Dôme du Rocher

« Dôme du Rocher » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Super article Tu lis un « super article ».

Le dôme du Rocher, aussi appelé la coupole du Rocher, est une mosquée qui a été construite sur l'emplacement de l'ancien Temple de Salomon (détruit une deuxième fois en 70 par les Romains de Titus), à Jérusalem. Il est considéré comme le troisième lieu saint de l'islam, après la Mecque et Médine, en Arabie saoudite.

Selon la légende, c'est là que le prophète Mahomet aurait fait son voyage nocturne, puis son élévation vers les cieux. C'est aussi sur ce rocher qu'Abraham aurait failli sacrifier son fils Isaac avant qu'un ange ne l'arrête.

Le dôme du Rocher, vu du mont des Oliviers, à Jérusalem.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Peinture de Louis Haghe, représentant le dôme du Rocher dans la Jérusalem du XIXe siècle
Le dôme du rocher en 1913

La mosquée fut construite par le calife omeyyade Abd al-Malik de 691 à 692, c’est-à-dire 72 ans après l'Hégire. Elle est située sur le harâm al-sharif, en face de la mosquée Al-Aqsa, qui est la plus vieille mosquée que l'on connaisse. Après qu'Hélène, la mère de l'empereur Constantin, a découvert la croix de Jésus, les chrétiens laissèrent à l'abandon cette partie de la ville pour se concentrer sur sa partie occidentale. Il est reconnu que c'est à cet endroit que le roi biblique Salomon construisit au VIe siècle av. J.-C. le premier Temple, qui fut détruit par les Perses quelques siècles plus tard. Il fut ensuite reconstruit et agrandi par Hérode et détruit de nouveau en 70 ap. J.-C.

Sur la terrasse, il y avait un temple romain consacré à Jupiter, restant en ruines afin de témoigner symboliquement de la victoire du christianisme sur les religions païennes. Il y a alors de très nombreuses églises chrétiennes dans la ville de Jérusalem. Les ruines de l'esplanade seront réutilisées afin de créer un symbole fort de la religion musulmane face au judaïsme et au christianisme, deux religions que l'islam ne considère pas comme justes. Le dôme fut restauré de nombreuses fois. Au IXe siècle, le calife abbasside Al-Mamun effaça le nom d'Abd al-Malik, le calife qui fit construire la mosquée, pour le remplacer par le sien.

Au début du Xe siècle, la coupole, qui auparavant était en cuivre, est recouverte d'une feuille d'or. Plus tard, cette couverture est remplacée par du plomb. Au XIe siècle, le site, et particulièrement le dôme, subit deux tremblements de terre. Avec la prise de Jérusalem par les croisés en 1099, la mosquée est reconvertie en église, mais l'édifice est conservé tel quel. Le croissant est remplacé par la croix et on construit un autel en pierre. Pendant cette période, les juifs et les musulmans ont l'interdiction de pénétrer dans la ville. À cause du symbole que représente le Rocher (comme au Saint-Sépulcre, il y a un rocher au centre), les croisés arrachèrent quelques bouts de terre afin de les vendre à des pèlerins. Pour empêcher ce commerce, les rois croisés firent installer une grille en métal, dont certaines parties sont encore visibles. Le dôme du Rocher est consacré comme église chrétienne en 1142. Cependant, on ne veut pas en faire un endroit plus important que le Saint-Sépulcre (bien que plusieurs événements de l'Ancien et du Nouveau Testament lui soient associés).

Au cours des siècles, de nombreux éléments de la mosquée ont été remplacés. C'est le cas des mosaïques intérieures, où l'on trouve des restaurations mamelouks dans la coupole ou, par exemple, dans les plafonds peints dont les motifs datent du XIIIe siècle. Le décor extérieur est complètement remplacé par des carreaux de céramique ottomans sur l'ordre de l'empereur Soliman le Magnifique. Quatre campagnes de restauration ont été menées par la suite, à l'initiative des sultans ou des califes. Il y a également eu une restauration en 1960.

En 1927, une étude est menée sur les mosaïques par Marguerite van Berchem, qui en fait une description détaillée et conclut qu'elles ont été faites par des artistes syriens et non byzantins.

Architecture[modifier | modifier le wikicode]

Plan[modifier | modifier le wikicode]

Plan du dôme

Le dôme du Rocher a un plan octogonal, organisé autour du Rocher de la Fondation (rocher au milieu de la mosquée), qui est l'endroit le plus élevé du mont. Il repose sur une plate-forme artificielle rectangulaire qui possède huit escaliers. Le dôme est supporté par une arcade circulaire comportant quatre piliers et douze colonnes. L'espace s'organise en un double déambulatoire , ce qui est étonnant, car cela ne fait pas partie des pratiques musulmanes, mais plutôt catholiques.

Le premier déambulatoire est défini par la colonnade circulaire (celle qui supporte la coupole) et la deuxième colonnade. Le deuxième déambulatoire se situe entre la deuxième colonnade et les murs extérieurs, eux aussi octogonaux. Il y a quatre portes en direction des points cardinaux, celle orientée vers la mosquée Al-Aqsa et donc vers La Mecque disposant d'un portique plus imposant.

