Feu d'artifice 2016-07-14 Loire Tours 2.jpg
11-Years-Wikipedia-Sofia-20120115-cake-1.jpg
la cabane  • le Livre d'or
Vikidia a onze ans ! bravo à tous les contributeurs, rejoignez-les !

Château de Saint-Germain-en-Laye

« Château de Saint-Germain-en-Laye » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Gravure en noir et blanc représentant les deux châteaux de Saint-Germain. On observe la grande extension des terrasses, des jardins et des potagers descendant jusqu'à la Seine qui est parcourue par des bateliers
Vue sur les deux châteaux et les terrasses.

Le château de Saint-Germain-en-Laye, dans le département des Yvelines, a servi de résidence royale depuis les rois capétiens.

Deux châteaux ont existé à Saint-Germain-en-Laye :

  • le Château-Vieux, dont les premières constructions datent des années 1100, souvent agrandi par les rois. Il existe encore et abrite aujourd'hui le musée des Antiquités nationales ;
  • le Château-Neuf, édifié par décision d'Henri II (né à Saint-Germain en 1519) dans le style Renaissance, sur le bord du plateau dominant la Seine et sur les pentes de la falaise. Devenu une ruine, le Château-Neuf a été rasé sur ordre de son propriétaire, le comte d'Artois, frère du roi Louis XVI, qui voulait y substituer un château plus à la mode. Le Château-Neuf n'a jamais été reconstruit.

Le Château-Vieux[modifier | modifier le wikicode]

Au Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

En 1222-1224, le roi Louis VI le Gros décide d'édifier un château fort près d'une église dédiée depuis 1045 à saint Germain, ancien évêque de Paris. Cette forteresse, bâtie sur un plateau dominant la Seine d'une soixantaine de mètres, devait surveiller les mouvements sur la Seine et servir de poste avancé pour la défense à l'ouest de la capitale (Paris est à 23 km à vol d'oiseau, trois fois plus par le fleuve à cause des méandres).

De la forteresse, située en bordure de la forêt de Laye, elle-même un morceau de l'antique forêt d'Yveline, appréciée comme terrain de chasse, les rois capétiens font une de leurs résidences favorites. En 1238, le roi saint Louis fait commencer la construction d'une chapelle sur les plans de l'architecte Pierre de Montreuil (qui sera plus tard le constructeur de la Sainte-Chapelle, à Paris). Le château (sauf la chapelle) est détruit par les troupes anglaises du Prince Noir en 1346, pendant la Guerre de Cent Ans.

En 1364, le roi Charles V décide de reconstruire le château. Il en subsiste aujourd'hui le donjon quadrangulaire, haut de 32 mètres. Sous le règne de Charles VI et la guerre civile, le château est pris par les Bourguignons. Après l'assassinat du duc de Bourgogne Jean sans Peur en 1417, ses alliés anglais s'emparent du château qui ne sera repris par les Français qu'en 1440. Cependant, les rois, qui préfèrent séjourner dans la vallée de la Loire, désertent le château de Saint-Germain.

À la Renaissance[modifier | modifier le wikicode]

La façade extérieure d'entrée du château-Vieux
photographie de la cour intérieure du Château-Vieux, avec les caractéristiques de l'architecture Renaissance française
La cour intérieure du Château-Vieux
Le Château-Vieux de Saint-Germain-en-Laye (maquette)

François Ier, qui s'est marié à Saint-Germain en mai 1514 avec Claude de France, fille du roi Louis XII, décide d'aménager le château. Il veut en faire une résidence confortable et luxueuse dans les goûts venus d'Italie, alors à la mode.

La reconstruction commence en 1539. Les trois architectes successifs (dont Philibert Delorme) ne conservent que la chapelle de saint Louis et le donjon de Charles V. Sur les anciens soubassements, ils créent un château sur le plan d'un pentagone irrégulier.

La conception d'ensemble est caractéristique de l'architecture de la Renaissance française. Des arcades régulières supportent des balcons. Les façades sont animées par l'alternance de la pierre et de la brique pour les murs et la décoration. Les tourelles d'angle renferment les escaliers à vis. Une balustrade ajourée avec des vases borde la terrasse donnant sur la cour intérieure. C'est une nouveauté, car jusqu'alors, les toits étaient très inclinés. Par contre, la façade extérieure conserve les fondations médiévales et les surmonte d'un chemin de ronde avec mâchicoulis. Le château reste un lieu défensif : Louis XIV et sa famille en bénéficieront lors de leurs séjours forcés de 1648 et 1649, pendant la Fronde.

C'est à Saint-Germain qu'en 1563, le roi Charles IX, né à Saint-Germain, signe l'édit 1 qui fixe le début de l'année au 1er janvier.

Au XVIIe siècle[modifier | modifier le wikicode]

gravure montrant les extensions effectuées par Louis XIV. Les pavillons rajoutés sont très visibles sur la façade sur les parterres
Le Château-Vieux en 1682, après les extensions dues à Louis XIV : façades sur les parterres.

