Da Vinci Code

« Da Vinci Code » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Le titre s'écrit « Da Vinci Code », mais ce navigateur n'a pas pu l'afficher correctement.

Da Vinci Code est un roman paru en 2003, écrit par le romancier américain Dan Brown, deuxième de la tétralogie Robert Langdon.

Ce roman est un des livres les plus lus de l'histoire (environ 86 millions d'exemplaires vendus selon les estimations de 2010) et le score est en constante augmentation.

L'œuvre a suscité beaucoup de controverses et de critiques sur son contenu, à cause des nombreux points de vue et thèses de son auteur sur les dogmes du christianisme.

En tout, les recettes gagnées grâce au roman s'éléveraient à, au moins 200 millions d'euros !

Thèses[modifier | modifier le wikicode]

Les thèses foisonnent dans le livre, certaines directement issues des évangiles gnostiques aussi dits « évangiles apocryphes ».

Une en particulier a durablement marqué les lecteurs : la possibilité de la descendance du Christ qui aurait été marié à Marie Madeleine (ou de Magdala). De nombreux apocryphes l'attestent, dont la majorité sont antérieurs au concile de Nicée. Bien sûr, cette allégation ne peut être prouvée ; de plus, elle s'attaque à la religion. On peut donc choisir d'y croire ou non.

Controverses, point de vue de l’Église catholique[modifier | modifier le wikicode]

L'auteur mélange habilement informations avérées et pure imagination. De nombreux éléments du livre s'inspirent d'histoires vraies (comme celle de l'abbé Saunière) : en effet, Dan Brown a eu besoin de beaucoup se documenter pour tout savoir sur les événements historiques, les personnages, les lieux, les symboles dont il traitait. Il cite dans le livre des sociétés secrètes (le Prieuré de Sion), et de nombreux personnages historiques : Newton, Constantin Ier.

L'Église n'a pas pu interdire le livre car l'index des livres n'existait plus depuis 1966. Elle n'a donc pas réagi, mais quelques cardinaux l'ont déconseillé à la lecture.

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le wikicode]

L'Homme de Vitruve, dessin de Léonard de Vinci.

Deux adaptations cinématographiques du roman de Dan Brown sont sorties en salles. La première, le Da Vinci Code (2006) connut un immense succès qui le plaça dans le classement des films les plus rentables et les plus vus de l'histoire : le film à lui seul a rapporté 750 millions de recettes avec de nombreux acteurs et actrices célèbres Tom Hanks, Audrey Tautou, Ian Mckellen.

Le deuxième connut un succès mitigé, rapportant beaucoup moins que le premier.

Éléments de l'œuvre[modifier | modifier le wikicode]

Lieux[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les nombreux lieux visités, on peut citer :

Personnages[modifier | modifier le wikicode]

La lame, symbole masculin
Le calice, symbole féminin

Les principaux personnages de l'histoire sont :

  • Robert Langdon : professeur de symbolique religieuse à l'université de Harvard ;
  • Sophie Neveu : petite-fille de Jacques Saunière, cryptologue travaillant pour la police française ;
  • Jacques Saunière : conservateur du Musée du Louvre, assassiné au début du livre par Silas ;
  • Bézu Fache : commissaire de la police judiciaire française ;
  • Sir Leigh Teabing : historien anglais, chevalier de la Couronne, spécialiste du Graal, proche de Langdon, maître voulant à tout prix le Graal pour révéler le fameux secret du prieuré ;
  • Silas : moine albinos dévoué à l'Opus Dei.

Prieuré de Sion[modifier | modifier le wikicode]

Selon plusieurs commentateurs, cette organisation ne remonterait véritablement qu'à la « révélation » d'un certain Pierre Plantard, en décembre 1940 : l'homme affirmait être descendant des Mérovingiens, pour finalement déclarer après la Seconde Guerre mondiale être le dépositaire d'une organisation cachée : le Prieuré de Sion. Il aurait commencé par en déposer les statuts en 1956, pour officialiser sa « révélation », et aurait déposé un peu plus tard à la Bibliothèque nationale de France les Dossiers secrets d'Henri Lobineau, qui ne seraient que de faux parchemins, détaillant sa royale ascendance et la prétendue histoire du Prieuré de Sion, comprenant la liste supposée de ses grands maîtres (Léonard de Vinci, Victor Hugo...). Pierre Plantard sera accusé de fraude, à la suite de l'examen des documents déposés à la Bibliothèque Nationale.

Symboles[modifier | modifier le wikicode]

On trouvent nombreux symboles dont le calice, symbole féminin, et la lame, symbole masculin.

Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…