Client (Rome antique)

« Client (Rome antique) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Client romain)
Aller à : navigation, rechercher

À Rome dans l'Antiquité entre le client et son patron, qui avaient des positions sociales et économiques différentes et très inégales, existaient des liens individuels reposant sur des échanges réciproques de biens et de services.

Les relations patron-client ressemblent à celles qui existaient entre suzerain et vassal dans le système de la vassalité au Moyen Âge.

Devoirs du patron[modifier | modifier le wikicode]

Pendant la période monarchique, un client est attaché à un patron, qui selon les idées romaines est considéré comme son père. Le patron assure l'entretien matériel de son client. Le client a la permission d'exploiter une petite surface de terre appartenant à son patron. Au besoin, le client peut recevoir une aide alimentaire ou financière (la sportule), qu'il vient chercher tous les jours dans la demeure de son patron. À cet entretien quotidien s'ajoutent des cadeaux offerts pour les occasions exceptionnelles : cela peut être une place gratuite pour le spectacle organisé par le patron, un vêtement neuf pour le nouvel an, la prise en charge de frais pour un mariage, une donation sur le testament du patron. Le client ne peut faire un procès sans l'assistance de son patron. Il en est de même pour certains rites religieux (comme la consultation des auspices).

Devoirs du client[modifier | modifier le wikicode]

En échange de cette aide, le client doit la fidélité à son patron. Il doit le soutenir si le patron se lance dans une carrière politique, qui demande des bras pour convaincre les électeurs et éventuellement faire taire les adversaires. Le client doit aider son patron à doter sa fille, payer sa rançon ou ses amendes. Pendant la période monarchique, les clients forment des armées privées. Sous la direction des patriciens ils défendent Rome si la plèbe fait sécession ou si la guerre est déclarée. C'est ainsi qu'en 477 av. J.-C. , la gens des Fabii perd 306 morts à la bataille du lac Crémère, contre la ville de Véies

Un patron avait souvent un très grand nombre de clients. Par là il montrait sa richesse, et disposait d'un grand pouvoir électoral.

Origines des clients[modifier | modifier le wikicode]

Les clients proviennent de diverses origines.

Cela peut être les paysans qui cultivent les terres de patron, lorsque celles-ci ont été enlevées aux peuples vaincus par Rome. Ce peut être des esclaves qu'il a affranchis et leurs descendants. La situation de client a longtemps été héréditaire. Ces descendants d'affranchis portent d'ailleurs le nom (gentilice) de leur ancien maître.

Les clients peuvent aussi être des citoyens endettés qui se sont placés sous la protection d'un homme riche patricien ou plébéien.

Les clients peuvent être des étrangers désirant s'établir sur le territoire romain. Pour cela ils doivent se placer sous la protection d'un pater familias (chef de famille) romain.

Au premier siècle av. J.-C., les généraux victorieux qui dominaient la politique romaine, comme Pompée le Grand ou Jules César, ont attribué la citoyenneté romaine à de nombreux individus ou à des cités italiennes entières. Les soldats vétérans qui prenaient leur retraite (démobilisation) recevaient des terres prises aux peuples vaincus. Ces bénéficiaires devenaient les clients du donateur.

La journée du client[modifier | modifier le wikicode]

Tôt le matin le client se présente à la maison de son patron. C'est le moment de la salutatio. Il est reçu dans le vestibule de la maison. Là il salue son patron et reçoit la sportule. Quelques patrons avaient fait aménager des bancs de pierre devant la porte de leur maison, afin que les clients puissent attendre confortablement leur entrée. En fait il s'agissait surtout, par leur présence et leur nombre, de montrer aux passants quelle était l'importance du maître des lieux qui avait autant de clients. Vers la fin de la République et sous l'Empire, avec l'agrandissement des maisons romaines, les clients les plus importants et les plus estimés par le patron étaient reçus plus à l'intérieur de la maison, dans l'atrium ou sous le péristyle.

Si le patron se rend en ville, le client l'accompagne. Jusqu'au forum ou aux thermes. Cela forme un cortège qui de nouveau montre la puissance du patron. Pendant la période des campagnes électorales une escorte d'amis peut être bien utile s'il y a rencontre avec le cortège d'un adversaire politique.

Si le patron se rend aux comices pour l'élection des magistrats ou le vote d'une loi, le client vote pour son patron s'il est candidat, vote comme lui pour les lois ou pour un magistrat (jusqu'en 139 av. J.-C. le vote est oral, donc non secret).

Ensuite le client profite de son après-midi libre pour assister aux spectacles.

Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.