En 1661, devenu roi de plein exercice après la mort du cardinal Mazarin, Louis XIV décide de fixer son gouvernement à Saint-Germain. Pour abriter les bureaux des ministères et une partie des logements de la Cour, il fait ajouter par François Le Vau, puis Jules Hardouin-Mansart, de gros pavillons aux cinq angles du château. On accède au château par un pont passant les fossés autrefois remplis d'eau. Les ministres, les princes du sang, les favorites logeaient à l'entresol. Les appartements royaux se trouvaient au premier étage : le roi et le dauphin occupaient l'aile nord, regardant les parterres et la forêt, la reine l'aile est, regardant Paris.

Le Nôtre redessine les jardins dans son style à la française, en installant des parterres de buis et de fleurs. Il trace la route des Loges qui permet de s'enfoncer dans la forêt vers le nord. De 1669 à 1673, il fait aménager l'immense terrasse nord-sud qui, sur 2,4 km de long, surplombe la vallée de la Seine (on y bénéficie d'une vue exceptionnelle sur Paris et la banlieue ouest).

Après Louis XIV[modifier | modifier le wikicode]

En 1682, Louis XIV transfère la Cour à Versailles. À partir de 1688, le Château-Vieux servira de lieu d'exil pour le roi Jacques II d'Angleterre, puis pour son fils nommé « le Prétendant ». Puis le château de Saint-Germain est vidé de ses meubles et abandonné.

Pendant la Révolution, il sert de prison pour les contre-révolutionnaires (les suspects). Sous Napoléon Ier, il devient une école de cavalerie qui, en 1814, est transférée à Saumur. Pendant la monarchie de Juillet, le château est transformé en pénitencier militaire, qui sera évacué en 1855.

Napoléon III redonne au château son aspect Renaissance. Les bâtiments de Louis XIV sont rasés. L'intérieur est réhabilité. En 1867, on regroupe à Saint-Germain les trouvailles archéologiques concernant la Préhistoire, les Gaulois (un des dadas de Napoléon III) et les Gallo-romains.

En 1919, le traité de Saint-Germain-en-Laye y est signé avec l'Autriche qui vient d'être battue à l'issue de la Première Guerre mondiale.

Le Château-Neuf[modifier | modifier le wikicode]

Gravure de reconstitution présentant les bâtiments de style Renaissance du Château-Neuf, construit au bord de la falaise et les diverses rampes qui permettent la liaison entre la Seine et le plateau
Le Château-Neuf en 1637, reconstitution. Dans le fond, on distingue la silhouette sombre du Château-Vieux

Henri II, qui est né dans le Château-Vieux de Saint-Germain, n'aime pas son aspect de forteresse. Il décide de construire un nouveau château en bordure de la falaise qui domine d'une soixantaine de mètres la vallée de la Seine. L'achèvement se fait sous le règne d'Henri IV. Le Château-Neuf bénéficie de la splendide vue sur la Seine.

La terrasse de soubassement est aménagée avec de multiples grottes renfermant des automates actionnés par l'eau : on peut y voir Orphée jouant sur une viole, ce qui attire les animaux, qui se déplacent. On y voit également le char de Neptune. Des jets d'eau permettent éventuellement d'arroser les spectateurs (un grand plaisir d'Henri IV, paraît-il). Ces aménagements sont dus à une famille d'ingénieurs hydrauliciens italiens qui seront chargés du même travail dans le parc de Versailles. Une succession de rampes monumentales permet de passer du niveau de la Seine à celui du plateau.

La Cour fait un va-et-vient permanent entre les deux châteaux (cela permet de « faire le ménage en grand » dans le château provisoirement vidé, ce qui, au vu des habitudes de non-hygiène de l'époque, était une nécessité. C'est dans le Château-Neuf que le futur Louis XIV sera ondoyé, le 5 septembre 1638.

Le Château-Neuf sera abandonné quand Louis XIV quitte Saint-Germain pour Versailles en 1682. Commencent alors de nombreuses actions de vandalisme.

En 1776, le Château-Neuf est en ruine. Louis XVI en a fait don à son plus jeune frère, le comte d'Artois. Celui-ci décide de le faire raser pour entreprendre la construction d'un nouvel édifice. Mais le comte d'Artois, préférant le château de Maisons-Lafitte, tout proche et en bon état, ne donne pas suite à son projet. Le Château-Neuf ne sera jamais reconstruit.

Le château et son parc sont vendus à la Révolution. Il n'en reste que deux pavillons : le pavillon Henri IV et le pavillon Sully, situés en bordure de falaise. Les grottes ont été vidées de leurs automates. Certaines rampes sont toujours accessibles aux promeneurs.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Édit qui sera confirmé l'année suivante par l'Édit de Roussillon
Lumière !Résidences des rois de France
AmboiseBloisChambordFontainebleau -
le LouvreMarly - Saint-Germain-en-Laye -
Les TuileriesVersailles - Vincennes

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.

48°53′52″N 2°05′46″E / 48.89778, 2.09611