Dévaluation d'une monnaie

« Dévaluation d'une monnaie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La dévaluation est la diminution de la valeur d'une monnaie. Cette diminution est obtenue en réduisant la quantité de métal précieux définissant cette monnaie. La dévaluation d'une monnaie est un acte officiel du gouvernement d'un pays. Une monnaie dévaluée perd de la valeur par rapport aux autres monnaies (qui conservent leur quantité de métal précieux de référence)

La dévaluation du franc opérée par Raymond Poincaré en 1928 abaisse de 80% la valeur du franc par rapport au franc-Germinal créé en 1803. Le franc-Poincaré ne contenait plus que 65,5 milligrammes d'or fin à 9/10 alors que le franc-Germinal en avait 322,5. Cette dévaluation prenait acte de la perte de valeur du franc consécutive aux dépenses de la Première Guerre mondiale financées par un recours massif à l'émission de billets de banque. En effet il y avait beaucoup plus de billets en circulation pour le même stock de métal-précieux le garantissant (le stock avait en fait beaucoup diminué ce qui aggravait la situation). En août 1914, le dollar-US valait 5,18 francs mais en juillet 1926 il en valait 47.

Une dévaluation a pour but :

  • de remettre de l'ordre dans les valeurs respectives des monnaies afin de faciliter les échanges commerciaux internationaux (clients et fournisseurs savent alors qu'elle est la valeur réelle de la monnaie dans laquelle leurs échanges sont facturés)
  • de favoriser les exportations de produits vers l'étranger (c'est la dévaluation compétitive). L'acheteur étranger débourse moins de sa monnaie pour se procurer la monnaie du pays qui a dévalué. Les produits étrangers qu'il achète avec cette monnaie dévaluée lui sont donc « meilleur marché », ce qui le pousse à l'achat. Par exemple dans le cas de la dévaluation Poincaré de 1928, l' acheteur américain d'une machine-outil française valant 1000 francs devait payer 193 dollars en 1914 mais seulement 21,28 dollars en 1928.
  • Par contre la dévaluation aboutit, dans le pays pratiquant une dévaluation, à l'augmentation du prix des marchandises importées de l'étranger. L'acheteur national doit pour acheter à l'étranger se procurer une devise internationale. Après une dévaluation il doit fournir plus de monnaie nationale pour acheter cette devise étrangère. Les prix de la marchandise ou du service est donc plus élevé. Par exemple, dans le cas de la dévaluation Poincaré citée plus haut, l'acheteur français d'une machine-outil américaine valant 1000 dollars devait payer 5180 francs en 1914 mais 47 000 francs en 1928.
Portail de l'économie —  Tous les articles sur l'économie.