Canopée

« Canopée » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : canopée (homonymie).
Super article Tu lis un « super article ».
Une canopée en polynésie.

La canopée désigne le « couvercle », c'est-à-dire l'étage supérieur de la forêt directement influencé par le rayonnement solaire. Elle se situe à plusieurs mètres de hauteur, certains arbres pouvant atteindre jusqu'à 60 mètre de haut. Ce n’est que récemment que le mot « canopée » a été utilisé, dans le cadre de l’étude écologique des forêts tropicales et équatoriales humides, explorées par les chercheurs à partir de 1986. La canopée possède 75% de la faune de la forêt.

Étude[modifier | modifier le wikicode]

L’étude des canopées a vraiment débuté en 1986 grâce aux ballons dirigeables (avec le projet radeau des cimes). Dès 1800 des observations avaient été faites mais vues du sol. Peu de choses étaient connues de cette riche couche jusqu'à relativement récemment lorsque les scientifiques ont découvert de nouvelles façons plus efficaces pour étudier la canopée. Cependant, même avec les techniques d'étude modernes, beaucoup d'espèces, de systèmes et des inter-relations de la canopée sont toujours mystérieux et beaucoup de choses restent encore à découvrir. Lors de précédentes expéditions, certaines tentatives d'études étaient ingénieuses. D'autres, elles, s'avéraient pour le moins étranges. Elles ont incluent l'abattage d'arbres entiers, leurs branches abattues avec des fusils de chasse. L'embauche des habitants du pays pour monter aux arbres et la mise en place de cordes dans les arbres pour pouvoir accéder à leurs cimes. Un scientifique de Bornéo avait même réussi à apprendre à un singe à monter dans les arbres pour récupérer des échantillons de plantes épiphytes. Dans les années 1970, les scientifiques ont commencé à utiliser des cordes pour pouvoir accéder aux canopées. Ces techniques se sont avérées beaucoup plus productives. Seulement, les recherches étaient concentrées sur un petit territoire. De plus, les montées à la corde étaient dangereuses et chères. Depuis, les techniques se sont modernisées et différentes missions ont été couronnées de succès.

«  L’unique manière d’admirer la gloire de la forêt serait de naviguer doucement dans un ballon, au-dessus de l’ondulante surface fleurie ; c’est là un délice probablement réservé aux voyageurs du futur.1 »

Mission « Radeau des Cimes »[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Mission Radeau des Cimes.
Le logo de la mission.

La grande majorité des formes de vie végétale et animale se trouve au sommet, dans la canopée, et ne peut être observée depuis le sol.
Solution:

C’est une plateforme légère de 300 à 600 m² de forme hexagonale déposée au dessus des arbres. Elle est constituée d’un assemblage de pontons reliés par un filet. Le radeau des cimes est un véritable laboratoire, lieu de vie scientifique et observatoire depuis la cime des arbres. Depuis 1986, il y a eu plus de 10 expéditions en Guyane, au Cameroun, au Gabon, à Madagascar, au Panama et au Laos. Elles ont permis de décrire de nombreuses espèces jusqu’alors inconnues, et de prendre conscience de l’importance de la canopée dans la biodiversité. Plusieurs structures plus perfectionnées ont été créées pour mener à bien les différentes missions.

Bulle des cimes.jpg
La bulle des cimes, un ballon à hélium permettant aux scientifiques d'étudier les canopées, inventée par Dany Cleyet-Marrel, un aéronaute faisant partie de la mission.

Situation géographique des canopées[modifier | modifier le wikicode]

800px-tropical wet forests.png

Les canopées les plus riches se trouvent en Guyane, en Afrique centrale, en Océanie (Philippines et Micronésie) et en Asie du sud-est.

En Europe, les forêts possèdent aussi des canopées mais elle n'ont qu'une faible biodiversité.

Différences entre les forêts primaires et les forêts secondaires[modifier | modifier le wikicode]

Forêt primaire[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : forêt primaire.
Une forêt primaire.
  • En principe, une forêt primaire est une forêt (vierge) intacte, n’ayant jamais été détruite, ni très exploitée, ni influencée par l’homme. En réalité, c'est plus compliqué que cela. La forêt a pu être détruite ou gravement abîmée mais elle a eu le temps de redevenir primaire. Dans les tropiques où les plantes poussent vite, il faut compter 7 siècles avant qu'une forêt secondaire puisse redevenir primaire. En Europe, il faut compter 10 siècles. Ces forêt sont très hautes (40 à 60 mètres) et très riche en formes de vies. Elles possèdent notamment des canopées très riches en biodiversité.
    Aujourd'hui, la majeure partie des forêts primaires se trouvent en milieu tropical.

