Course aux armements avant 1914

« Course aux armements avant 1914 » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La course aux armements est le résultat logique de la peur d'une guerre européenne généralisée, succédant aux nombreuses crises qui ont eu lieu depuis 1905. Afin de faire face, les puissances européennes renforcent les effectifs de leurs armées et accélèrent la production d'armes de tous types. L'impopularité de ces mesures (service militaire plus long, plus d'impôts pour financer l'effort militaire) est combattue par la propagande des gouvernements pour les faire accepter. À l'opposé les différents partis socialistes européens tentent sans succès de mettre au point une action commune pour empêcher le déclenchement de la guerre dont les classes populaires seraient les premières victimes.

Le renforcement des effectifs[modifier | modifier le wikicode]

Pourquoi renforcer les effectifs?[modifier | modifier le wikicode]

Soldat de l'infanterie française en 1914

Dans les années 1900, l'idée générale qui règne dans les États-majors, est que la guerre à venir sera courte et sera surtout offensive (grande bataille). Tout se jouera dans les premières semaines. Il faut donc disposer immédiatement d'un grand nombre d'hommes afin d'écraser rapidement l'ennemi.

Les troupes qui sont disponibles dès les premiers jours sont constituées par les soldats qui sont dans les casernes en train de faire leur instruction militaire. Immédiatement opérationnels ils sont dirigés vers les lieux prévus pour l'affrontement avec l'ennemi. Leur mise en place demande une à deux semaines.

Ces soldats dits d'« active » seront renforcés dans les semaines suivantes par les soldats de la « réserve ». Dès la déclaration de guerre, et si possible quelques jours avant, on rappelle dans les casernes les jeunes hommes qui ont terminé leur service militaire obligatoire depuis quelques semaines ou quelques mois. Il faut les faire venir de chez eux et il faut leur réapprendre un minimum de maniement d'armes et de comportement au combat. Ces réservistes savent par avance où ils doivent se rendre pour être incorporés dans l'armée. Vu le temps nécessaire à leur déplacement et à leur formation ils ne sont pas opérationnels avant plusieurs semaines.

Soldats allemands en 1914

Comme ses adversaires, unis dans la Triple Entente, vont l'attaquer à la fois par l'ouest (France) et par l'est (Russie), l'Allemagne doit disposer immédiatement d'une armée considérable. Cette armée doit d'abord écraser très rapidement l'armée française, jugée la plus dangereuse car elle est opérationnelle rapidement. Puis l'armée allemande se tournera contre les Russes, dont la mobilisation est considérée comme lente et difficile, ce qui laisse un peu de temps avant qu'elle ne puisse intervenir efficacement.

Comment renforcer les effectifs?[modifier | modifier le wikicode]

En raisons des conceptions militaires de l'époque, l'État-major allemand obtient le renforcement des effectifs de l'armée active. La loi de juillet 1913, porte les effectifs dans les casernes de 621 000 à 820 000 hommes. L'Autriche-Hongrie, alliée de l'Allemagne dans la Triple Alliance, fait de même. Mais l'Italie (autre alliée de l'Allemagne), qui vient de faire difficilement la guerre en Tripolitaine (Libye) n'accroît pas ses effectifs.

En août 1913 la France porte la durée du service militaire de deux à trois ans. Cela doit permettre de disposer rapidement de 750 000 soldats. Ces mesures sont mal accueillies par la population, surtout les paysans qui voient leurs garçons bloqués un peu plus longtemps dans les casernes.

Fin 1913, la Russie augmente ses effectifs (elle peut puiser dans l'immense réservoir que représente l'importante population rurale russe) et prévoit de développer son artillerie (ce qui pose problème dans un pays peu industrialisé). Mais cet effort russe doit être étalé sur plusieurs années. Cette lenteur russe pousse les généraux allemands à faire déclarer rapidement la guerre pour profiter de la faiblesse présente des Russes, dont l'armée risque d'être plus performante dans les années à venir.

Les généraux britanniques envisagent d'établir un service militaire obligatoire (l'armée britannique aux effectifs peu importants et surtout en service dans les colonies, est une armée de soldats professionnels). Mais le gouvernement, qui est plus préoccupé par le réarmement naval, refuse.

