achéménide vers 500 av. J.-C.

L'Empire perse achéménide forme un vaste ensemble de territoires dominés par les Perses, qui s'étend de l'Indus à la mer Méditerranée. Fondé par le roi Cyrus II pendant la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C., il est détruit par Alexandre le Grand pendant la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C.. Cet empire, basé sur la soumission de peuples très différents versant un tribut au roi perse, pratiquait la tolérance religieuse et a donné naissance à un art monumental très important. Il a aussi affronté, sans succès, les Grecs pendant les guerres médiques, au début du Ve siècle av. J.-C..

Formation de l'Empire perse achéménide[modifier | modifier le wikicode]

À la fin du IIe millénaire av. J.-C., des peuples indo-européens venus du sud de la Russie, les Perses et les Mèdes, s'installent dans la région des plateaux iraniens, entre la mer Caspienne au nord et le golfe Persique au sud.

Les Mèdes, qui unifient leurs différents clans au milieu du VIIe siècle av. J.-C., doivent lutter contre l'expansion des Assyriens, puis des Sythes. Grâce à une alliance avec l'Empire néo-babylonien, les Mèdes parviennent à détruire l'Empire assyrien à la fin du VIIe siècle av. J.-C. Ils commencent alors leurs conquêtes vers l'ouest en Anatolie, en particulier contre les Lydiens. Vers 555 av. J.-C., Cyrus II, un roi perse vassal des Mèdes, parvient à éliminer le pouvoir mède et à unifier Mèdes et Perses.

Au cours du VIe siècle av. J.-C., les rois Cyrus II (555-529 av. J.-C.) et Darius Ier (521-485 av. J.-C.) conquièrent les territoires voisins de l'Iran : la Mésopotamie, Asie mineure dont les cités grecques qui sont installées sur les côtes, la Phénicie, la Palestine et l'Égypte. Les Perses s'installent également en Thrace, au nord de la Grèce, et exerce un protectorat sur le royaume de Macédoine.

La capitale est Persépolis, en Iran; mais il y a d'autres villes royales comme Suse et Babylone en Mésopotamie, ou Sardes en Asie mineure.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Achéménides.

Organisation de l'Empire perse achéménide[modifier | modifier le wikicode]

Les Immortels perses

L'empire est dirigé par le roi des Perses que l'on surnomme le « Grand Roi ». Il est divisé en grandes régions, entre 25 et 30 satrapies. À la tête de chaque satrapie, le roi nomme un satrape qui est son représentant ; il dispose des pouvoirs civils et militaires et rend la justice. Aux côtés des satrapes, existent des conseils où siègent des Perses mais aussi des représentants de la population d'origine de la région. Les satrapes sont contrôlés par des inspecteurs royaux qui interviennent sans prévenir.

Les peuples conquis doivent montrer leur soumission en versant un tribut annuel au Grand Roi. Ce tribut est en nature (du blé, des chevaux…) ou en métaux précieux (comme des lingots d'or et d'argent). Cependant, les vaincus conservent leurs langues, leurs religions, leurs coutumes et même parfois leurs princes (comme à Sidon ou à Chypre). C'est pour marquer cette diversité que le roi des Perses est aussi appelé le « Roi des Rois ».

La civilisation perse achéménide[modifier | modifier le wikicode]

Les Perses étaient très tolérants, tandis que leur religion, le mazdéisme, développait une morale exigeante basée sur la recherche du bien, de la justice, et le rejet du mensonge. Comme conquérants, ils se montraient cléments avec les vaincus, ce qui était alors une nouveauté extraordinaire, comparée à la cruauté des méthodes guerrières des Assyriens ou des Babyloniens.

Les Perses répandirent l'usage de la monnaie, qui avait été inventée en Lydie quelques décennies auparavant. Ils unifièrent les unités de poids et mesures en étendant le système des Babyloniens. Une grande route royale reliait les différentes capitales depuis la Perse jusqu'à la mer Méditerranée. L'Empire perse était au centre d'un grand trafic de marchandises de luxe entre l'Asie et le monde grec de la mer Égée.

Les Perses ont développé une civilisation marquée par la construction de palais monumentaux bâtis en pierre. Ces palais comportent de grandes salles dont les plafonds aux poutres en cèdre sont soutenus par des « forêts  » de colonnes ; les murs sont décorés par des bas reliefs en pierre ou en briques de terre cuites au soleil et émaillées, qui forment des frises.

Ruine du palais de Darius à Persépolis (Iran)

Les Perses disposent d'une écriture inspirée de celles de l'alphabet des Phéniciens.

Le cœur de l'armée perse était le corps des 10 000 Immortels.

Difficultés de l'Empire achéménide[modifier | modifier le wikicode]

Après les échecs perses des guerres médiques du Ve siècle av. J.-C. au milieu du IVe siècle av. J.-C., les Perses continuent d'intervenir en Grèce ; pendant la guerre du Péloponnèse, ils soutiennent d'abord les Spartiates, ce qui aboutit à la défaite d'Athènes en 406 av. J.-C., puis ils soutiennent les adversaires des Spartiates, ce qui provoque la défaite de Sparte en 394 av. J.-C.. Les Grecs, épuisés, doivent reconnaître, en 386 av. J.-C., que les cités grecques d'Asie restent sous la domination perse.

À la mort de Darius Ier, l'Égypte et la Babylonie se révoltent. Les fils des rois perses se disputent le pouvoir et les intrigues de palais sont dramatiques : trois souverains, Xerxès Ier et Xerxès II et Artaxerxès III, sont assassinés. Les princes font appel à des mercenaires étrangers pour combattre leurs rivaux (comme cela sera le cas avec l'expédition des Dix Mille mercenaires grecs, à la fin du Ve siècle av. J.-C.).

Les satrapes éloignés du pouvoir central, disposant des troupes et du tribut de leur région, tentent de se rendre indépendants, se font la guerre. Ce sera un satrape qui, en 330 av. J.-C., assassinera Darius III, le dernier roi perse, qu'Alexandre le Grand remplacera.

Portail de l'Antiquité —  Tous les articles sur l'Antiquité.