Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Claude Nicolas Ledoux

« Claude Nicolas Ledoux » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Claude Nicolas Ledoux avec sa fille, vers 1782.

Claude Nicolas Ledoux est un architecte et urbaniste français, né à Dormans, dans la Marne, le 21 mars 1736, mort à Paris le 18 novembre 1806.

Ledoux a été fortement influencé par l'architecture antique, et aussi par l'œuvre de Palladio.

Il a principalement dessiné des bâtiments civils, à la fin de l'Ancien Régime, quelques églises aussi. Son style est à la fois néo-classique et visionnaire. La plupart de ses créations ont été détruites au XIXe siècle, mais il en subsiste de très beaux exemples.

Œuvres[modifier | modifier le wikicode]

Œuvres de jeunesse (1762-1770)[modifier | modifier le wikicode]

Château de Bénouville, 1769.

En 1762, Ledoux crée un étonnant décor pour le café Godeau, rue Saint-Honoré, fréquenté par des officiers. Ce décor est conservé au musée Carnavalet : on y trouve des symboles militaires comme des faisceaux de piques, des casques, en alternance avec des miroirs et des trophées d'armes.

Château de Bénouville[modifier | modifier le wikicode]

Puis il construit des pavillons et des hôtels particuliers, principalement à Paris. Son œuvre principale, durant cette première période, est le château de Bénouville, près de Caen, construit en 1768-1769 pour le marquis de Livry. Ce château existe encore de nos jours : c'est une construction imposante, massive, avec un magnifique escalier d'honneur.

Œuvres de la maturité[modifier | modifier le wikicode]

Saline royale d'Arc-et-Senans[modifier | modifier le wikicode]

Ledoux continue à construire des habitations de luxe pour de grands personnages, mais sa principale réalisation durant cette période est le bâtiment industriel futuriste de la saline royale d'Arc-et-Senans, en Franche-Comté, aujourd'hui dans le département du Doubs (1774-1779).

Il existe deux sortes de sel : le sel marin, issu des marais salants côtiers, et le sel gemme, obtenu par ébullition d'une saumure de sel fossile.

Une saline est une usine de production du sel gemme pour la consommation domestique et industrielle. Il s'agit d'assécher et de rendre consommable le sel fossile laissé par d'anciennes mers disparues. Pour cela, on injecte de l'eau dans un banc de sel souterrain, puis on pompe la saumure, qu'on fait bouillir sur des feux de bois.

Ledoux prévoyait la construction de toute une ville idéale tracée en cercle tout autour du pavillon du directeur et des ateliers de chauffe. Il a pu en réaliser la moitié, et ces bâtiments sont fort heureusement conservés : ils accueillent aujourd'hui des expositions et des congrès.

Théâtre de Besançon[modifier | modifier le wikicode]

Ledoux construisit en 1784 le théâtre de Besançon, le premier où tous les spectateurs étaient assis. Jusque-là en effet, le peuple restait debout, sur le parterre, devant la scène. Il fut aussi le premier opéra-théâtre où l'orchestre était dissimulé dans une fosse d'orchestre, au pied de la scène.

Le théâtre fut malheureusement détruit par un incendie en 1958 et reconstruit de manière moderne. Il ne reste de l'ouvrage de Ledoux que l'austère façade, avec sa haute colonnade ionique.

Mur des Fermiers généraux[modifier | modifier le wikicode]

En 1784, Ledoux, sur une idée de Lavoisier, est chargé d'édifier le plus rapidement possible un mur d'enceinte autour des limites de Paris, de manière qu'on puisse percevoir une taxe sur les marchandises entrant dans la capitale. Ledoux voit grand et prévoit, à chaque barrière, des pavillons d'octroi somptueux, réalisés dans une architecture monumentale néo-classique. Les travaux étaient presque achevés quand survint la Révolution.

Le mur, très impopulaire (Le mur murant Paris rend Paris murmurant, disait-on alors...), fut abattu en 1860 et il ne reste aujourd'hui que quatre des soixante propylées de Ledoux :

  • la rotonde de Chartres, au parc Monceau ;
  • la rotonde de la Villette, près du canal Saint-Martin ;
  • les deux pavillons et les deux colonnes monumentales de la barrière du Trône, place de la Nation ;
  • les deux pavillons de la barrière d'Enfer, place Denfert-Rochereau.

Postérité[modifier | modifier le wikicode]

Un peu oublié et incompris au cours du XIXe siècle, Ledoux est redécouvert par les Surréalistes au début du XXe siècle. Il est alors considéré comme un grand visionnaire, l'un des pères de l'architecture rationaliste et ésotérique, moderne et d'avant-garde.

Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Claude Nicolas Ledoux de Wikipédia.