Amália Rodrigues

« Amália Rodrigues » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Amalia Rodrigues)
Aller à : navigation, rechercher
Amália Rodrigues
Amália Rodrigues.jpg
Naissance Juillet 1920 à Lisbonne (Portugal)
Mort 6 octobre 1999 à 79 ans à Lisbonne
Nationalité Portugal Portugal
Profession Fadiste, chanteuse et actrice
Famille Celeste Rodrigues
voir modèle • modifier

Amália da Piedade Rebordão Rodrigues, couramment nommée Amalia Rodrigues, née le 23 juillet 1920 et morte le 6 octobre 1999 à Lisbonne (Portugal), était une grande chanteuse de fado. Pour certains, sans elle, le fado n'aurait pas été autant révélé.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Enfance[modifier | modifier le wikicode]

Amália Rodrigues est née à Lisbonne (dans le quartier de Alcântara) en 1920. Elle était la cinquième des neuf enfants d'une famille modeste. Quand ses parents ne trouvèrent plus de travail dans Lisbonne, ils déménagèrent vers la ville de Fundão, mais Amália resta avec ses grands-parents.

À 9 ans, sa grand-mère l'envoie à l'école mais à ses 12 ans, elle doit interrompre sa scolarité car elle habite dans les quartiers pauvres de Lisbonne ; elle cherche alors un petit travail, elle emballe des gâteaux.

À 14 ans, ses parents décident de retourner vivre à Lisbonne, elle choisit alors de vivre avec eux, mais ce n'était pas comme ses chez grands-parents. Amália devait aider sa mère et devait supporter son grand-frère qui lui était autoritaire.

À 15 ans, elle vend des fruits dans la zone de Cais da Rocha, et intègre la Marche Populaire de Alcântara (des festivités pour la fête de Santo António de Lisboa) de 1936. Puis, elle s'inscrit au Concurso da Primavera pour montrer son talent, le Fado où elle va disputer la place de Rainha do Fado. Puis, elle décide de ne pas participer au concours.

Une carrière qui commence[modifier | modifier le wikicode]

Portrait d'Amália Rodrigues peint sur un mur à Lisbonne.

À 20 ans, elle se marie avec Francisco da Cruz, un guitariste.

Elle commence dès 1939 à chanter des textes du compositeur Joaquim José de Lima dans les « maisons de fado » de Lisbonne, et notamment au club Retiro da Severa, sous le nom d'Amalia Rebordao. La jeune femme est en effet attirée depuis toujours par le fado, ce chant populaire portugais nostalgique.

Au Solar da Alegria, au Café La Gare, au Luso ou au Café Mondego, Amália reprend la gestuelle d'Alfredo Marceneiro, autre père du fado. C’est donc figée, les yeux fermés et l’expression pleine de supplice que la jeune femme interprète ses chants : Amália a rainha do fado (Amália, la reine du fado).

En 1940, elle s'entraîne dans le teatro de revista, et en 1943 elle demande le divorce pour garder son indépendance. La même année, après avoir reçu une invitation de l'ambassadeur Pedro Teotónio Poirier, elle chante à Madrid.

En 1944, elle interprète o Fado do Ciúme de Frederico Valério. En septembre, elle arrive à Rio de Janeiro, accompagnée par le chef d'orchestre Fernando de Freitas pour jouer au Casino Copacabana.

En 1947, elle est invitée pour la première fois à chanter à Paris et à Londres.

Elle chanta dans tous les coins du monde. Elle ira même aux États-Unis, où elle chanta pour la première fois à la télévision, sur la chaîne américaine de NBC.

Son Fado de Peniche est interdit car il est considéré comme un hymne destiné aux prisonniers politiques de Peniche, Amália choisit aussi un poème de Pedro Homem de Mello Povo que lavas no rio, qui gagne une dimension politique.

Fin de carrière et mort[modifier | modifier le wikicode]

Après le 25 avril 1974, elle reçoit l'ordre de l'infant D. Henrique au Portugal, et ensuite en 1990 elle a reçu la Légion d'honneur (juste avant elle avait reçu celle de Ordem das Artes e das Letras et Ordem do Infante D. Henrique).

Pendant le mois d'octobre 1999, elle habite dans sa maison de vacances dans la région de l'Alentejo, et le 6 octobre, elle meurt à l'âge de 79 ans. Ses funérailles ont eu lieu à Lisbonne, près d'une centaine de milliers de Lisboètes sont descendus dans la rue pour lui prêter un dernier hommage.

Amália Rodrigues a représenté le Portugal dans le monde entier, de Lisbonne à Rio de Janeiro, de New York à Rome, de Tokyo à l'Union soviétique et du Mexique à Londres.

Elle a aussi chanté de nombreuses fois dans le prestigieux Olympia. Elle a propagé la culture portugaise, la langue portugaise et le célèbre fado.

Discographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Perseguição (1945)
  • Tendinha (1945)
  • Fado do Ciúme (1945)
  • Ai Mouraria (1945)
  • Maria da Cruz (1945)
  • Ai Mouraria 1951/52
  • Sabe-se Lá 1951/52
  • Novo Fado da Severa (1953)
  • Uma Casa Portuguesa (1953)
  • Primavera (1954)
  • Tudo Isto é Fado (1955)
  • Foi Deus (1956)
  • Amália no Olympia (1957)
  • Povo que Lavas no Rio (1963)
  • Estranha Forma de Vida (1964)
  • Amália Canta Luís de Camões (1965)
  • Formiga Bossa Nossa (1969)
  • Amália e Vinicius (1970)
  • Com que Voz (1970)
  • Fado Português (1970)
  • Oiça Lá ó Senhor Vinho (1971)
  • Amália no Japão (1971)
  • Cheira a Lisboa (1972)
  • A Una Terra Che Amo (1973)
  • Amália no Canecão (1976)
  • Cantigas da Boa Gente (1976)
  • Lágrima (1983)
  • Amália na Broadway (1984)
  • O Melhor de Amália - Estranha Forma de Vida (1985)
  • O Melhor de Amália volume 2 - Tudo Isto é Fado (1985)
  • Obsessão (1990)
  • Abbey Road 1952 (1992)
  • Segredo (1997)
  • The Best of Amália (1998)
  • Fado Amalia (2001)
  • Lisboa a Noite (réédition du 10e anniversaire) (2002)

Autres[modifier | modifier le wikicode]

Photos[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Portail Portugal —  Accédez au portail sur le Portugal
Portail de la musique —  Tous les articles concernant la musique.