Collège des Bernardins

« Collège des Bernardins » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Nef du collège des Bernardins

Le collège des Bernardins, situé rue de Poissy, dans le 5e arrondissement de Paris (entre le boulevard Saint-Germain et la rue des Écoles), est un établissement destiné aux études religieuses des moines cistercien au Moyen Âge. Il a été réhabilité et est utilisé de nos jours pour l'accueil d'expositions et de colloques.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le collège des Bernardins (nom courant des Cisterciens, issu de saint Bernard de Clairvaux, un important promoteur de l'idéologie de l'ordre) est fondé en 1245 par Étienne de Lexington, abbé de Clairvaux, car depuis le début du XIIe siècle, le clergé cistercien se soucie de la création d'une université de prestige à destination des moines de Cîteaux.

En effet, jusqu'à cette période, les abbayes étaient les principaux foyers de culture : on y recopiait les manuscrits, on y écrivait des ouvrages savants... Mais depuis peu, ce sont les universités urbaines qui prennent ce rôle et ceux qui travaillent dans les universités, notamment les dominicains et les franciscains, font d'importantes découvertes : ils publient de nombreux ouvrages de théologie, commençant à devenir extrêmement savants. Étant donné que tous les moines sont supposés être instruits et cultivés, le clergé juge impératif de combler les lacunes des moines par rapport aux théologiens en leur fournissant un enseignement impeccable.

Le bâtiment vu de l'extérieur : la nef (où étaient donnés les cours) est surmontée du dortoir.

Édifié sur les terres du clos du Chardonnet, le collège Saint-Bernard s'élève sur trois niveaux.

Dans les sous-sols auxquels on accède par deux portes creusées dans la terre, on trouve le cellier où l'on entreposait nourriture et possessions cisterciennes. Mais ce cellier était creusé dans une tourbière, et au gré des crues de la Seine, il a été progressivement enseveli et comblé.

Juste au dessus, s'étend une vaste salle, la nef, à laquelle on accède par trois portes extérieures : c'était la salle de séjour des moines. On y dispensait les cours de théologie, on y mangeait silencieusement, on y faisait la cuisine, on se réunissait...

Enfin, à l'étage où l'on monte par un escalier extérieur, se trouve le dortoir des moines. Simple grande pièce tout d'abord, où chacun dormait dans son lit, il va évoluer en grand hall subdivisé en petites chambres pour chaque moines vers le XVIIIe siècle.

L'ensemble architectural est construit dans une architecture sobre et épurée, suivant les doctrines cisterciennes, mais très élaborée (avec des croisées d'ogives...). L'institution est très bien équipée pour l'étude des moines et convient parfaitement à la mission qu'on lui confie. L'ensemble est fermé par des murs (une enceinte) : il n'est possible de sortir et d'entrer de l'établissement que par une seule porte qui communique avec la rue.

En 1338, le pape Benoît XII, ancien professeur du Collège des Bernardins, fait construire une église à côté du collège. Si, pour des raisons financières, elle restera inachevée, elle n'en est pas moins belle et tout-à-fait utilisable pour les services liturgiques. Un couloir partant du dortoir des moines communique directement avec l'église : les moines n'avaient donc pas besoin de sortir pour se rendre à l'église.

La nef actuelle accueillant une exposition.

Ainsi aménagé, l'établissement est un centre intellectuel de premier ordre. Ses cours de philosophie et de théologie sont réputés au sein de tout l'Occident chrétien. Avec la Sorbonne, il fait la célébrité de Paris en tant que une ville universitaire.

Mais à l'instar de nombreuses institutions catholiques, l'heure du déclin survient avec la Réforme protestante puis la Révolution française. Les élèves, peu à peu, se retirent ; les terrains extérieurs sont vendus. Le collège est finalement acheté par l'État en 1791 et converti successivement en prison, en entrepôt, en caserne de pompiers, puis en un internat pour l'École de police.

En 2001, l'édifice est racheté par l'Église pour être rendu à ses anciennes fonctions. De grands travaux sont organisés pour restaurer l'édifice, entérinés par les architectes des services chargés des monuments historiques.

Le cellier est recreusé et rendu en partie visible de l'extérieur par des douves : il est à présent utilisé pour des colloques et autres réunions. La nef réhabilitée et embellie accueille, elle, des concerts et d'autres manifestations artistiques et culturelles. La haute sacristie fait office de salle d'expositions. Le dortoir, à l'étage, est converti en salles de réunion et en bureaux.

La toiture est restaurée grâce à une structure métallique et de nombreux aménagements modernes sont ajoutés, comme les deux auditoriums.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
Portail de l'architecture —  Tout sur les monuments et les architectes célèbres.

48° 50′ 56″ N 2° 21′ 07″ E / 48.848823, 2.352026