la cabane  • le Livre d'or
20150413Rumex acetosa3.jpg Actualités, astuces, statistiques et une interview, lisez la Gazette été 2018 de Vikidia ! DessinInterview.png

Architecture anglaise

« Architecture anglaise » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La façade principale de la cathédrale Saint-Paul de Londres.

L'architecture anglaise a connu ses débuts très tôt dans l'Histoire. Cette notion recouvre l'ensemble du savoir-faire dans le domaine de l'architecture, institué sur un sol lié par l'histoire, la géographie ou la politique à la civilisation anglaise.

Gratte-ciel de la City et de Canary Wharf.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Préhistoire[modifier | modifier le wikicode]

Néolithique[modifier | modifier le wikicode]

De ce qui subsiste des constructions de la Préhistoire sur le sol britannique, on pense inévitablement aux mégalithes, érigés durant le Néolithique. Chaque pierre, par sa position, serait dotée d'une signification bien précise, dont l'étude est de l'ordre de l'astrologie.

De la même période date la colline artificielle de Silbury Hill, le plus grand tumulus d'Europe (40 m de haut), une butte de terre conique érigée vers -2800, à 50 km au nord de Stonehenge.

Le cromlech de Stonehenge, plus récent, offre l'exemple des capacités architecturales des habitants des îles Britanniques durant la Préhistoire1.

Âge du fer : les Celtes[modifier | modifier le wikicode]

Reconstitution d'une maison ronde celtique

Les habitations des Celtes (à partir du -Ve siècle) étaient principalement constituées de bois, d'argile ou de roseaux, donc peu durables2, sauf dans le cas de Must Farm.

Antiquité[modifier | modifier le wikicode]

Architecture militaire romaine[modifier | modifier le wikicode]

Mais ces édifices celtes sont de bien maigre envergure au regard des capacités architecturales dans le domaine défensif des Romains, qui vont leur succéder. Au cœur du Ie siècle av. J.-C., les invasions romaines commencent. À leur arrivée, les Romains n'ont pas seulement conquis un pays pour le soumettre et élargir leurs frontières, ils ont également apporté toute l'étendue de leur civilisation, très sophistiquée, surtout dans le domaine de l'architecture. En effet, les Romains disposaient de techniques très avancées pour ériger leurs monuments très haut, mais également pour acheminer les eaux potables dans toutes les résidences, pour évacuer les eaux usées...

On trouve des thermes, comme les thermes de la ville de BathNote 1, ou des résidences, comme le palais de Fishbourne. Pourtant, dans cette contrée qu'ils considéraient comme très éloignée du monde, les Romains n'ont pas réellement construit de monuments3.

Ils ont toutefois laissé un important patrimoine à ce pays, très apprécié par les touristes, mais pas de la manière à laquelle on s'attendrait... En effet, ce qu'il nous reste, c'est une longue muraille de 117 kilomètres, haute 4,5 mètres et large 2,5 mètres4. Le mur d'Hadrien, de son nom usuel, fut construit sur ordre de l'empereur Hadrien dans le but de se défendre des invasions celtes, notamment les brigantes, situés hors des frontières.

Pour sa construction, on extrayait dans des carrières de gros morceaux de pierre qui étaient ensuite confiés à des graveurs. Ceux-ci les taillaient jusqu'à les rendre réguliers pour qu'ils puissent parfaitement s'agencer lors de leur installation. Les blocs étaient enfin déposés dans des chariots et étaient acheminés jusqu'aux chantiers. L'archéologie permet de dire avec certitude que les techniques utilisées étaient très avancées, alors même que les constructeurs employés étaient exclusivement des militaires5. Cet édifice comporte non seulement une muraille très épaisse, mais aussi de larges fossés, des bastions et des tours destinés à consolider ses fonctions défensives.

Ce mur spectaculaire inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 19876 délimitait les frontières de l'Empire à son extrémité. De même, le mur d'Antonin s'étendait plus au nord. Cependant, sa vision impressionne beaucoup moins les touristes, du fait de son état de délabrement. Il est malgré tout inscrit lui aussi à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO6.

Architecture anglo-saxonne[modifier | modifier le wikicode]

Mais en faisant abstraction des quelques monuments mégalithiques et de deux murailles militaires, l'architecture durable au Royaume-Uni n'a pas encore réellement commencé. Tout va se mettre en mouvement vers le Ve siècle, avec l'arrivée des Anglo-Saxons de Germanie qui vont investir les îles. Les productions artistiques vont se multiplier.

