Biome

« Biome » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Un biome, également appelé une écozone ou une écorégion, est un grand ensemble d'écosystèmes, se ressemblant et partageant des caractéristiques physiques similaires, mais dont les espèces peuvent varier d'une région à l'autre. Il existe différentes classifications des écosystèmes terrestres en biomes ; la classification du WWF, qui compte 261 biomes différents, est l'une des plus utilisée.

Les 26 biomes du WWF[modifier | modifier le wikicode]

Biomes terrestres[modifier | modifier le wikicode]

Arctiques et subarctiques[modifier | modifier le wikicode]

Dans les régions polaires, les plantes doivent composer avec deux contraintes importantes : le froid, très rude, avec un hiver long et sec, mais aussi l'ensoleillement, qui diminue : en effet, plus on se rapproche du pôle, et plus la nuit dure longtemps en hiver. Comme l'énergie solaire permet aux plantes de se nourrir et de pousser, et ensuite de nourrir les autres êtres vivants, durant plusieurs mois dans l'année, l'énergie lumineuse est tout simplement insuffisante pour que les plantes puissent pousser. Elles entrent en vie ralentie, et ne produisent plus suffisamment de ressources pour les animaux, qui sont souvent contraints, soit d'hiberner, pour supporter l'hiver, soit de migrer, pour aller le passer dans une autre région plus clémente.

en s'éloignant du cercle polaire poussent de vastes forêts, constituées principalement de conifères, des arbres bien adaptés au froid, mais également quelques plantes à fleur, comme les bouleaux.

Au delà du cercle polaire, en revanche, il fait si froid que même les arbres ne peuvent plus pousser : les seules plantes sont les mousses, les lichens, et quelques buissons, qui forment la toundra.

Taïga, ou forêt boréale[modifier | modifier le wikicode]

Appelée « taïga » en russe, un nom qu'on réserve souvent à l'Eurasie, la forêt boréale pousse tout le long du cercle polaire arctique, en Amérique du Nord, Europe du Nord et Sibérie. Elle est principalement constituée de conifères, des arbres capables de résister aux froids, grâce à leurs aiguilles et à leur résine qui les empêche de geler, ou, du moins, leur permet de supporter des températures beaucoup plus froides que leurs cousins...

Le sol est très pauvre, et sableux, dans la forêt boréale : c'est le podzol, qui se forme en raison du froid, et des plantes qui y poussent. Le podzol limite la biodiversité de la forêt boréale, puisque seules les espèces qui sont capables de le supporter peuvent y pousser.

Toundra[modifier | modifier le wikicode]

La toundra est un paysage plat, et sans arbres, qui est principalement modelé par le froid, et totalement ou quasiment dépourvu d'arbres. Le sol est peu profond, et gelé une partie de l'année, empêchant les racines des plantes de s'y fixer profondément, ce qui empêche les arbres de pousser. Le climat est très froid, favorisant les plantes de très petite taille, qui sont recouvertes par la neige durant l'hiver, et échappent ainsi à l'action du vent glacial. Les plantes les plus importantes sont les mousses et les lichens, mais on trouve aussi quelques buissons, comme la canneberge, et des arbres nains (ne dépassant généralement pas 30 cm de haut), comme le saule nain ou le bouleau arctique. Plus au sud, à la transition entre la toundra et la taïga, on trouve des toundras dégradées, où poussent des buissons, et quelques arbres, comme des bouleaux, principalement.

Il existe également des toundras dans l'hémisphère Sud, qui sont adaptées aux même contraintes. La biodiversité y est encore plus faible que dans la toundra arctique, mais parfois étonnante : les îles sub-antarctiques de la Nouvelle-Zélande abritent des plantes appelées « mégaherbes », aux larges feuilles et aux fleurs très colorées.

