Dieudonné

« Dieudonné » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Dieudonné en 2009.

Dieudonné M'Bala M'Bala, généralement appelé par son simple prénom Dieudonné ou par son diminutif Dieudo, né le 11 février 1966, est un humoriste et militant politique français, occasionnellement acteur.

Après avoir formé pendant un certain temps, avec Élie Semoun, le duo Élie et Dieudonné, il se spécialise dans un humour considéré comme raciste. Il est au centre de « l'affaire Dieudonné » en 2013-2014, qui se termine par l'interdiction d'un de ses spectacles, Le Mur.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Années 1990 : Élie et Dieudonné[modifier | modifier le wikicode]

Dieudonné a commencé sa carrière avec Élie Semoun.

Dans les années 1990, Dieudonné M'Bala M'Bala décide de former un duo comique avec son ami Élie Semoun. Les deux humoristes se spécialisent dans l'humour antiraciste, jouant sur le fait que Élie est juif et Dieudonné est noir, deux catégories sociales souvent victimes de discrimination. Dieudonné joue alors un personnage imposant physiquement (la « grosse brute »), tandis que Semoun se sert de sa petite taille pour jouer un rôle de « petit teigneux ». Ils sont à l'époque l'un des duos comiques les plus populaires en France. Ils organisent deux spectacles à succès (Élie et Dieudonné, Élie et Dieudonné en garde à vue), une émission (L'Avis des Bêtes : une certaine idée de la France) et un film (Le Clone). Ils finissent par se séparer en 1997, et les deux humoristes continuent leur carrière chacun de leur côté.

Années 2000 : Le revirement de Dieudonné[modifier | modifier le wikicode]

Après la séparation du duo, Dieudonné fait des spectacles en solo. Ses premiers spectacles, notamment Dieudonné tout seul et Le Divorce de Patrick, font preuve d'une certaine intelligence et sont très bien accueillis par les critiques et le public.

Dans les années 2000, alors que la popularité de son ancien ami ne se dément pas, Dieudonné change progressivement de camp : il passe en effet de la gauche à l'extrême droite, qu'il avait pourtant toujours combattue lors de ses spectacles avec Élie Semoun. Il se rapproche notamment de son leader Jean-Marie Le Pen. Ses spectacles deviennent de plus en plus racistes. Les victimes les plus récurrentes de ses spectacles sont les juifs : il se revendique comme étant un antisioniste, idéologie que certains considèrent comme proche de l'antisémitisme. Semoun déclarera avec humour, étant juif, que c'est peut-être lui-même « qui l'a traumatisé ».

Dieudonné se rapproche de Jean-Marie Le Pen, président du FN, dans les années 2000.

Il perd vite le soutien de ses amis de la période « antiraciste », tel que Jamel Debbouze, Arthur ou Joey Starr, qui se rendent compte qu'il pense réellement ce qu'il clame dans ses sketches. Ses relations avec Élie Semoun sont tumultueuses : ce dernier souhaite dans un premier temps renouer des liens d'amitié avec lui (il ira même jusqu'à assister à l'un de ses spectacles et monter sur la scène), mais finit par déclarer qu'il ne veut plus avoir le moindre contact avec lui après avoir appris que Dieudonné avait fait de Jean-Marie Le Pen, le parrain de sa fille.

Dieudonné se présente à l'élection présidentielle de 2007, mais finit par renoncer, n'ayant pas les fonds nécessaires. Il soutient alors le Front national.

2010-2013 : Nouvelles polémiques[modifier | modifier le wikicode]

En 2011, Dieudonné joue dans le film L'Antisémite, qu'il réalise aussi.

En 2012, il se présente aux élections législatives. Il obtient moins de 2 % des voix.

En 2013, Dieudonné accumule les provocations sur la Shoah, l'assassinat du militant antifasciste Clément Méric et le mariage pour tous.

2013-2014 : L'affaire Dieudonné[modifier | modifier le wikicode]

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls décide fin 2013 de combattre Dieudonné.

En 2013, Dieudonné organise un nouveau spectacle, Le Mur. Des vidéos fuitent sur Internet, montrant que les insultes contre les juifs et les allusions à la Shoah sont présentes plus que jamais. L'humoriste va même jusqu'à évoquer certaines personnes vivantes, comme le journaliste Patrick Cohen de France Inter, qui portera immédiatement plainte.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls déclare alors qu'il va étudier toutes les possibilités pour faire interdire les spectacles de Dieudonné. Il s'explique ainsi : « Quand Dieudonné insulte la mémoire des victimes de la Shoah, c'est insoutenable. Ça suffit. Il faut casser cette mécanique de haine. » Si le monde politique (à l'exception notable du Front national) condamne Dieudonné, la démarche de Valls est sérieusement critiquée, car remettant en cause la liberté d'expression.

Bien que très sollicité par la presse, Élie Semoun ne réagira que dans un sketch diffusé sur Canal+. Une autre réaction qui provoqua beaucoup de commentaires est celle de l'humoriste Nicolas Bedos sur France 2.