Des prédicateurs chrétiens vont parcourir l'Europe pour évangéliser le Royaume-UniNote 2 et prêcher la construction d'églises. Pour ce faire, ils enseignent des techniques de construction très efficaces qui permettent d'élever des édifices en pierre relativement solides. En conciliant les techniques performantes romaines et l'enseignement chrétien, les Britanniques vont élaborer un style religieux très complexe, caractérisé par une nef assez large, des pilastres à bandeaux (poteaux ancrés dans le mur), des arcades aveugles (petits arcs ancrés dans le mur), des balustres (poteaux de très petite hauteur servant à constituer des parapets) et des ouvertures en sous forme d'arc brisé.

L'architecture anglo-saxonne est peu influencée par l'art romanNote 3. Il subsiste un nombre relativement élevé d'églises car certaines étaient flanquées de tours afin de les protéger justement des envahisseurs7. Mais certaines ont été agrandies par la suite, si bien qu'il n'en reste presque rien : c'est le cas de la prestigieuse abbaye de Westminster, dont quelques vestiges romans sont toutefois encore visibles de nos jours.

On trouve également un peu partout des croix celtiques, érigées pour que les moines et les autres chrétiens puissent se recueillir où qu'ils soient7.

Parallèlement, une architecture pour les fermes et les maisons de développe. Elle est assez sobre, avec un ensemble de charpentes et de poutres (en bois) et des toits en chaume. De nos jours, il reste relativement peu de maisons anglo-saxonnes encore sur pied car la plupart d'entre elles a été détruit par les envahisseurs danois8.

Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Voûte normande de l'église Saint-Nicolas de BarfrestoneNote 4

Après la conquête de l'Angleterre par le duc de Normandie en l'an 1066, l'Angleterre est désormais en relation avec ses pays limitrophes sur le continent et va user de leurs techniques pour peupler son pays d'édifices, tant défensifs que religieux.

Tout d'abord dans le domaine de l'architecture religieuse, les techniques sont révolutionnées et l'on rejoint sans difficulté le mouvement architectural roman. Suivant les plans des abbayes de Caen et Jumièges, véritables modèles de l'architecture normande, on construit désormais les églises sous forme de croix latine en respectant toutes les caractéristiques : nef, transepts, chœurs...

Les églises sont caractérisées par la récurrence de motifs sommaires, les arcades aveugles (petits arcs ancrés dans le mur), et les fameuses voûtes rondes, dites « voûtes normandes », sculptées dans les petits détails. On remarque également un chœur très spacieux et une tour située au niveau de la croisée des transepts, destinée à laisser entrer de la lumière.

Voûte en éventail de la cathédrale de Gloucester

Parallèlement, un style castral se développe avec en premier lieu des mottes, puis des édifices mieux défendables, en pierres, avec des donjons afin de pouvoir faire face aux combats, nombreux en cette période de Féodalité. La tour de Londres (en anglais : Tower of London) offre l'exemple d'une architecture normande performante en matière de défense militaire. Notamment son donjon, la Tour Blanche (en anglais : White Tower) est dotée d'un équipement défensif impressionnant.

En Angleterre, l'architecture de la cathédrale de Durham présente de surprenantes similitudes avec le style gothique. Le développement de ce style dans le Royaume-Uni commença à la suite de la reconstruction du chœur de la cathédrale de Canterbury qui avait été incendié. Dès lors, le style normand n'est guère plus employé que par les églises de moindre envergure. Le style gothique va s'épanouir graduellement. Tout d'abord, on trouve un style modéré et encore assez sobre : le résultat est très satisfaisant et donne des églises de plus en plus spacieuses, telles que la cathédrale de Lincoln et l'abbaye de Westminster. Puis, c'est l'exubérance qui est de mise, avec des motifs très complexes et des vitraux polychromes. Enfin, un style valorisant la perpendicularité est adopté, qui libère notamment la voûte en éventail (voir ci-contre).

Époque moderne[modifier | modifier le wikicode]

La Renaissance anglaise : le style Tudor[modifier | modifier le wikicode]

L'arc Tudor

L'arrivée de la Réforme protestante en Angleterre va retirer à l'Église son rôle prépondérant dans la vie artistique et culturelle. C'est alors l'aristocratie qui assure la relève, et va commencer une période où fleuriront un peu partout des manoirs, des palais et des châteaux, notamment sous les Tudors au XVIe siècle. C'est le style Tudor. Il rejoint les grandes idées de la Renaissance : il cherche à réutiliser des éléments de l'Antiquité disparus avec le Moyen Âge, sans perdre toutefois de vue les innovations architecturales du gothique. Pour être précis, il est caractérisé par l'abandon de la décoration gothique au profit d'une décoration Renaissance (arcs en plein cintre — l’arc Tudor, voir ci-contre —, pilastre — colonne ancrée dans le mur —...), mais une conservation de la structure architecturale du gothique.