Il possède également deux mihrab, situés dans la grotte du Dôme, donc non visibles depuis l'intérieur de la mosquée. Une petite annexe, comprenant des colonnes à chapiteaux byzantins, abrite le bassin aux ablutions.

Le Dôme ressemble beaucoup à l'église du Saint-Sépulcre, probablement parce qu'il a des héritages architecturaux byzantins.

Élévation[modifier | modifier le wikicode]

Tambour et dôme

Le dôme s'élève sur douze piliers ronds en marbre et quatre en granite. Seize baies situées sur le tambour de la coupole apportent la lumière à l'intérieur de la mosquée. Les murs extérieurs octogonaux sont pourvus d'une alternance de colonnes de marbre coloré. La colonnade circulaire (intérieure) est formée sur la division en quatre piliers de l'espace. Sur la colonnade octogonale, il y a un ordre de deux colonnes reliées par des arcs surhaussés entre chacun des huit piliers.

Le mur extérieur possède de nombreuses fenêtres à claustras sur chaque face du monument. Les colonnes sont surmontées de chapiteaux à feuilles d'acanthe (motif végétal) et renforcées par une bande de poutres (que l'on peut appeler aussi « tirants »). Les ouvertures extérieures sont fermées par des doubles grilles qui datent de l'époque ottomane.

Couverture du dôme[modifier | modifier le wikicode]

La coupole qui surplombe le Rocher est formée d'un haut tambour à deux étages. Sur la partie inférieure, le mur n'est pas percé, mais sur la partie supérieure, il a seize fenêtres. Le dôme fait 20,3 m de diamètre et 20,5 m de hauteur, des dimensions semblables à celles du Saint-Sépulcre. Il y a deux coques en bois, dont l'extérieur est doré par un alliage. Selon plusieurs auteurs musulmans, la coupole avait été recouverte d'or qui restait après la construction, mais ce ne serait qu'une légende.

Plusieurs peintures des XIXe et XXe siècles montrent le dôme avec une couleur dorée, tel qu'on peut le voir aujourd'hui. Cependant, une toile de 1928 et plusieurs photos du XXe siècle montrent le dôme sans dorure. Il aurait été redoré en 1965, mais l'état de la coupole actuelle date de la restauration de 1995.

Au-dessus des déambulatoires, un toit en pente fait office de plafond, mais il est caché par la grande hauteur du parapet de la mosquée. Il se situe juste au-dessous des fenêtres à claustras.

Décor[modifier | modifier le wikicode]

Mosaïques avec des joyaux incrustés (en blanc)

Le décor de la mosquée est de trois types : les tirants en bois qui sont couverts de bronze, les placages de marbre sur les murs et les piliers et la présence d'une longue bande de mosaïque (280 m2) pour les parties hautes (écoinçons et soffites). Le décor devait être identique à l'extérieur mais il a été remplacé par de très belles céramiques ottomanes polychromes, mais le marbre extérieur est resté intact. On ne sait pas si les mosaïques couvraient toute la surface ou étaient organisées autrement.

Il n'y a aucune représentation d'hommes ou d'animaux dans le monument, à cause de l'interdiction faite dans le Coran de représenter ce genre d'images. Par contre, il y a une omniprésence des éléments végétaux : feuilles d'acanthe, vignes, grandes fleurs stylisées en forme de lotus, arbres, tous hérités des traditions gréco-romaine et orientale. Les teintes dominantes sont le bleu, le vert et l'or. Il y avait aussi des bijoux et des pectoraux sur la façade.

La symbolique du décor a suscité de nombreuses interprétations, mais il semblerait que le décor n'ait qu'un but ornemental, selon son agencement et son iconographie.

Motifs géométriques se répétant

Les mosaïques du dôme ont souvent été rapprochées des mosaïques de dômes chrétiens. Il est probable qu'elles aient été exécutées par des artistes chrétiens ou récemment convertis à l'islam. Cependant, il y a une disparition de la figuration : en effet, il n'y a que des éléments géométriques et végétaux.

L'historien de l'art Oleg Grabar, spécialiste des arts de l'Islam et du Dôme du Rocher, a remarqué dans le décor du bâtiment, deux caractéristiques de l'art islamique. D'une part il y a l'utilisation de formes réalistes, c'est-à-dire des végétaux par exemple, pour des buts non-réalistes (les artistes ne voulaient pas représenter fidèlement la réalité mais rendre la mosquée la plus belle possible). Ainsi, nous pouvons voir des joyaux incrustés dans des arbres, qui illustrent cette idée. D'une autre part, les artistes utilisaient le même motif qu'ils répétaient autant de fois que possible (des motifs géométriques) et ils pouvaient créer ainsi de nouveaux motifs, en les combinant différemment (à la manière d'un puzzle). Enfin, tout le décor intérieur, ne sert pas à mettre en valeur l'architecture de la mosquée avec son dôme, mais de créer une atmosphère unifiée (les couleurs du décor intérieur sont souvent les mêmes : le vert, l'or et le gris), cohérente, sûrement dans le but d'inciter à la prière.

