Favicon Vikidia.png Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de vous ! Wikimedia France logo.svg

Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de votre aide pour participer à une enquête sur les contributeurs et visiteurs de Vikidia. Cela ne vous prendra que 10 minutes et nous permettra de mieux vous connaître et d'améliorer l'encyclopédie.
Vous avez du 12 juillet au 30 septembre pour y répondre. Nous vous en remercions par avance !

Répondre au sondage !

Les Mille-et-une Nuits

« Les Mille-et-une Nuits » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Les Mille et Une Nuits
Arabian nights manuscript.jpg
Titre Les Mille et Une Nuits
Titre original كتاب ألف ليلة وليلة (Kitāb ʾAlf Laylah wa-Laylah)
Pays Orient
Collection classiques abrégés
Genre Conte
voir modèle • modifier
Shéhérazade.
Une illustration du XIXe siècle.

Les Mille et Une Nuits (ou en orthographe rectifiée Les Mille-et-une Nuits1) est un recueil de contes en arabe, d'inspiration indo-persane.

Les origines de l'œuvre[modifier | modifier le wikicode]

À l'origine, c'est un livre perse du VIIIe siècle, venant donc de la région de l'Iran et l'Irak d'aujourd'hui. Comme tous les contes ils ont d'abord circulé de façon orale, ou au moins une partie des histoires. Intitulé هزار و یک شب / Hezâr wa-yek Šab, Il a ensuite été traduit en arabe et a pris pour titre Les Mille et Une Nuits. Cette histoire, non illustrée au départ, raconte les aventures du sultan Shâriyâr et de Shéhérazade. Le sultan, déçu par l'infidélité de son épouse, la fait mettre à mort. Afin d'éviter d'être à nouveau trompé, il décide d'assassiner chaque matin la femme qu'il aura épousée la veille.

L'ouvrage persan contenait des récits destinés à l'éducation des princes et de la cour. À côté de l'histoire de Shéhérazade, qui encadre toutes les autres, le reste des contes a beaucoup changé. Ces contes arabes ont été apportés en France et traduits pour la première fois en français de 1704 à 1717 par Antoine Galland, un antiquaire de Louis XIV qui a vécu pendant 15 ans en Orient. Ils ont eu un grand succès. À l'époque, le conte est en vogue en France, ils ont ensuite été diffusés en Europe et traduits dans d'autres langues.

Les récits[modifier | modifier le wikicode]

Les Mille et Une Nuits sont un ensemble compliqué de contes imbriqués les uns dans les autres. Les personnages sont nombreux, et il y a des contes à l'intérieur des contes. Souvent, un personnage à l'intérieur d'un conte raconte lui-même une histoire à un autre personnage. Ce système de miroirs donne plusieurs niveaux de lecture.

Le sultan Shâriyâr, pour se venger de l'infidélité de sa première épouse, la condamne à mort et, afin d'être certain de ne plus être trompé, chaque jour, il épouse une nouvelle femme et, chaque matin, il la fait exécuter. Après le massacre de plusieurs filles épousées par le sultan, Shéhérazade, la fille du grand vizir, se porte volontaire. Elle sait pourtant qu'épouser le sultan l'entraîne vers la mort au matin. Mais elle a une idée pour faire cesser le massacre : elle raconte la nuit au sultan le début d'une histoire jusqu'au lever du jour. Comme le sultan est très curieux, il veut connaître la suite et renonce à faire tuer la jeune femme. Il reporte alors l'exécution au lendemain. Et de jour en jour, le récit commencé la veille continue. Peu à peu, Shéhérazade gagne la confiance de son mari.

Chaque morceau d'histoire est donc une Nuit. Des contes célèbres sont tirés de ces Mille et Une nuits, par exemple :

Film, théâtre et illustrations[modifier | modifier le wikicode]

De nombreuses versions existent en films, pièces de théâtre, dessins animés et livres illustrés.

Sources et liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la littérature —  Tous les écrivains et poètes, romans et romanciers, BD et bédéistes…
Portail de l'Islam —  Tous les articles concernant l'Islam.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Les Mille et Une Nuits de Wikipédia.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Chantal Contant, Alice Descoteaux et Bernard Ouellet, « Rectifications orthographiques - Traits d'union et numéraux », Montréal, Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD), 2007, p. 8.