Ce style va prendre de l'essor grâce à l'orgueil de certains rois : par exemple, la renommée de François Ier de France de mécène insupportera Henri VIII qui s'attelera donc lui aussi à l'entretien des arts dans son pays9. L’architecture Tudor va prendre une dimension particulière à la fin de la dynastie de Tudor, sous le règne d'Élisabeth Ire d'Angleterre, où l'on adhère pleinement à la Renaissance tout en optant pour un mobilier sobre ; la décoration n'est pas seulement italienne, mais aussi flamande ou vénitienne : c'est l’architecture élisabéthaine.

L'architecture des Stuart : du classicisme au baroque anglais[modifier | modifier le wikicode]

Après le bref passage de la Renaissance dans l'architecture anglaise, les goûts vont être à la nostalgie chez les architectes britanniques : on va chercher à faire renaître des styles architecturaux oubliés en les embellissant. Le premier est l’architecture jacobéenne qui fait fureur sous le roi Jacques Ier d'Angleterre, successeur d'Élisabeth Ire mais qui appartient, lui, à la dynastie des Stuart. Jacques n'est pas aussi soucieux qu'Élisabeth de l'architecture de son pays, mais il ne s'en désintéresse pas non plus totalement. Sous son règne, la florescence de palais va continuer : l'influence de la Renaissance disparaît peu à peu pour laisser place à l'architecture classique. Les briques n'y sont plus déconsidérées et en matière de décoration, un penchant pour le maniérisme est adopté.

L'architecte Inigo Jones va également populariser un nouveau courant en parallèle : le palladianisme. Après avoir été longuement visité l'Italie où il avait méticuleusement observé les travaux architecturaux de son confrère Palladio, il va s'employer avec ses disciples architectes à peupler l'Angleterre d'édifices inspirés de ce style. Le palladianisme est très théorisé : il préconise des édifices de formes rectangulaires avec des escaliers sur les façades, ainsi qu'un bâtiment circulaire au sein même du rectangle ; il suit l'inspiration des temples antiques10.

À Londres, une catastrophe survenue en 1666 va précipiter ces avancées architecturales : du 2 au 5 septembre, un grand incendie décime Londres, détruisant des bâtiments par milliers. Après ce sinistre, la ville est entièrement à reconstruire : quelle meilleure occasion pour instaurer définitivement un style renaissant dans la capitale ? Sir Christopher Wren, un savant de renom qui s'intéresse à l'architecture, prend les choses en main.

Son chef-d'œuvre est la cathédrale Saint-Paul de Londres, qui devient la référence pour toutes les nouvelles églises du pays, avec son dôme qui domine la capitale. Elle concilie l'architecture classique remise au goût du jour récemment et l'architecture baroque, jusque-là très peu utilisée en Angleterre.

Le baroque est désormais introduit dans les églises anglaises, mais l'on conserve une décoration classique, suivant la cathédrale de Wren. Dans les résidences, le baroque arrive avec William Talman, élève de Wren, qui construit Chatsworth House. Le sommet du baroque anglais est le palais de Blenheim, construit par William Talman.

Le style géorgien[modifier | modifier le wikicode]

  • Les quatre « George » ont régné sur la Grande-Bretagne de 1714 à 1830.

Sous les règnes des quatre rois « georgiens », George Ier, George II, George III et George IV, les architectes anglais vont lutter contre l'installation du baroque prôné précédemment par le défunt Christopher Wren. Peu à peu, ils vont écarter le baroque de l'architecture anglaise, alors qu'il y avait été si difficilement introduit.

Les architectes préfèrent retourner à un style plus ancien et plus pur : c'est d'abord un penchant vers le palladianisme qui est adopté. Mais les plus radicaux finiront par triompher : en revenant encore plus dans le passé, on choisit de reprendre l'ancienne architecture classique. Ce mouvement est dit « néoclassique » car il fait « renaître » ce style qui avait été abandonné.

Finalement, le style géorgien est une combinaison de styles où le classique prédomine ; l'influence du palladianisme et de l'architecture grecque antique (et non romaine qui est désormais considérée comme impure) reste néanmoins encore bien marquée.