Tempérés[modifier | modifier le wikicode]

Les régions placées sous climat tempéré connaissent généralement quatre saisons, avec un été doux et un hiver froid, ce qui permet à différentes sortes de plantes de pousser. Beaucoup de plantes poussent lentement, et peuvent atteindre un âge avancé. Dans la plupart des régions, une forêt va s'installer, sauf si des conditions locales l'en empêchent.

Forêts de conifères tempérées[modifier | modifier le wikicode]
Forêts de feuillus et forêts mixtes tempérées[modifier | modifier le wikicode]

La forêt tempérée est un milieu très dégradé : autrefois, une immense forêt, la forêt hercynienne, couvrait presque toute l'Europe, mais elle a été intensivement déboisée durant l'Antiquité et au Moyen-Âge, afin de permettre l'agriculture et l'implantation humaine : il n'en reste aujourd'hui qu'une parcelle, la forêt de Białowieża, en Pologne. La forêt tempérée constitue toujours le climax de ces régions, c'est-à-dire que, si on leur en laissait le temps, le climat et le sol permettrait à une vaste forêt de s'établir de nouveau sur toute l'Europe. Parfois, l'homme encourage d'ailleurs cela, en replantant des bois et des forêts, mais, la plupart du temps, la présence humaine rend impossible à la forêt de reprendre ses droits. Les forêts primaires tempérées sont devenues rares dans le monde.

Prairies, savanes et brousses tempérées[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs raisons peuvent expliquer l'absence d'arbres dans ces régions, comme le froid, qui empêche les jeunes pousses de se développer (un arbre vit plusieurs années pour atteindre sa haute taille, il doit donc subir le passage de plusieurs hivers, alors que les herbes sont annuelles, c'est à dire qu'elles meurent l'hiver en laissant leurs graines, qui repousseront l'année suivante : elles sont donc mieux adaptées au froid), ou les incendies. Les rares arbres des prairies poussent le plus souvent le long des cours d'eau, formant des forêts allongées le long des rivières, que l'on appelle des ripisylves. On trouve dans les prairies de nombreuses sortes d'herbes différentes, comme des graminées, mais aussi des plantes à fleur. Les sols sont très riches, et souvent irrigués par de grands fleuves, ce qui en fait des lieux idéaux pour l'agriculture, qui a contribué à menacer grandement ces milieux. De nombreuses espèces d'insectes, comme des papillons, y vivent, et se trouvent également menacés.

Forêts, zones boisées et maquis méditerranéen[modifier | modifier le wikicode]

Le climat méditerranéen tire son nom de la mer Méditerranée, mais ce n'est pas le seul endroit où on peut le rencontrer : il est par exemple présent en Afrique du Sud, en Californie, ou encore, en Australie. Caractérisé par des hivers très doux, et des étés chauds et secs, ainsi que des pluies assez abondantes, mais très irrégulièrement réparties tout au long de l'année, il permet le développement d'une végétation très particulière, composée de buissons et d'arbustes capables de résister à la sécheresse, avec des feuilles protégées par un vernis, ou des épines, et de rares arbres assez bas. Au printemps, le paysage se couvre de fleurs. Les bruyères, notamment, et les plantes de leur famille, comme l'arbousier, en sont caractéristiques. Mais les zones boisées et broussailles méditerranéennes abritent des espèces très différentes selon la région du monde où l'on se trouve, comme les protéas d'Afrique du Sud, ou les yuccas de Californie, ce qui donne lieu à des écosystèmes similaires, mais très différents, selon les régions.

Tropicaux et subtropicaux[modifier | modifier le wikicode]

Les climats tropicaux et équatoriaux sont chauds, et humides, caractérisés par deux saisons (une saison sèche et une saison humide), voire une seule. La chaleur, l'ensoleillement, et l'humidité abondante constituent des conditions idéales pour bon nombre d'espèces, qui doivent cependant affronter la concurrence. Les régions tropicales sont souvent celles qui abritent la plus grande biodiversité.

