Charles Péguy

« Charles Péguy » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Charles Pierre Péguy est un écrivain français né le 7 janvier 1873 à Orléans et mort le 5 septembre 1914 à Villeroy (Seine-et-Marne).

C'est un intellectuel engagé, catholique et nationaliste.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

21, rue de l'Estrapade, maison de la famille de Péguy ; signalisation patrimoniale parisienne
Siège des Cahiers de la Quinzaine au 8 rue de la Sorbonne (Paris, 5e) ; plaque commémorative

Il est élevé par sa mère, rempailleuse de chaises, et sa grand-mère.

De 1879 à 1885, il va à l'école primaire annexe de l'École normale d'instituteurs d'Orléans où il apprend les nobles valeurs de « l'ancienne France » et se passionne pour le lyrisme des Châtiments de Victor Hugo.

Il obtient une bourse pour aller au lycée et obtient son baccalauréat en 1891, avec cette appréciation du directeur : un écolier comme Péguy ne doit jamais s'oublier ni donner l'exemple de l'irrévérence envers ses maîtres.

Il fait son service militaire puis est reçu au concours de l'École normale supérieure en 1894.

En 1897, il écrit un article1 dans la Revue socialiste, et Jeanne d'Arc, un mystère sur un thème qui le passionnera.

En 1898, révolté par l'antisémitisme, il participe aux affrontements entre dreyfusards et antidreyfusards, demande la révision du procès Dreyfus, et échoue à l'agrégation de philosophie. Il abandonne l'enseignement et se consacre à la littérature.

En 1900, Charles Péguy fonde la revue des Cahiers de la Quinzaine2 et adhère au socialisme de Jean Jaurès. Mais, rejetant son pacifisme, il se retourne vers les nationalistes.

En 1910, il publie Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc3.

Marié en 1897 à Charlotte-Françoise Baudouin (1879-1963), ils ont quatre enfants : Marcel, Germaine, Pierre et Charles-Pierre, son fils posthume. En 1912 l'un de ses fils a la parathyphoïde et Charles fait un pèlerinage pédestre à Chartres.

Lieutenant de réserve, il est mobilisé en août 1914 et tué le 5 septembre à la veille de la première bataille de la Marne.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Domaine public, sur wikisource4

  • Jeanne d’Arc (1897)
  • Notre Patrie (1905)
  • Fac-simile Notre Jeunesse (1909-1910) - Défense d’Alfred Dreyfus.
  • Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc (1910)
  • Victor-Marie, comte Hugo (1911)
  • L’Argent (1912)
  • Sainte Geneviève patronne de Paris (1913)
  • Cahiers de la Quinzaine (1900-1914)

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]


Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.
Portail de la littérature —  Tous les articles sur les écrivains, les poètes, les romans, les bandes dessinées...