Alexander Sutherland Neill

« Alexander Sutherland Neill » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

A. S. Neill (1883-1973) est un pédagogue libertaire écossais, fondateur, en 1921, de l'école de Summerhill qui accueille encore aujourd'hui plus de soixante-dix étudiants.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Il grandit dans une famille d'enseignants calvinistes mais ne montre aucun intérêt pour les études.

Pendant la Première Guerre mondiale, il prend un poste d'instituteur et remet en question l'autorité et les punitions ; il en fait le récit dans son Journal d'un instituteur de campagne.

Dans les années 1920 il participe à la Ligue internationale pour l'éducation nouvelle et participe au congrès inaugural de Calais, où il rencontre Maria Montessori.

Il dirige avec Beatrice Ensor la revue The new Era, publication de la Ligue en version anglaise1.

Il fonde l'école alternative Summerhill en 1921 près de Dresde en Allemagne puis la déménage dans le comté du Suffolk en Angleterre en 1927.

Summerhill[modifier | modifier le wikicode]

L'école de Summerhill s'adresse aux jeunes de 5 à 16 ans. Elle s'appuie sur l’intelligence de l’enfant, sa libre décision et son intérêt qui soutient ses efforts. Le travail de l’enseignant est simple : découvrir où réside l’intérêt de chaque enfant et l’aider à s’épuiser.

Il s'intéresse à la psychanalyse dont il retient surtout les notions de traumatisme et de refoulement, après avoir lu L'interprétation des rêves et Psychopathologie de la vie quotidienne. Il recommande de reculer les limites de l'introspection.

À Summerhill, chaque élève sait la disponibilité, la chaleur humaine, la joie de vivre, l’optimisme et l’humour de Neill. La très grande liberté qu’il leur accorde, la confiance qu’il place en eux le grandissent encore aux yeux des enfants. Chacun sait aussi que, lorsqu’il le faut, Neill n’hésite pas à intervenir fermement, à interdire pour protéger l’enfant et le groupe. Chaque élève sait enfin qu’il est le directeur et qu’il peut renvoyer.

L'école fonctionne avec un cadre minimum, ce qui demande de l’enfant qu’il développe un degré très élevé de respect de lui-même et de véritable respect des autres : le self-government (autonomie ?) qui imprègne toute la vie collective se révèle un outil de développement personnel et de socialisation puissant. Il s'oppose à l'esprit de troupeau et à tout moralisme qui n'a pour objet que d'asservir l'enfant ou le jeune.

Pendant ses années de direction de son école, Neill a vu ses élèves oser prendre la parole, émettre des opinions, défendre un projet, passer peu à peu de l’égocentrisme à la coopération, faire preuve de loyauté envers le groupe, développer un sens aigu de la justice.

Par contre, il ne s'est absolument pas intéressé à la didactique. Il s'est passionné pour l'éducation, pas pour l'instruction.

Les femmes et le droit de vote[modifier | modifier le wikicode]

Je fis remarquer à mes élèves que les femmes risquaient leur vie plus que les hommes.
Je leur ai expliqué que le Mouvement des Femmes était une protestation contre un système qui fait de ses garçons des médecins et de ses filles des dactylos et des vendeuses ; un système qui offre soixante livres à une enseignante aussi capable que son collègue masculin dans la salle à côté qui, lui, en gagne cent trente.
J'ai essayé de leur montrer qu'à cause de l'absence de vote des femmes, les lois sont du côté des hommes.2

Quel matériel dans une école ?[modifier | modifier le wikicode]

Il me faut un piano, un phonographe, un cinématographe avec des films comiques, une bibliothèque avec des illustrés et des gravures. Il me faut des balançoires et des bascules dans la cour de récréation, des lapins et des souris blanches ; il me faut aussi des instruments à vent et à cordes pour former un orchestre scolaire... J'aime bâtir des châteaux en Espagne.3

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Approche radicale de l'éducation des enfants
  2. Journal d'un instituteur de campagne, p.58
  3. Journal d'un instituteur de campagne, p.109

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'éducation —  Tous les articles sur l'éducation, l'enseignement et les mouvements de jeunesse.