Forêts de conifères tropicales et subtropicales[modifier | modifier le wikicode]
Forêts de feuillus humides tropicales et subtropicales[modifier | modifier le wikicode]

La forêt tropicale humide pousse dans les régions où le climat est chaud et humide toute l'année. C'est le milieu terrestre ou la biodiversité est la plus importante. Il y a tellement de plantes, qu'on y trouve de très hauts arbres, formant une canopée, où évoluent des animaux qui ne voient quasiment jamais le sol de leur vie. C'est également le domaine des lianes et des épiphytes, des plantes de petites tailles, mais qui poussent sur les arbres, en profitant du climat humide qui leur permet de se passer de racines, afin de vivre plus haut, et plus près de la lumière du Soleil.

Forêts de feuillus sèches tropicales et subtropicales[modifier | modifier le wikicode]

Cette zone reçoit moins de précipitation que la précédente, mais elle reste très humide ; simplement, l'humidité est répartie tout au long de l'année en deux saisons, une saison sèche, et une saison humide. C'est le cas notamment en Inde, où la jungle profite de la mousson pour se développer.

Prairies, savanes et brousses tropicales et subtropicales[modifier | modifier le wikicode]

Ces vastes étendues plates changent beaucoup d'aspect au cours de l'année, en fonction des saisons : d'aspect très sec, la savane reverdit rapidement après les pluies. Les arbres sont rares, en raison des incendies (feux de brousse) fréquents, et des nombreux herbivores, qui empêchent les pousses d'arbres de se développer et de constituer des forêts. Les principales plantes sont des herbes, très nombreuses, mais on trouve aussi des arbres, peu nombreux, formant plutôt de petits bosquets que de grandes forêts, et capables de bien résister à la sécheresse et aux herbivores, comme les acacias.

Les savanes sont le milieu de vie d'un grand nombre de gros herbivores, comme l'éléphant de savane d'Afrique, qui y trouvent leur nourriture, et peuvent y détecter facilement leurs prédateurs. Ils effectuent souvent de longues migrations (comme les gnous et les zèbres) chaque année, afin de trouver leur nourriture.

Mangroves[modifier | modifier le wikicode]

Les mangroves de tous les pays ont tendance à se ressembler, car ces forêts côtières sont constituées principalement des mêmes espèces d'arbres, les palétuviers, dont les différentes espèces sont capables de pousser dans les sols gorgés d'eau et très salés du bord de mer, et même au-delà, sur la zone intertidale où leurs racines sont recouvertes par la mer au moins une partie de la journée, constituant ainsi de véritables forêts sur l'eau.

Prairies et savanes inondées[modifier | modifier le wikicode]

Ces vastes étendues plates sont recouvertes d'eau au moins une partie de l'année. En raison du climat tropical, les pluies sont abondantes, et les sols, riches, sont gorgés d'eau, ce qui empêche les arbres de pousser. Ces zones sont souvent constituées par de vastes régions de marécages, reliées par des « îles » un peu plus élevées, où poussent différentes herbes et quelques rares arbres.

Azonaux[modifier | modifier le wikicode]

Ces biomes peuvent se retrouver n'importe où sur Terre, pas nécessairement dans une région donnée : les montagnes existent sur tous les continents, et, avec l'altitude, le climat se modifie et se refroidit, entraînant des modifications des écosystèmes : c'est l'étagement de la végétation.

Les déserts ne sont pas nécessairement chauds, mais toujours secs : ils peuvent exister dans n'importe quelle région du monde. Les déserts de cuvette sont souvent situés dans des creux, entre des chaînes de montagnes, qui empêchent les nuages porteurs d'humidité de passer. On trouve de grands déserts au centre des grands continents, loin des côtes (comme le désert de Gobi, au centre de l'Asie, ou les grands déserts au centre de l'Australie), et sur les côtes ouest des continents (comme le Sahara, ou les déserts de Californie et du Mexique), où, sous l'effet de la force de Coriolis, apparaissent des vents, les alizées, qui ont tendance à repousser les nuages vers la mer.

