Dombes

« Dombes » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Vue aérienne.

La Dombes surnommée parfois la région aux mille étangs est une région naturelle et historique située dans le département de l'Ain en France. Elle est située sur un plateau sur lequel se trouve de nombreux étangs. La Dombes est voisine de la Bresse (au nord) et du Bugey (à l'est).

Paysages de la Dombes[modifier | modifier le wikicode]

L'ouest de la Dombes est une plaine avec un paysage rural d'openfield. De petites croupes (les poypes) parsèment l'espace ainsi que de nombreux lacs et étangs logés dans des dépressions fermées. À l'extrême sud, la côtière domine d'une centaine de mètres la plaine du Rhône. A l'ouest elle s'arrête à la Saône. L'est est plus herbager et boisé.

Le paysage lacustre change d'une année sur l'autre en fonction de la mise en eau (évolage) ou du vidage (l'assec) des étangs qui sont alors cultivés. Il en est de même avec le niveau des étangs (donc leur superficie) qui évolue en fonction de la pluviométrie.

Origine géologique de la Dombes[modifier | modifier le wikicode]

Le sous sol de la Dombes est formé par des molasses nées dans l' « lac bressan » un vaste lac de l'ère tertiaire coincé entre les hauteurs du massif central et les plateaux calcaires du Jura. Puis à l'ère quaternaire , les glaciers alpins, ici en fin de course, on apporté de nombreuses débris arrachés aux versants des vallées montagnardes. Lors du recul des glaciers ceux-ci ont laissé de nombreuses moraines (souvent alignées en arcs morainiques et en drumlins) qui donnent les croupes et les petites collines, où généralement, les villages sont situés. À la périphérie des glaciers les conditions climatiques (froid et vent violents) ont permis la formation de limons apportés par le vent (le lœss). Mais surtout au nord et à l'est, une partie du loess a été décalcifiée et s'est transformée en un sol imperméable et siliceux, le lehm.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les bâtiments du parlement de Dombes à Trévoux

Au IXe siècle, la Dombes faisait partie du royaume de Bourgogne puis du Saint-Empire romain germanique et son territoire est partagé entre de nombreuses seigneuries.

En 1424, est constituée, au bénéfice de Louis II duc de Bourbon, la principauté souveraine de Dombes dont la capitale est Trévoux. En 1523, pendant son conflit avec le connétable de Bourbon, le roi de France François Ier lui confisque la Dombes, qu'il donne à sa mère Louise de Savoie.

Quand cette dernière meurt, la Dombes est reprise par le roi. En 1561, la Dombes est rendu à Louis de Bourbon-Montpensier, elle reste dans cette famille (lié à la famille de Louis XIII]] en 1681, quand la « Grande Mademoiselle », la duchesse de Montpensier, la cède à son cousin germain le roi Louis XIV en échange de la libération de son amant le duc de Lauzun. Le roi donne la Dombes au duc du Maine, un de ses fils légitimés. La Dombes avait un parlement (Ancien Régime|parlement]], dont était issu le gouverneur de la principauté, une cour des comptes et une cour de Aides. Tous les sept ans les États de la Dombes votaient un « don gratuit » de 20 000 livres en faveur du roi.

La Dombes est définitivement rattachée au royaume en 1762, à la suite d'un échange avec le comte d'Eu, fils du duc du Maine. En 1775 la Dombes est rattachée à la généralité de Lyon et son parlement est supprimé en 1774.

C'est à Trévoux que se trouve depuis 1603, un importante imprimerie qui édite le Journal de Trévoux qui devient en 1701, l'organe de propagande des Jésuites, le Dictionnaire de Trévoux y est également publié à partir de 1701.

Les activités rurales en Dombes[modifier | modifier le wikicode]

Les étangs ont été aménagés par les moines et les seigneurs pendant les défrichements forestiers du XIIIe au XVIIIe siècle. Auparavant la région était surtout boisée avec des marécages dans les creux. La région était un foyer de paludisme. Les étangs en eau pouvaient fournir du poisson et du gibier à plume qui apportaient un complément de revenus à leur propriétaire (noblesse et clergé). Lorsqu'ils étaient asséchés temporairement (environ tous les deux ou trois ans) ils étaient cultivés en céréales.

Aujourd'hui l'assec dure bien plus longtemps (on dispose des engrais chimiques qui remplacent la vase fertilisante des étangs). Les étangs sont laissés en eau pendant de nombreuses années entre cinq et dix ans, certains ne sont asséchés que tous les 25 ou 30 ans et même deviennent permanents car cela rapporte beaucoup plus que les fermages des terres agricoles, grâce à la pisciculture et à la vente des droits de chasse (proximité de Lyon).

Aujourd'hui les étang couvrent plus de 20 000 hectares (ce qui représente 2% de la superficie de la région et 10% de la superficie des étangs d'eau douce de la France)

Désignation[modifier | modifier le wikicode]

Le nom de sa principale ville, Villars-les-Dombes, participe à une erreur assez commune de désignation : « les Dombes » (erreur) au lieu de « la Dombes » (désignation correcte). En effet, d'une part le "s" final n'est pas ici la marque d'un pluriel et d'autre part, le "les" de Villars-les-Dombes est issu de "lès" qui signifie « à côté de ».

Source[modifier | modifier le wikicode]

  • Les plus beaux sites naturels de France. Divers auteurs. Eclectis.1991.
  • Guide des Merveilles naturelles de la France. Divers auteurs. Sélection du Reader's Digest. 1974.
  • Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Marcel Marion.Éditions A & J Picard & Cie. 1969.
Portail de la géographie —  Tout sur les continents, le climat, le relief...
Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.