Livre d'or
Livre d'or

les bavardagesdemande d'article
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le livre d'or !

Charettes à Mbour

« Charettes à Mbour » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Charette en attente de clients
Charette en attente de clients

Le phénomène des charrettes de transport de voyageurs a commencé à Mbour au Sénégal depuis les indépendances. Pendant l'époque coloniale les charrettes étaient interdites d'accès en ville.

C’est avec la sécheresse de 1980 que beaucoup de villageois se sont installés en ville. Comme ils n'avaient pas d'autres qualifications ils commencèrent à utiliser leurs charrettes pour le transport des clients et des marchandises.

A partir de 1990, la mairie de la commune a décidé de réglementer le secteur. Elle leur octroie des sites où ils peuvent détacher leurs chevaux et qui leur servira de garage. C’est en 2000 que la mairie leur donne des récépissés et une patente moyennant 3500 FCFA par charrette.

Les lieux autorisés sont: ESCALE, TEFESS, SOUMP...

A partir de là les charrettes remplies desservent les quartiers de Grand Mbour, Golf, Gouye mouride, Saly Niakh-Niakhal...

Fonctionnement[modifier | modifier le wikicode]

Les charrettes sont conduites par des jeunes âgés de 20 à 40 ans. Ils n'ont pas de permis de conduire ni d'assurance. Le métier de charretier est exercé par des villageois.  Certains sont propriétaires d'autres sont des employés. Les modalités d'inscription comme charretiers sont:

  • un carnet du cheval et une fiche de suivi
  • une vaccination 2 fois par an environs 250 chevaux
  • droit d'adhésion de 1000 FCFA annuel
    Clients à bord d'une charette
    Clients à bord d'une charette

Le nombre de charrettes varie en fonction des zones d'habitation. A partir des points de départ les charrettes sont remplies à tour de rôle et chacune prend 12 personnes en plus du conducteur. Le payement du voyage dépend de la distance à parcourir : 50 FCFA GOUYE MOURIDE ; 100 FCFA SALY NIAKH NIAKHAL...

L'administrateur perçoit 100 FCFA pour chaque départ. Les charrettes font dans la journée 5 aller/retour ou parfois plus. Les heures d'affluence durent pour le matin de 8 à 11 heures et le soir de 18 à 21 heures. Quand le soleil est en haut dans le ciel entre 12 et 16 heures les animaux sont mis au repos.

Les frais quotidiens d'un cheval s'établissent comme suit: un sac de foin à 4000 FCFA, 2 kg d'aliments de bétails 600 FCFA, 2 kg de mil 600 FCFA, soit 5200 FCFA par jour. Ce qui fait qu'en moyenne il reste entre 3000 et 4000 FCFA pour le charretier.

Gestion[modifier | modifier le wikicode]

Au niveau des sites de stationnement réservés par la mairie des personnes âgées s'y activent pour leur gagne-pain: ce sont d'anciens charretiers reconvertis. Ils aident les membres qui ont des difficultés avec la mairie ou la police. Une partie de l'argent encaissé sert à les payer le peu qui reste est gardé pour des problèmes à venir par exemple la solidarité entre charretiers. Ces gérants analphabètes pour la plupart informent aussi sur les périodes de vaccination et les interdits. Ce mode de transport fait travailler beaucoup de jeunes sans qualification, permet à la municipalité de collecter des fonds.

Difficultés[modifier | modifier le wikicode]

Il y a plusieurs accidents venant de collision entre charrettes et taxis. Quelquefois ce sont les cordes de la charrette qui se coupent occasionnant des chutes des clients qui s'en sortent avec des contusions ou même des fractures. Les déchets des chevaux ne sont pas ramassés ni par la mairie encore moins par les cochers et qui contribuent à l'insalubrité de la ville. Les chevaux subissent divers formes de maltraitance : trop chargés, mal nourris… d'où la naissance de l'association LES AMIS DU CHEVAL et le service de rétention. Des jeunes quittent l’école très tôt pour le métier de cocher.

Portail de l'Afrique —  Tout sur l'Afrique, sa culture, son histoire...
Portail du Sénégal —  Tout sur le Sénégal, ce grand pays africain.