Déserts et brousses xériques[modifier | modifier le wikicode]

Ces zones sont caractérisées non seulement par leur sécheresse, mais aussi par les grands écarts de température entre le jour (très chaud) et la nuit (très froide). Le sol est pauvre, il y a souvent peu de végétation, et les quelques plantes qui y vivent sont généralement bien adaptées à la sécheresse, comme les cactus d'Amérique du Nord. La seule source d'humidité est souvent la rosée du matin ; cependant, les déserts ne sont pas nécessairement dépourvus de vie : les végétaux (et les animaux) sont adaptés afin de profiter des rares sources d'eau, et ont souvent un cycle de vie très court : lors des très rares pluies, les plantes poussent et fleurissent à toute vitesse, et le désert se couvre de fleur. Des animaux vivent de la même façon, notamment des poissons et des crustacés, qui naissent, se reproduisent, et meurent durant les quelques jours où existent des flaques d'eau, en laissant derrière eux leurs œufs, capables de résister à la sécheresse.

Prairies et brousses d'altitude[modifier | modifier le wikicode]

On trouve ces zones en altitude, dans les montagnes, au dessus des forêts de conifères : elles forment l'étage alpin. A cause du froid, l'eau est souvent gelée, au moins une partie de l'année, et donc non disponible pour les plantes. Le sol est riche, mais peu profond. Aucun arbre ne peut pousser ici, seulement des herbes basses, qui forment des pelouses alpines. Encore plus en altitude, à l'étage nival, recouvert par la neige une grande partie de l'année, pousse une végétation rase de mousses et de lichens, ressemblant à la toundra, et surnommée « toundra alpine ».

Biomes aquatiques[modifier | modifier le wikicode]

D'eau douce[modifier | modifier le wikicode]

Ruisseaux[modifier | modifier le wikicode]
Rivières[modifier | modifier le wikicode]
Fleuves[modifier | modifier le wikicode]
Delta[modifier | modifier le wikicode]
Mares et étangs[modifier | modifier le wikicode]
Bassins xériques[modifier | modifier le wikicode]

Les bassins xériques sont des étendues d'eau (lacs, étangs), au milieu de régions arides (des déserts.) Souvent salées, leurs eaux sont peu propices à la vie, mais on y trouve tout de même quelques êtres vivants, même si la biodiversité y reste faible. Les bassins xériques sont souvent la seule source d'eau (et de nourriture) pour un grand nombre d'animaux (dont des oiseaux migrateurs), et ils constituent un milieu fragile, qui doit être préservé.

D'eau de mer[modifier | modifier le wikicode]

Milieux polaires[modifier | modifier le wikicode]
Plateaux continentaux et mers intérieures[modifier | modifier le wikicode]
Remontées d'eau tempérées[modifier | modifier le wikicode]
Remontées d'eau tropicales[modifier | modifier le wikicode]
Récifs coralliens[modifier | modifier le wikicode]

Les récifs coralliens sont le milieu marin qui abrite la plus grande biodiversité, ce qui est paradoxal, car ils se développent dans des eaux particulièrement pauvres en nutriments ; toutefois, ces eaux riches en minéraux, et très claires, permettent au corail de se développer, car il abrite à l'intérieur de ces cellules de microscopiques algues, qui captent la lumière du Soleil et s'en servent pour les nourrir tous les deux. Le corail, avec son squelette dur, peut pousser très longtemps, chaque polype poussant sur le squelette de ses ancêtres, et accroissant ainsi la taille de la colonie, qui peut ainsi atteindre une taille considérable. Le corail fournit un abri, et de la nourriture, à de nombreux animaux, et toute une chaîne alimentaire peut s'établir autour de lui.

Milieux paraliques[modifier | modifier le wikicode]
Portail de la biologie —  Tous les articles sur les plantes et les animaux.
  1. Biomes - WWF