Les maisons georgiennes (georgian) sont caractérisées par le respect des règles classiques : symétrie et proportions. Les maisons sont de forme cubique, s'élevant souvent sur deux niveaux. Elles sont entourées d'un fossé qui communique avec les étages souterrains : l'entrée est donc un escalier qui monte au rez-de-chaussée, avec de part et d'autre le fossé. Les ouvertures (portes et fenêtres) sont rectangulaires et peuvent être ornées de pilastres11.

Ce style réapparaît à la campagne, dans des édifices tant civils que religieux ; mais c'est surtout en ville que le style georgien fait une apparition tonitruante : des places et des quartiers entiers sont reconstruits dans ce style, donnant une unité architecturale impressionnante, avec des façades alignées et toutes identiques. Les places (circus) utilisent le même procédé, mais sur un plan circulaire.

Architecture victorienne[modifier | modifier le wikicode]

À compter du règne de Victoria Ire du Royaume-Uni, les architectes anglais vont se diviser : il ne va plus y avoir un seul style anglais qui régisse les nouvelles constructions sur le territoire. Les architectes anglais vont chacun chercher à développer de nouveaux styles en réutilisant des techniques de styles oubliés, notamment le gothique, la Renaissance, et d'autres styles locaux (nous sommes encore dans le registre des styles renaissants). L'expression « architecture victorienne » est donc un terme générique qui regroupe tous les styles développés sous l'ère victorienne. Cette envie d'innover dans le domaine architectural va par ailleurs être favorisée par les apports de la Révolution industrielle : avec elle, on dispose désormais de nouvelles techniques et on sait utiliser des matériaux très utiles, comme le fer ou l'acier, ce qui va permettre d'accélérer à vue d'œil les chantiers.

Un des styles que l'on cherche beaucoup à réutiliser sous l'ère victorienne est le gothique médiéval. Un style anglais va apparaître : le néo-gothique. Il s'inscrit dans le mouvement intellectuel du romantisme et souhaite retrouver une identité nationale dans l'architecture, perdue avec l'utilisation de styles antiques qui ne concernaient pas l'Angleterre mais les Grecs et les Romains ainsi que leurs colonies12Note 5. Le gothique qui était devenu un réel emblème de l'Angleterre avec sa période de prospérité (gothique perpendiculaire...) était le plus approprié. Ce néogothique est utilisé dans des universités telles que Cambridge ou Oxford, dans des châteaux tels que le château de Windsor, et accessoirement dans des églises, car sous l'ère victorienne de nombreuses églises seront restaurées dans ce style. Le bâtiment le plus emblématique de ce mouvement est certainement le palais de Westminster, construit par Charles Barry pour le parlement britannique. On trouve aussi la gare de Saint-Pancras de Londres construite en 1868 dont l'aspect insolite est permis par l'utilisation de briques rouges.

Parallèlement, s'est développé un style Queen Anne. Il s'agit cette fois-ci de lutter contre la construction massive de bâtiments sous l'impulsion de la noblesse et avec le soutien de la Révolution industrielle et de préférer l'édification de petites maisons avec des moyens locaux. On construit ainsi des maisons à colombages qui ont un aspect plus traditionnel en utilisant des harmonies différentes pour chaque village (certains agrémentent de tuiles).

Enfin, un style radicalement plus moderne apparaît avec l'utilisation de nouveaux matériaux offerts par la Révolution industrielle et l'utilisation de nouvelles techniques. Ainsi, sir Joseph Paxton a recours à la technique de la préfabrication pour construire le palais de Cristal uniquement constitué de verre et de fer ! De nombreux bâtiments de cette sorte sont édifiés : de vastes serres, de grands hangars...

Architecture contemporaine[modifier | modifier le wikicode]

Au sortir de la Première Guerre mondiale, on va chercher un nouveau style pour les bâtiments de grande envergure : les Britanniques souhaitent adopter un style radicalement plus moderne et rompre avec les styles historiques choisis par leurs anciens souverains : sus au gothique, au classicisme et à toute leur décoration minutieuse ! Désormais, c'est un style épuré qui est recherché.

Les architectes anglais vont alors jeter leur dévolu sur le style international, ou modernisme, en provenance de l'Amérique, mais commun à tous les pays du monde. Il va être soutenu par l'arrivée d'architectes venant notamment d'Allemagne et de Russie. Ce nouveau courant universel est caractérisé par l'absence de décoration extérieure, des façades lisses13. Les matériaux utilisés sont le béton, l'acier et le verre : on recherche la lumière et les formes simples14.