Forêt secondaire[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : forêt secondaire.
Une forêt secondaire.
  • Une forêt secondaire est une forêt qui a été plantée ou a repoussée par régénération naturelle après avoir été détruite ou exploitée par l’homme (exemple : déforestation). Ces forêts ne sont pas très hautes (20 à 40 mètres) et possèdent une biodiversité pouvant varier en fonction de leurs états (plus ou moins abîmées). Les canopées des forêts secondaires sont plutôt pauvres en biodiversité.

Sont-elles toutes pareilles ?[modifier | modifier le wikicode]

On trouve en Amazonie et en Guyane, des canopées aux reliefs accentués, des cimes hautes et étroites avec des dénivelés (écart en hauteur) pouvant dépasser 20 mètres ce qui leur donnent un aspect vallonné. En revanche, les canopées d'Afrique centrale, Asie du Sud-Est, Nord australien ont de vastes cimes bombées, qui leurs donnent l’aspect de gros coussins côte à côte.

Importance des canopées[modifier | modifier le wikicode]

Schéma indiquant le pourcentage de luminosité dans une forêt en fonction de l'étage.

Le haut et le bas de la forêt ont des climats différents. Les canopées bénéficient de l’éclairement total (100%) alors que le bas est dans la pénombre permanente (0,5%). Ce qui permet de :

Et donner nourriture et abri pour les animaux, insectes,…

Faune et flore[modifier | modifier le wikicode]

La différence entre le haut et le bas explique la répartition en hauteur des êtres vivants (animaux, plantes, insectes) : 25% d’entre eux occupent la partie du sol jusqu’à 45 mètres environ, tandis que 75% vivent dans une couche au sommet, de 5 mètres d’épaisseur. Les plantes sont beaucoup plus nombreuses sur la canopée, que dans le sous-bois.

Exemple d'animaux et de végétation présent dans une canopée en fonction de l'étage ou ils se trouvent (de haut en bas)

Couche émergente
Couche de la canopée
Sous-étage

La « timidité » des cimes[modifier | modifier le wikicode]

Sur cette image, on peut observer le phénomène.
Ce que les scientifiques appellent timidité des cimes est un phénomène observé chez certaines espèces d'arbres. En effet, leurs cimes ne se touchent pas laissant des écarts nettement visibles de plusieurs dizaines de centimètres appelés fentes de timidité. Le phénomène a été étudié pour la première fois en Australie dans les années 60 et on lui a donné le nom de crown shyness (timidité de la couronne). Plusieurs théorie ont été élaborées: pour certains, en maintenant une marge d'isolement entre eux, les arbres diminueraient leurs chances d'être contaminés en cas d'épidémie. Pour d'autres, cela serait une manière de limiter la propagation des insectes envahisseurs. Pour d'autres encore, les fentes de timidité permettraient à la lumière du soleil de percer la canopée et de mieux pénétrer la végétation. Ces théories n'ont pas encore été prouvées scientifiquement et la raison du phénomène reste encore inconnue.
«  Ce phénomène intéresse une centaine d’espèces dans le monde. Toutes ont pour point commun de pousser en hauteur. En France, on peut observer une timidité chez les pins parasol du cap d’Antibes ou les chênes verts du midi. Dans les tropiques, c’est un peu plus fréquent. La timidité la plus impressionnante, la plus tranchée, avec des formes extrêmement nettes, est celle du camphrier.

Ce sont les Australiens qui ont découvert ce phénomène dans les années 1960 et lui ont donné le nom de « crown shyness », littéralement « timidité de la couronne ». C’est un nom qui ne me plaît pas tant que ça. La timidité, c’est un sentiment humain. L’arbre, nous ne savons pas encore ce qui le pousse à laisser une distance entre lui et un autre individu de son espèce.

L’hypothèse des Australiens était celle d’une abrasion entre les branches causée par les frottements les jours de vent. Mais ce ne peut pas être l’explication. Sur les parties aériennes, on ne voit rien qui soit abîmé, il semble que simplement les arbres arrêtent de pousser.

