Cathédrale Saint-Paul de Londres

« Cathédrale Saint-Paul de Londres » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La façade principale de la cathédrale.

La cathédrale Saint-Paul, située dans le cœur historique de Londres, au Royaume-Uni, est un édifice religieux, siège de son diocèse.

Elle est considérée comme une des églises nationales de l'Angleterre, l'église royale étant l'abbaye de Westminster (où, par ailleurs, sont couronnés et inhumés presque tous les souverains).

Elle accueille chaque année plus de 1,5 million de visiteurs : beaucoup des fidèles à l'anglicanisme, dont elle est un grand lieu de culte, mais aussi un nombre élevé de touristes, qui affluent pour voir son architecture.

La cathédrale Saint-Paul fut érigée de 1675 à 1708, après la destruction de l'ancienne cathédrale médiévale, lors du grand incendie de Londres, en 1666. La cathédrale est un mélange d'architectures classique et baroque, style prédominant dans l'édifice. Elle est l'œuvre du célèbre architecte anglais Christopher Wren.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les anciens édifices[modifier | modifier le wikicode]

La quatrième cathédrale : son clocher est particulièrement élevé pour l'époque.

Quatre édifices se sont succédé avant l'actuel.

Le premier est fondé en 604 par des missionnaires chrétiens envoyés par le pape. Mais au gré des incendies, il est détruit.

Un nouvel édifice est construit un peu plus tard, mais il est pillé et ravagé par les Vikings. La cathédrale est ensuite une nouvelle fois reconstruite, mais elle connaît le même sort que la première.

Le roi Guillaume le Roux profite alors de l'occasion pour faire ériger une cathédrale de bien plus grande envergure que les précédentes. Il veut que celle-ci ait des dimensions hors du commun, pour représenter sa capitale. Elle reflète le style normand, puis gothique, avec les améliorations qui lui sont ajoutées au cours du temps.

Des saints y sont enterrés, ce qui contribue aussi à faire d'elle une destination de pèlerinage très prisée.

L'édifice actuel[modifier | modifier le wikicode]

Façade.

Mais cette spacieuse cathédrale est une nouvelle fois complètement détruite par un grand incendie en 1666. Beaucoup se désolèrent, mais d'autres, plus actifs, réagirent pour profiter de l'opportunité. Le premier était sir Christopher Wren : celui-ci voyait le gothique comme un courant désuet et voulait favoriser l'installation du style baroque. Il voulait que la nouvelle cathédrale soit osée et innovante, il avait l'ambition qu'elle marque les esprits. Il la voulait propre à l'anglicanisme, différente des cathédrales catholiques. Comme le meilleur moyen pour véhiculer ses idées était de dessiner lui-même les plans, cette tâche lui est confiée.

Dès que le projet voit le jour, il est l'objet de nombreuses critiques. Pendant la construction, l'architecte prend donc soin de recouvrir le chantier de bâches afin de cacher la vue au public jusqu'à l'inauguration. Le bâtiment se voulait symbole de renouveau, car il renaissait de ses cendres après un incendie particulièrement destructeur ; on fit allusion au phénix, dont l'histoire mythique était semblable. Dédié à saint Paul, il était toutefois de plus petites dimensions que l'ancienne cathédrale médiévale. Mais il était plus ouvert, et se voulait accessible à tous les fidèles.

La cathédrale lors de la guerre.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, presque tous les bâtiments du quartier où se trouvait la cathédrale sont bombardés, mais celle-ci reste intacte. Cette exception, considérée par les Londoniens anglicans comme un miracle, resta durablement dans leur cœur comme un symbole de la puissance de la volonté de Dieu.

Architecture[modifier | modifier le wikicode]

Une cathédrale atypique[modifier | modifier le wikicode]

Le dôme.

L'actuelle cathédrale Saint-Paul de Londres est celle que nous a laissée Wren. En apparence, elle est bâtie sur le modèle stéréotypé d'une cathédrale (en forme de croix), mais un grand dôme vient s'ajouter en son centre, ce qui lui confère un aspect atypique.

Elle est divisée en trois niveaux : la crypte, tout en bas dans les sous-sols, le rez-de-chaussée et les galeries en hauteur.

Le rez-de-chaussée comprend la nef, au centre le dôme entre les deux transepts, puis le chœur, au fond.

Rez-de-chaussée[modifier | modifier le wikicode]

L'orgue.

Le rez-de-chaussée est très lumineux. On y retrouve toutes les caractéristiques de l'architecture baroque. En effet, Wren, en dessinant les plans, était soucieux de se démarquer des styles médiévaux, surtout du style gothique démodé à ses yeux (grandes voûtes, contreforts...). Le style baroque permettait selon lui de symboliser un renouveau par rapport à l'anglicanisme, par opposition au gothique qui se référait plus aux cathédrales catholiques.

Vue intérieure sur le dôme.

L'ensemble, notamment les dimensions, est largement inspiré des basiliques de Rome, surtout celle dédiée à saint Pierre.

Le dôme, au cœur même de l'édifice, est le lieu des services liturgiques. Son haut, vu de l'extérieur, laisse une impression d'élévation exceptionnelle, en dépit des nombreux gratte-ciel dispersés dans la ville. Il est en réalité composé de trois cônes imbriqués. Il abrite un grand orgue, installé en 1697. Il est orné de nombreuses mosaïques et peintures. De par son dôme, la cathédrale était considérée comme unique et innovante, car rares étaient les architectes britanniques qui osaient surmonter leurs créations d'un tel élément.

Au bout de la nef, on trouve le chœur. Il abrite le maître-autel, qui ressemble à un baldaquin monumental. Il fut longtemps le lieu des services liturgiques, comme on le fait traditionnellement. C'est là qu'est installé le cathèdre (le siège de l'évêque). Son plafond monumental est constitué de mosaïques, ce qui lui confère un aspect très impressionnant.

Galeries[modifier | modifier le wikicode]

Le dôme est constitué de trois galeries installées sous forme de balcon, dans son diamètre intérieur et extérieur. La plus célèbre est appelée « galerie des chuchotements » : en effet, la légende dit que l'acoustique de cet endroit est si bonne que, placé l'extrémité d'un balcon, l'on peut percevoir un chuchotement provenant de l'autre extrémité...

Crypte[modifier | modifier le wikicode]

Chapelle d'une crypte.

La crypte revêt les fonctions de monument funéraire. Traditionnellement, dans les églises catholiques, elle abrite les reliques de saints. Ici, c'est un peu différent : si certaines personnalités religieuses y sont inhumées, on trouve surtout la tombe de politiciens ou autres figures nationales qui ont marqué l'histoire du Royaume-Uni. On peut par exemple voir la sépulture du duc de Wellington, vainqueur de Napoléon Ier à Waterloo. Beaucoup y sont commémorés, sans pour autant être enterrés en ce lieu.

Parties cachées[modifier | modifier le wikicode]

Mais la cathédrale renferme aussi des endroits secrets que les touristes ne peuvent pas visiter, sauf requête spéciale.

Le plus célèbre est appelé « escalier du doyen ». Cet édifice a la particularité d'être constitué de marches qui ne touchent le mur que d'un seul côté, et ne sont pas soutenues par une construction en-dessous. Pourtant, cet escalier est très solide et sans danger, car les marches trouvent leur appui dans le mur, dans lequel elles sont profondément enclavées, et dans la marche sous-jacente. Ainsi, l'effondrement d'une marche ne pourrait compromettre la stabilité de la structure. Cela n'empêche pas que nombreux sont ceux qui sont perturbés en gravissant les marches, jugeant l'édifice dangereux.

Il y a également entre les murs de la cathédrale une grande bibliothèque qui conserve des ouvrages historiques dont la collection s'est constituée après l'incendie de 1666.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Portail du Royaume-Uni —  Tout sur l'Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord !
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.