Le renforcement du matériel[modifier | modifier le wikicode]

L'armement naval[modifier | modifier le wikicode]

HMS Colossus. Bateau de guerre britannique des années 1910

Le contrôle des mers est une nécessité pour le Royaume-Uni. Ses approvisionnements et ses exportations se font par voie maritime. Depuis un siècle, la Royal Navy domine les mers du globe.

Or depuis l'avènement de l'empereur Guillaume II, sous l'autorité de l'amiral Alfred Von Tirpitz, l'Allemagne a lancé un vaste programme d'augmentation de sa flotte de guerre. L'industrie allemande en pleine expansion doit trouver de nouvelles sources de matières premières et de nouveaux clients. L'Allemagne se lance aussi dans la colonisation. Elle doit donc protéger ses liaisons maritimes commerciales. La construction d'une flotte puissante fournit également des commandes et du travail à la métallurgie et aux chantiers navals allemands.

L'Allemagne devient donc la rivale navale du Royaume-Uni. En 1908 et en 1912, le Royaume-Uni tente de négocier une limitation du tonnage de leur flotte respective, avec le maintien de la supériorité britannique. L'Allemagne refuse. En 1912, l'Allemagne lance un programme de construction qui doit permettre à la flotte de guerre allemande d'atteindre les deux-tiers de la flotte britannique. Pour le Royaume-Uni il devient évident que seule une guerre permettra de stopper la menace allemande.

L'artillerie[modifier | modifier le wikicode]

Canon allemand tirant des obus de 420 mm. Opérationnel en 1914

Les différentes armées se dotent de nouveaux matériels et développent l'artillerie lourde (tir à grandes distances et obus de gros calibres) nécessaires dans une attaque des fortifications ennemies (à l'époque de nombreuses villes étaient défendues par des dispositifs de forts et redoutables périphériques, ce qui en font des obstacles dans une progression de l'infanterie). Les bateaux de guerre, désormais blindés, disposent aussi de canons de gros calibres seuls capables (avec les torpilles) de détruire un bâtiment adverse.

L'effort financier[modifier | modifier le wikicode]

Ces efforts pour l'armement demandent un effort financier considérable. L'Allemagne va augmenter de 250% son budget militaire de 1905 à 1912 (il atteint alors plus de 3 244 millions de marks-or). La France avec une augmentation de 50% pour la même période arrive à plus de 1280 millions de marks-or. Le Royaume-Uni atteint 1640 millions de marks-or soit une hausse de 30%. La Russie augmente de plus 80% pour disposer de 1 834 millions de marks-or. Le poids des impôts augmente donc dans la plupart des pays concernés.

La contestation de l'effort de guerre par les socialistes[modifier | modifier le wikicode]

Jean Jaurès, socialiste français, pendant un meeting contre la loi des trois ans. Mai 1913. Le-Pré-Saint-Gervais

Les socialistes européens, avec comme chef de file le SPD allemand, condamnent la guerre. Ils affirment que des intérêts communs lient les ouvriers par dessus les frontières (c'est l'internationalisme). Partout ils votent contre les budgets militaires proposés par les gouvernements dominés par les partis de droite ou du centre (du moins jusqu'à la déclaration de guerre). Mais les socialistes sont partout minoritaires.

L'organisation internationale des partis socialistes n'arrive pas à déterminer les moyens pratiques pour empêcher le déclenchement de la guerre. Les partis, où coexistent différentes sensibilités, sont eux-même divisés sur le sujet. Certains socialistes préconisent une grève générale qui paralysant les moyens de transport bloquerait la mobilisation des troupes. Les ouvriers en grève cessant de produire, le matériel nécessaire à la guerre ne serait plus disponible. Certains socialistes pensent que cela n'est pas réalisable. Et quelle attitude adopter si le pays est attaqué ? Certains socialistes pensant à l'exemple de la France révolutionnaire de 1792, estiment qu'il peut y avoir des guerres justes si elles défendent le sol national et les grandes idées, auxquelles les socialistes sont attachés.

Les bolcheviks russes et l'extrême-gauche du SPD allemand pensent que la guerre sera tellement effroyable qu'elle poussera les populations dans la révolution.

Vikiliens pour compléter sur la préparation de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Portail de la Première Guerre mondiale —  Tous les articles concernant la Guerre de 1914-1918.