Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Alexandre de Beauharnais

« Alexandre de Beauharnais » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre de Beauharnais

Alexandre de Beauharnais, est né à Fort-Royal Martinique, le 28 mai 1760, et est mort, guillotiné, à Paris, le 23 juillet 1794. Il fut vicomte de Beauharnais, Il entra dans la 1re compagnie des mousquetaires en 1775, fut sous-lieutenant dans le Régiment de Sarre-Infanterie

Il fait ses études au collège du Plessis à Paris, puis deux ans d'études supérieures à l'université de Heidelberg en Allemagne. Il intègre l'armée royale française comme sous-lieutenant en 1776. Son régiment, le Sarre-Infanterie, tient garnison dans la région du Conquet et au Fort de Bertheaume jusqu'en 1779. Il est souvent absent mais grâce à la protection du duc de la Rochefoucault, il obtient le grade de capitaine en 1779.

Il épousa le 13 décembre 1779 en l'église Saint-Sulpice de Noisy-le-Grand, Marie-Josèphe de Tascher de la Pagerie ( Joséphine de Beauharnais) dont il eut deux enfants, Eugène en 1781, et Hortense en 1783. En juin 1784, il entre dans le régiment Royal-Champagne cavalerie et il sera major en 1788.

Carrière politique[modifier | modifier le wikicode]

Il est élu, par les nobles du bailliage de Blois, comme représentant de la noblesse aux États Généraux. Dans la crise de l'été 1789, il est un des premiers députés à se joindre au Tiers-État qui se proclament assemblée nationale. Il joue un rôle actif dans les événements de la nuit du 4 août 1789 qui abolit les privilèges. Il adhère au club des Jacobins. Il est président de l'assemblée constituante le 18 juin 1791 lors de la fuite du roi.

Nouvelle carrière militaire[modifier | modifier le wikicode]

À la dissolution de l'Assemblée constituante en septembre1791, n'étant pas ré-éligible, il doit rejoindre l'armée. Le 25 août il a été nommé adjudant-général avec rang de lieutenant-colonel. En avril 1792, la guerre étant déclaré à l 'Autriche, il part pour l'armée du Nord ; il commanda le camp de Soissons, sous les ordres de Custine. En mai il est promu adjudant-général avec rang de colonel et envoyé à Metz sous les ordres du général Luckner commandant de l'armée du Rhin. Le 7 septembre 1792, il est promu maréchal de camp (général de brigade) et chef d'État-major dans l'armée en formation à Strasbourg.

Le 8 mars 1793, il est lieutenant-général (général de division) mais il refuse d'être nommé ministre de la Guerre poste trop exposé pour un ancien aristocrate.

Après la perte de Mayence, le 23 juillet 1793, qui lui est attribuée, il démissionne et rentre chez lui sans ordre de son ministère. Il consacre ainsi six mois à la gestion de La Ferté-Beauharnais en tant que maire.

Il est arrêté en janvier 1794, il comparaît devant le tribunal révolutionnaire pour trahison (perte de Mayence) et complicité de conspiration. Il est enfermé dans la prison des Carmes de Paris. Le 22 juillet 1794, il est condamné à mort et est guillotiné le lendemain le 5 thermidor an II.

Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.