Le 9 février 2014, après de nombreuses difficultés, Manuel Valls réussit à faire interdire le spectacle de Dieudonné. Ce dernier obtient quelques jours après l'autorisation de monter de nouveau sur scène, à condition qu'il cesse ses blagues antisémites. L'humoriste tient toutefois à rappeler que ses opinions personnelles n'ont pas changé.

Depuis 2014[modifier | modifier le wikicode]

Il revient quelques mois plus tard, avec un nouveau spectacle, La Bête immonde, qui n'a absolument pas changé des précédents. Toutefois, l'agitation médiatique ne revient pas, malgré ses nombreux ennuis judiciaires.

À la fin de l'année, Dieudonné et Alain Soral décident de cesser leurs relations avec le Front national suite aux déclarations en faveur d'Israël (pays avec une population très majoritairement juive) de certains élus du parti.

Suite aux attentats de janvier 2015 en France, Dieudonné déclare : « Je me sens Charlie Coulibaly ». Il s'agit d'un détournement du slogan « Je suis Charlie » utilisé pour manifester son soutien à la rédaction de Charlie Hebdo après l'attentat contre Charlie Hebdo, en y accolant le nom de Amedy Coulibaly, qui avait tué plusieurs Juifs lors d'une prise d'otages avant d'y être lui-même tué. Accusé d'apologie du terrorisme, Dieudonné est placé en garde à vue le 14 janvier 2015 : il est condamné à 30 000 euros d'amende. S'il ne les paye pas, il risque la prison.

Le geste de la quenelle[modifier | modifier le wikicode]

Le geste de la « quenelle ».

En 2005, pour son spectacle 1905, Dieudonné invente la « quenelle ». Pour faire ce geste, il faut tendre un bras vers le bas tout en posant la main de l'autre bras sur l'épaule. Il ressemble au bras d'honneur, mais est surtout choquant pour sa ressemblance avec un salut nazi inversé. Ce geste est considéré - uniquement par des organisations antiracistes - comme étant un geste nazi et donc antisémite1, bien que cela soit démenti par Dieudonné et les dieudonnistes.

Après 1905, Dieudonné réutilise plusieurs fois la quenelle pour ses sketches, puis ce geste devient peu à peu un véritable « symbole dieudonniste » utilisé très souvent par l'humoriste comme par ses fans et ses soutiens.

Dans les semaines suivant l'affaire Dieudonné, plusieurs personnalités proches de l'humoriste refont la quenelle, dont le footballeur Nicolas Anelka (un ami de Dieudonné). Ces actions racistes provoquent parfois des véritables scandales : des fonctionnaires ou même des lycéens se faisant photographier alors qu'ils la font sont purement et simplement renvoyés. Certaines personnes, tel que le journaliste Yann Barthès, présentateur de l'émission Le Petit Journal sur Canal+, ou encore le basketteur Tony Parker, l'ont faite, mais c'était parce qu'ils l'avaient prise pour un simple phénomène de mode.

L'entourage de Dieudonné[modifier | modifier le wikicode]

Jamel Debbouze fut, pendant un certain temps, un ami très proche de Dieudonné. Il a fini par mettre fin à leur amitié.

Pendant les années 90, alors considéré comme un humoriste « fréquentable », il est amené à connaître et à travailler avec d'autres humoristes très populaires, comme Jamel Debbouze, Alain Chabat ou Gad Elmaleh. Mais, bien évidemment, son plus proche ami est Élie Semoun, avec qui il est en duo. Après leur séparation, Dieudonné reste encore ami avec ces humoristes, ne s'étant pas encore radicalisé. C'est ainsi que certains lui offrent certains rôles au cinéma, comme dans Les Onze Commandements de Michael Youn ou Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre de Alain Chabat, qui fera 14 millions d'entrées.

Mais, dans les années 2000, Dieudonné perd peu à peu la confiance de ses anciens amis. Certains le défendent malgré sa « radicalisation » : c'est ainsi que, en 2004, Jamel Debbouze, Daniel Prévost, Djamel Bouras, Guy Bedos et Noël Mamère viennent assister à son spectacle Mes excuses, ouvertement antisémite. C'est ce spectacle, ainsi qu'une intervention très controversée sur France 3 à laquelle a assisté Debbouze, qui a commencé à faire se rendre compte à ces soutiens que Dieudonné est bel et bien devenu raciste. Ils coupent tous leurs contacts avec lui. Semoun, de son côté, déclare que pour lui, le Dieudonné qui fut son ami et collègue durant les années 90 et le Dieudonné antisémite organisant des spectacles racistes forment pour lui deux personnes distinctes.

En même temps que sa séparation avec les humoristes « traditionnels », Dieudonné se fait de nouveaux proches, ayant nettement moins bonne réputation, dont :

  • Alain Soral, écrivain soutenant Dieudonné dans ses livres, considéré comme son plus proche allié.
  • Jean-Marie Le Pen et plus généralement le Front national, qui assument sans complexe leur amitié pour Dieudonné, du moins jusqu'à l'arrivée de Marine Le Pen à la présidence du FN, qui tente de dédiaboliser son parti. Par la suite, l'ensemble du FN évite de soutenir l'humoriste, sans réellement le condamner.
  • plusieurs personnalités venues des milieux négationnistes2 et islamistes.