Puis la Seconde Guerre mondiale a des conséquences sur l'architecture : les villes d'Angleterre ont été ravagées par les bombardements et la nécessité de reconstruire des logements pour les ouvriers est urgente. De nombreux logements ouvriers sont construits précipitamment, souvent à l'aide de la technique de la préfabrication14.

À partir des années 1950, sous l'impulsion de Peter et Alison Smithson, on trouve le style brutaliste, encore plus iconoclaste. Il prône l'utilisation de matières « brutes » telles que le béton, en les laissant apparentes, voire en les exhibant15.

De nos jours, les matériaux utilisés sont encore plus avant-gardistes et les techniques plus révolutionnaires. Les architectes voient sans cesse plus grand et plus haut, surtout à Londres.

Sources, notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://whc.unesco.org/fr/list/373 : « Ces lieux sacrés [...] sont des témoins irremplaçables de la préhistoire »
  2. http://www.cosmovisions.com/archiAngleterreChrono.htm : « Leurs constructions civiles primitives furent en bois, en argile et en roseaux, ou en pierres irrégulières »
  3. wp:Liste de monuments romains : On voit que la section concernant l'Angleterre n'a pas été renseignée, c'est donc théoriquement qu'il n'y a pas de monuments romains dans ce pays
  4. http://www.duvoyage.com/voyager/angleterre/tynemouth/hadrien-mur.html : « Le mur s'étend sur une longueur de 117 kilomètres, il a une hauteur de 4,5 mètres et une largeur de 2,5 mètres »
  5. http://www.mystere-tv.com/le-mur-d-hadrien-la-plus-grande-frontiere-de-l-empire-romain-v2665.html
  6. 6,0 et 6,1 http://whc.unesco.org/fr/list/430
  7. 7,0 et 7,1 (en) http://www.britainexpress.com/History/anglo-saxon_remains-churches.htm
  8. (en) http://www.britainexpress.com/architecture/saxon.htm.
  9. Colombe Samoyault-Verlet, « Tudor Style  », Encyclopædia Universalis, consulté le 11 avril 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-tudor/
  10. Palladio: The Proportions of Rooms sur aboutscotland.co.uk (consulté le 15 avril 2016)
  11. http://archieturbanisme.canalblog.com/archives/2014/11/29/30873042.html
  12. http://www.archives-abbadia.fr/notice_thematique_13.htm
  13. http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/architecture__styles_et_courants/185954#915971
  14. 14,0 et 14,1 http://voyage.michelin.fr/web/destination/Grande_Bretagne-Angleterre_Pays_de_Galles-Londres/histoire-culture/Architecture_et_urbanisme#Le_20e_siecle
  15. http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/brutalisme/29169

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Bien que l'architecture apparente du bâtiment date du XIXe siècle, la source d'eau chaude était exploitée depuis les Romains
  2. « Évangéliser » signifie convertir au christianisme : à cette époque, seule une partie minime de la population est chrétienne, les autres continuant de pratiquer un culte païen.
  3. La réelle adhésion à ce style religieux aura lieu à l'occasion de la conquête normande
  4. « Restaurée en 1840, [l'église Saint-Nicolas de Barfrestone] est l'une des structures les plus remarquables de sa catégorie en Angleterre par des expositions riches en décorations extérieures » (Barfrestone, sur Wikipédia (fr)). Elle est visible sur ce fichier.
  5. Comme expliqué dans les premiers paragraphes de cet article, l'Angleterre n'a finalement été que très peu influencée par ces civilisations contrairement à certains de ses voisins

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Chronologie[modifier | modifier le wikicode]

Style Période
Architecture mégalithique Préhistoire
Architecture militaire romaine Antiquité
Architecture anglo-saxonne Antiquité
Architecture normande Moyen Âge
Architecture gothique anglaise Moyen Âge
Architecture Tudor Dynastie des Tudors
Architecture Stuart Règne de Jacques Ier d'Angleterre
Architecutre georgienne Du règne de Georges Ier à celui de Georges IV
Architecture victorienne Règne de Victoria Ire du Royaume-Uni
Modernisme, brutalisme... XXe siècle
Article mis en lumière la semaine du 3 juillet 2017.
Portail de l'architecture —  Tout sur les monuments et les architectes célèbres.
Portail du Royaume-Uni —  Tout sur l'Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord !