Jules Mazarin

« Jules Mazarin » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Cardinal Mazarin)
Aller à : navigation, rechercher
Le cardinal Jules Mazarin

Jules Mazarin, dit cardinal Mazarin, né en 1602 dans les Abruzzes (Italie) et mort en 1661 à Paris. Mazarin est un cardinal et homme d'État français. Il devient principal ministre de Louis XIII en 1642, après la mort de Richelieu. À la mort de Louis XIII en 1643, il reste le principal ministre de la régente Anne d'Autriche. Ensemble ils affrontent victorieusement les troubles de la Fronde qui agitent la France de 1648 à 1652. Il met fin à la Guerre de Trente Ans, et agrandit le royaume. Parrain du roi Louis XIV, il lui apprend son métier de roi. Mazarin gouverne le royaume jusqu'à sa mort en 1661. Sa position lui permet de s'enrichir prodigieusement et de marier ses neveux et nièces dans la haute noblesse. Il est aussi le protecteur des artistes et fait construire à Paris le Collège des Quatre-Nations (aujourd'hui Institut de France où se trouve la Bibliothèque mazarine).

Un ambitieux[modifier | modifier le wikicode]

La famille Mazarin avait des liens avec la puissante famille romaine des Colonna. Jules Mazarin fait ses études chez les jésuites à Rome, puis étudie aux universités espagnoles de Alcala de Henarès et de Madrid. En 1625, devenu capitaine d'infanterie dans un régiment pontifical et fait la guerre en Valteline.

Protégé par le pape Urbain VIII il devient diplomate en 1630. Il est nommé en 1634, vice-légat du pape pour le territoire pontifical d'Avignon, puis comme ambassadeur du pape (nonce) à Paris de 1634 à 1636. Il s'y fait remarquer par Richelieu. En 1640, Richelieu lui obtient le titre de cardinal (bien que Mazarin ne soit pas et ne sera jamais prêtre). Mazarin entre alors au service de Richelieu qui, en 1642, le recommande au roi Louis XIII comme son successeur en tant que principal ministre.

Mazarin dirige la France[modifier | modifier le wikicode]

À la mort de Louis XIII, en mai 1643, Anne d'Autriche, la reine-régente, le maintient comme premier ministre. Il est possible qu'il ait épousé la reine. Il doit faire face à l'agitation des grands seigneurs qui tentent de relever la tête après le gouvernement de Richelieu qui les avait écartés du pouvoir. C'est la cabale des importants. Mazarin fait emprisonner à Vincennes les chefs des mécontents, le duc de Beaufort, et le prince de Condé, cousin du roi.

Une Mazarinade. Dans ma mer, derrière le bateau, Mazarin tente d'en modifier la direction...mais les frondeurs veillent

Grâce aux batailles de Fribourg, Nordlingen, Lens et Rocroi, gagnées par les armées françaises commandées par Turenne et Condé, Mazarin termine la guerre de Trente Ans. Aux traités de Westphalie de 1648 l'empereur germanique vaincu, doit céder l'Alsace à la France. Cependant la guerre continue avec l'Espagne.

La guerre de Trente Ans, très coûteuse, avait été financée par une augmentation considérable des impôts royaux et des emprunts à des financiers qui s'étaient enrichis. Pour renflouer le trésor Mazarin décide de nouveaux impôts. Le Parlement de Paris proteste, les chefs de l'opposition sont arrêtés ce qui provoque le soulèvement des Parisiens. En janvier 1649, avec la reine-régente et le jeune roi, Mazarin doit s'enfuir de Paris et se réfugier à Saint-Germain-en-Laye. Cependant un accord avec le Parlement clôt en avril 1649, cette « Fronde parlementaire ».

Les grands seigneurs s'estimant mal récompensés de leur aide au gouvernement royal, se révoltent à leur tour. Commence alors la « Fronde des princes ». Cette rébellion est marquée par de multiples épisodes, de nombreux changements d'alliance de la part des grands seigneurs. Cette fronde est également marquée par une intense bataille de propagande politique. Mazarin est la cible des mazarinades, pamphlets politiques ou le cardinal est violemment attaqué. En février 1651 Mazarin doit quitter le royaume et se réfugier à Cologne en Allemagne, revenu en septembre 1651, il doit de nouveau s'exiler en octobre 1652. En maintenant la liaison avec Anne d'Autriche et le gouvernement, il parvient à maitriser la situation. Les princes, sauf Condé, font leur soumission au roi, qui vient d'être déclaré majeur. En février 1653, Mazarin regagne définitivement Paris. Louis XIV, inexpérimenté et souhaitant profiter de sa jeunesse, maintient Mazarin comme principal ministre.

Pour combatte l'Espagne, Mazarin, s'allie à Olivier Cromwell alors maître de l'Angleterre qui envoie des soldats en France. Après la bataille des dunes (près de Dunkerque) perdue par les Espagnols en 1658, les Pays-Bas espagnols (la Belgique actuelle) sont menacés. En Espagne même, une armée française s'empare de Barcelone. L'Espagne demande la paix. Par le traité des Pyrénées (1659) l'Espagne abandonne à la France, le Roussillon, l'Artois, une partie du Grand duché du Luxembourg et du Hainaut. La princesse espagnole l'infante Marie-Thérèse d'Autriche doit se marier au roi Louis XIV et lui apporter une dot colossale (que l'Espagne ruinée par près de cent ans de guerre désastreuses est dans l'impossibilité de payer).

Mazarin, financier et mécène[modifier | modifier le wikicode]

Le collège des Quatre-Nations, construit à Paris, grâce au mécénat de Jules Mazarin

Grâce à sa position à la tête de l'État, Mazarin s'est considérablement enrichi (à sa mort sa fortune était évaluée à 50 millions de livres). Il s'est lui-même nommé à la tête de nombreuses et très riches abbayes dont il percevait les revenus. Comme beaucoup de financiers de l'époque, il prêtait, avec un fort intérêt, de l'argent... à son propre gouvernement (aidé dans ses affaires financières par son commis Jean-Baptiste Colbert).

Pourvu d'une nombreuse famille qui fit venir d'Italie, il casa ses parents dans des familles de la très haute noblesse française; Marie Mancini, une de ses nièces, fut, vers 1659, le premier amour de Louis XIV qui songea à l'épouser.

Mazarin était un grand amateur d'art et protégeait les artistes. Il avait accumulé de très riches collections artistiques, qu'il légua en partie au roi.


Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.