Ce qui est certain, c’est que les arbres savent s’ils ont un voisin. Lorsqu’ils n’en ont pas, ils ont tendance à s’agrandir indéfiniment. Mais pourquoi s’arrêter 80 centimètres avant d’atteindre ce voisin ? Il y a sans doute des échanges gazeux qui entrent en jeu. Pour le comprendre, il nous faut placer des capteurs au bout des branches.

Les arbres ont certainement un avantage à ne pas se toucher. Peut-être limitent-ils ainsi la propagation des parasites, mais pour l’instant leurs raisons nous échappent.

Il existe aussi une timidité souterraine : les racines ne se touchent pas. Il y a des arbres très timides d’en haut mais pas d’en bas et vice versa. Pour les racines comme pour les cimes, nous n’avons pas d’explication. C’est l’une des innombrables questions que recèlent les forêts. D’ici à ce que l’on perce à jour ce mystère, ça ne devrait plus être très long. 2 »

Les disciplines concernées par l'étude des canopées[modifier | modifier le wikicode]

Connaissant l’importance de la vie dans les hauteurs de la forêt tropicale, on pense très souvent à la zoologie et à la botanique. Mais d’autres disciplines s’intéressent à la canopée. Il y en a 28:


Francis Hallé, botaniste, biologiste et dendrologue français est une référence sur ce sujet. Il a participé à la mission Le radeau des cimes (1986) et à collaborer avec Luc Jacquet et l'association Wild-touch pour le film Il était une forêt (2013).

Avenir des canopées[modifier | modifier le wikicode]

Zrywka drewna 776.jpg
Une forêt rasé pour en faire un champ.

Les canopées disparaîtront si on ne fait rien, car elles sont déforestées massivement par les activités humaines. Elle représentent aujourd'hui seulement 36 % des surfaces boisées dans le monde. Quinze millions d’hectares de forêts anciennes sont abattus chaque année, soit environ 30% de la surface de la France. La destruction de ces forêts favorise l'extinction des espèces animales et végétales, le réchauffement climatique, le déplacement des tribus qui y vivent, la désertification...

Comment les protéger ?[modifier | modifier le wikicode]

Les résultats de la recherche ont permis d’avoir une vision nouvelle de la forêt. Les ressources économiques ne seraient pas situées seulement dans les troncs (bois précieux), mais dans les canopées, grâce à leur immense diversité utilisable en : pharmacie, médecine, chimie fine, agrochimie ou encore dans les domaines des parfums ou pour des arômes alimentaires. Ces ressources ont une importance économique largement supérieure à celle du bois, exemple : le moabi. En exploitant durablement les canopées, les exploitants forestiers pourraient augmenter leurs profits tout en préservant les forêts.

Pont du ciel[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Langkawi Sky Bridge.

Le Langkawi Sky Bridge est une passerelle pour piéton située dans l'archipel du Langkawi. Elle se trouve à plus de 700 mètres au-dessus du niveau de la mer et permet d'observer la canopée.4

Dans d'autres domaines[modifier | modifier le wikicode]

Architectures inspirées des canopées[modifier | modifier le wikicode]


Vidéos[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Alfred Russell Wallace, Travel on the Amazon, 1848
  2. Article sur la timidité des cimes
  3. Livre imprimé [livre] Le radeau des cimes, l’exploration des canopées forestières, Francis Hallé.
  4. Wikipédia

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Livre imprimé [livre] Le radeau des cimes, l’exploration des canopées forestières, Francis Hallé.

Film documentaire[modifier | modifier le wikicode]

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 6 janvier 2020.
Paysage composite.jpg
Sur les paysages et les formes de la végétation :

ForêtCanopéeForêt tempérée humideForêt tropicale humideForêt de nuageForêt naineForêt de landeSous-boisFougeraieClairièreRipisylve
SavaneBrousseVeldCerradoLlanosPampaSteppePusztaPrairiePelouseLande
GarrigueMaquisFynbosChaparralMalleeBushMatorral
DésertOasisKarooCaatinga
ToundraMuskegTaïga
Toundra alpinePelouse alpine et Prairie alpinePozzineTourbièreBofedalParamoPuna
Zone humidePrairie humideDeltaBillabongIguapoBayouMarais et MarécageMarais salantTanneMangrove
Dune littoraleVasière et SlikkeSchorre et Pré-saléRoselière
ChampPré et PâturageHaieBocageJachère

Portail de la botanique —  Tous les articles sur la botanique
Portail de la protection de la Nature —  Tous les articles sur la protection de l'environnement.