Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Attentats du 13 novembre 2015 en France

« Attentats du 13 novembre 2015 en France » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Différents emplacements des attentats

Les attentats islamistes du 13 novembre 2015 ont été perpétrés par le groupe terroriste Daech et ont fait environ 130 morts et 250 blessés.

Déroulement des attentats[modifier | modifier le wikicode]

Les attentats terroristes ont été perpétrés presque simultanément le soir du 13 novembre, en six fois, dans les dixième et onzième arrondissements de Paris, et à Saint-Denis. Près du stade de France où se déroulait un match de football (entre la France et l'Allemagne), deux explosions ont d'abord été entendues : elles ont été perçues par le public comme de simples pétards. Les responsables du stade qui avaient été informés de la situation ont préféré ne pas donner l'ordre d'évacuation des lieux qui auraient pu faire céder à la panique. À la fin du match, les spectateurs n'ont pas pu sortir immédiatement ; ils ont dû patienter sur le terrain. À l'intérieur de Paris, d'autres fusillades ont ensuite eu lieu : elles visaient des cafés, des restaurants. Finalement, dans la salle de spectacle du Bataclan, un célèbre théâtre parisien, une fusillade particulièrement mortelle a été commise. Vers minuit, les forces de police ont lancé l'assaut de la salle. Ces différents lieux auraient été choisis car les types de divertissements qu'ils proposaient n'étaient pas conformes à l'interprétation islamiste du Coran1. Les moyens employés sont des armes à feu de type kalachnikov, et des explosifs. Progressivement, les six terroristes se sont donné la mort, et le septième a été abattu. L'identification de tous les suspects fait encore l'objet de recherches, mais il est en tout cas avéré que les terroristes étaient jeunes, dont un connu de la police pour radicalisation (il souhaitait intégrer l'État islamiste).

Des parisiens ont fait savoir le soir même par le biais de Twitter que les passants qui circulaient alors dans Paris pouvaient être hébergés grâce au hashtag #Porteouverte. Le bilan des morts environne le nombre de 130.

Conséquences et suites[modifier | modifier le wikicode]

Plan vigipirate, niveau alerte attentats.

Tous les établissements publics de Paris ont été fermés pour la journée du 14 novembre 2015, et les voyages scolaires annulés. Des forces militaires ont été mobilisées : 1000 militaires dans Paris, et 2000 autres au sein de toute la France. Le plan rouge, destiné à de multiples attentats, a été déclenché en plus de l'« état d'urgence ». Les frontières françaises ont été fermées ; un programme de contrôle des entrées et des sorties a été mis en place.

Le lendemain des actes, par un communiqué officiel, Daech revendique officiellement les attentats en question. Il y qualifie les victimes de « Croisés », en référence aux Croisades, des guerres médiévales chrétiennes ayant pour but de chasser les Musulmans de Jérusalem. Ces attentats font suite à l'attentat contre Charlie Hebdo, en janvier 2015, dont les causes sont identiques : le blasphème de l'Islam, et ici de l'État islamique (la France était intervenue en Syrie, contre les opérations menées par l'État islamique).

Des perquisitions ont été réalisées dans toute l'agglomération parisienne, et à Bruxelles, d'où il a pu être affirmé que provenaient les terroristes.

Soutiens[modifier | modifier le wikicode]

Le président de la République française, François Hollande, a déclaré trois journées de deuil national. Les étudiants de tous niveaux dans les établissements publics ont été amenés à observer une minute de silence, le lundi 16 novembre à 12 h.

Partout dans le monde, des chefs d'États dont le Pape ont exprimé leur soutien pour les Français.

Des monuments emblématiques de leur pays ont recouvert leurs murs du drapeau français, comme la porte de Brandebourg en Allemagne, l'opéra de Sydney en Australie, ou le London Eye en Angleterre.

De nombreux rassemblements ont eu lieu partout dans le monde en hommage aux victimes.

Différents slogans ont été utilisés par les médias pour exprimer le soutien et l'unité à avoir face au terrorisme. Parmi eux, le slogan Pray for Paris, issu de Je suis Charlie, et Peace for Paris.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Le Petit Quotidien, édition spéciale attentat de Paris [Lire en ligne
Portail de l'information —  Tout sur les écritures, les codes secrets, les médias...
Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
Portail de la mort - Tous les articles sur la mort.