Spectacles[modifier | modifier le wikicode]

Dieudonné en novembre 2013, durant une représentation de son spectacle Le Mur, au théâtre de la Main d'Or. C'est ce spectacle qui a lancé le scandale et conduit Manuel Valls à s'intéresser au cas de l'humoriste.

Avec Élie Semoun[modifier | modifier le wikicode]

  • 1991 : Élie et Dieudonné
  • 1996 : Élie et Dieudonné en garde à vue

En solo[modifier | modifier le wikicode]

  • 1997 : Dieudonné tout seul
  • 2000 : Pardon Judas
  • 2002 : Cocorico !
  • 2003 : Le Divorce de Patrick
  • 2004 : Mes excuses
  • 2005 : 1905
  • 2006 : Dépôt de bilan
  • 2007 : Best-of 1 : le meilleur de Dieudo
  • 2008 : Best-of 2 : le meilleur de Dieudo
  • 2008 : J'ai fait l'con
  • 2009 : Sandrine
  • 2010 : Mahmoud
  • 2011 : Rendez-nous Jésus !
  • 2012 : Foxtrot
  • 2013 : Le Mur
  • 2014 : Asu Zoa
  • 2014 : La Bête immonde

Auteur et metteur en scène uniquement[modifier | modifier le wikicode]

  • 2006 : Émeutes en banlieue
  • 2014 : Mariage pour tous

Filmographie[modifier | modifier le wikicode]

Au cinéma, l'un des principaux rôles de Dieudonné est celui du Dieu de la Blague dans le film, Les Onze Commandements, de Michael Youn.

Cinéma[modifier | modifier le wikicode]

  • 1996 : Le Passager de Dominic Bachy
  • 1997 : Didier d'Alain Chabat
  • 1997 : Le Déménagement d’Olivier Doran
  • 1997 : Le Clone de Fabio Conversi
  • 1998 : Le Derrière de Valérie Lemercier
  • 1999 : Vive nous de Camille de Casabianca
  • 2001 : Philosophale de Farid Fedjer
  • 2001 : Voyance et Manigance d’Eric Fourniols
  • 2001 : HS Hors Service de Jean-Paul Lilienfel
  • 2002 : Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d'Alain Chabat
  • 2003 : Raisons économiques de Patrice Jourdan et Sören Prévost
  • 2003 : Les Clefs de bagnole de Laurent Baffie
  • 2004 : Les Onze Commandements de François Desagnat et Thomas Sorriaux
  • 2004 : La Méthode Bourchnikov de Grégoire Sivan
  • 2004 : Casablanca Driver de Maurice Barthélémy
  • 2012 : L'Antisémite de Dieudonné M'Bala M'Bala
  • 2012 : Métastases de Dieudonné M'Bala M'Bala

Télévision[modifier | modifier le wikicode]

  • 1991 : Marc et Sophie
  • 1991 : Vivement lundi !
  • 1991 : Maguy
  • 1992 : Les Taupes-niveaux de Jean-Luc Trotignon
  • 1994 : L'Avis des bêtes : Une certaine idée de la France
  • 1998 : Les 30 dernières minutes, de Kad Merad et Olivier Baroux
  • 2002-2003 : Caméra Café de Bruno Solo, Yvan Le Bolloc'h et Alain Kappauf
  • 2003 : Soyez prudents... de Lionel Gédébé

Websérie[modifier | modifier le wikicode]

  • 2011 : Les Douaniers de Dieudonné M'Bala M'Bala

Publications[modifier | modifier le wikicode]

  • 2002 : Lettres d'insulte, illustrations de Tignous, éd. Le Cherche-Midi
  • 2010 : Peut-on tout dire ?, entretiens entre Dieudonné et Bruno Gaccio, recueillis par Philippe Gavi et Robert Ménard, éd. Mordicus
  • Yacht People (bande dessinée) scénario de Dieudonné M'Bala M'Bala et Alain Soral, dessins de Zéon, éd. Kontre Kulture
    • 2012 : Tome 1 : Quenelle en haute mer
    • 2014 : Tome 2 : Au-dessus c'est le soleil

Discographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1995 : J'm'en cure le zen (single sous le pseudonyme de Kent Master King, avec Alain Granat, chez EMI Group)
  • 1996 : Le chant du muet (chez EMI Group)
  • 2014 : Un vent nouveau (single, chez E-Quenelle)
  • 2014 : Petit Poney (single, chez E-Quenelle)

Précision[modifier | modifier le wikicode]

  1. Les antisémites sont des personnes qui haïssent les Juifs et désirent leur extermination.
  2. Les négationnistes sont des personnes remettant en cause l'existence de la Shoah. C'est une forme de racisme : les négationnistes haïssent tant les Juifs qu'ils refusent d'admettre qu'ils ont pu, à un moment de l'histoire, être victimes d'un peuple non-juif.

Pour aller plus loin...[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Dieudonné de Wikipédia.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Élie et Dieudonné de Wikipédia.
Portail du théâtre —  Tous les articles sur le théâtre et les arts de la scène.