Colline Notre-Dame de Lorette

« Colline Notre-Dame de Lorette » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Pendant la Première Guerre mondiale, la colline de Notre-Dame-de-Lorette, près d'Arras dans le département du Pas-de-Calais a été le site de violents combats en 1915. Dès la fin de la guerre elle a été choisie pour devenir le lieu d'une nécropole nationale destinée à recueillir les restes des soldats français tombés en Artois et en Flandres pendant le conflit. Depuis 2014, un anneau de la mémoire évoque les noms des quelques 600 000 soldats de toutes nationalités qui sont morts dans cette partie du front occidental.

La colline[modifier | modifier le wikicode]

La colline de Notre-Dame de Lorette est une sorte de promontoire d'environ 165 m d'altitude, qui domine les régions plus basses avec au nord les bassins miniers et au sud la plaine d'Arras. C'est une position-clé du front dans cette région.

La colline doit son nom à un oratoire (petite chapelle) édifié dans la seconde moitié du XVIIIe siècle par le peintre Florent Guilbert à la suite de sa guérison après un pèlerinage auprès de la Vierge de Lorette en Italie. Détruit pendant la Révolution de 1789, une chapelle y avait été reconstruite. Elle fût détruite par les violents combats qui se déroulèrent dans la région en 1915, pendant les diverses offensives tant françaises qu'allemandes dites offensives de l'Artois.

Pendant les combats de 1915, près de 188 000 soldats (dont 100 000 Français) y trouvèrent la mort.

La nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette[modifier | modifier le wikicode]

La nécropole est un cimetière militaire et un mémorial français situé sur le territoire de la commune d'Ablain-Saint-Nazaire près d'Arras, dans le département du Pas-de-Calais.

Immédiatement après la guerre, le site de la colline de Notre-Dame-de-Lorette est choisi pour rassembler les dépouilles de soldats provenant de plus de 150 cimetières de l'Artois et des Flandres françaises. S'y trouvent près de 45 000 combattants en tombes individuelles, le reste étant regroupé dans des ossuaires collectifs. Outre les tombes et les ossuaires, le site comprend sur la superficie de 25 hectare, une chapelle de style byzantin et une tour lanterne. L'ensemble a été inauguré en 1925.

En 2014, à côté, on y a ajouté un autre monument l'anneau de la mémoire où sont consignés les noms de près de 600 000 combattants tombés dans la région.

Portail de la Première Guerre mondiale —  Tous les articles concernant la Guerre de 1914-1918.