Raisons de la construction[modifier | modifier le wikicode]

Au coucher du soleil

Raisons politiques[modifier | modifier le wikicode]

Le bâtiment a sûrement été construit pour symboliser et matérialiser la victoire de la dynastie umayyade, et plus largement de l'islam, sur les deux autres religions monothéistes présentes dans Jérusalem : le christianisme et le judaïsme. Plusieurs éléments concordent avec cette version : la grandeur du dôme et sa couverture en or, les mosaïques colorées et sa position stratégique dans la ville laissent à penser qu'il a été conçu pour être visible de loin. En outre, Jérusalem était, à l'époque de sa construction, une ville majoritairement chrétienne et avec une forte communauté juive.

Le choix du lieu est extrêmement important : la mosquée est construite sur les ruines juives du Temple d'Hérode, laissé à l'abandon par les chrétiens pour marquer le triomphe du christianisme sur le judaïsme. C'est un symbole très fort. Le lieu est associé à David et Salomon, deux rois très importants dans la tradition biblique, et dont le succès et la notoriété sont censés rejaillir sur le calife.

Les bijoux et les couronnes sont peut-être des trophées.

Raisons religieuses[modifier | modifier le wikicode]

Dôme du Rocher et dôme de la Chaîne

Le lieu serait l'endroit où Abraham avait tenté de sacrifier son fils Isaac. Le livre de la Genèse nous décrit le nom de cet endroit précis : « Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, que tu chéris, Isaac, et va-t'en au pays de Moriyya et là tu l'offriras en holocauste sur une montagne que je t'indiquerai. » (Gn 22, 2), le Mont Moriah désigne le mont du Temple où se trouve actuellement le dôme du Rocher. Le Temple de Salomon se situait à cet endroit et Hérode l'aurait fait reconstruire à cet endroit même. Le seul vestige de ce monument reste le mur des Lamentations, lieu le plus saint du judaïsme (étant proche du Saint des Saints où se trouvait l'arche d'alliance).

Selon l'Islam, ce serait l'endroit où Mahomet aurait fait son voyage nocturne (isra), puis son ascension (miraj) vers le ciel, afin de visiter les cieux et de recevoir d'Allah les cinq prières journalières de l'Islam. Dès le VIIIe siècle, cette corrélation avec Jérusalem apparaît, bien que ce soit seulement vers les XIIe-XIIIe siècles que les sources islamiques mentionnent le dôme du Rocher comme réel point de départ du miraj.

Dans le Nouveau Testament, plusieurs épisodes se déroulent sur le site du dôme du Rocher (avant la destruction du Temple par les Romains en 70 ap. J.C.). On peut citer Matthieu (21, 12-13) quand Jésus chasse les marchands du Temple, Luc (2, 41-51), quand Jésus parle avec les docteurs du Temple alors qu'il est encore enfant ou encore Jean (7, 14-15) quand Jésus enseigne dans le temple lors de la fête des Tabernacles.

Actualités[modifier | modifier le wikicode]

Le gouvernement Israélien a voulu il y a peu de temps, installer des caméras sur l'Esplanade des Mosquées afin de surveiller cette zone très instable1. Cependant, après de nombreuses manifestations réprimées violemment par Israël, l'état juif a dû battre en retraite et abandonner l'idée d'installer des caméras sur l'Esplanade des Mosquées.

Utilisations de la mosquée[modifier | modifier le wikicode]

Le rôle de la mosquée[modifier | modifier le wikicode]

Le dôme du Rocher occupe évidemment une fonction religieuse, étant une mosquée très importante dans l'Islam. Elle est accessible à tous les musulmans à des fins religieuses. C'est une fondation jordanienne, la Waqf, qui administre et gère l'Esplanade des mosquées et la mosquée ; cependant Israël s'occupe des entrées et des accès au monument en contrepartie, un accord ayant été signé en ce sens entre Israël et la Jordanie.

Un monument touristique[modifier | modifier le wikicode]

Jusqu'au milieu du XXe siècle, il était interdit aux non-musulmans d'accéder au Dôme. Depuis 1967, il leur est permis un accès limité, mais il ne leur est pas permis de prier ni de porter de signe religieux. Des restrictions aux Palestiniens ont également été imposées par Israël, afin d'éviter des problèmes.

Depuis 2006, cependant, la mosquée est ouverte tout les jours le matin, ainsi qu'entre midi et une heure, aux non-musulmans, sauf les vendredis (jour saint en Islam), samedis et jours où se tiennent des fêtes religieuses musulmanes.

Galerie[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes et sources[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Jérusalem : l'idée de caméras sur l'esplanade des Mosquées inquiète : http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/jerusalem-l-idee-de-cameras-sur-l-esplanade-des-mosquees-inquiete-740967
Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.
Portail de l'Islam —  Tous les articles concernant l'Islam.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Dôme du Rocher de Wikipédia.
Article mis en lumière la semaine du 16 mai 2016.

31° 46′ 41″ N 35° 14′ 07″ E / 31.778056, 35.235278